Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Finir les agneaux sur dérobés en hiver ? C'est possible !

Home_big_agneaux_hiver_finis_dans_les_champs_l_hiver

L’Institut de l’élevage/CIIRPO, basé en Haute-Vienne, a cherché à comparer les finitions d’agneaux en bergerie ou sur dérobés et sans concentré, en fin d’automne et hiver. L’avantage de cette technique permettrait de réduire la charge d’alimentation. Et résultat : c’est possible, mais sous certaines conditions.
 
En 2012, l’Institut de l’élevage a lancé une étude qui a duré 4 ans sur les finitions d’agneaux. Quatre séries d’essais ont permis de déterminer s’il était pertinent ou pas de terminer l’élevage des jeunes ovins autrement qu’en bergerie durant la période hivernale. L’idée semble iconoclaste. « L’objectif est de trouver un système pour avoir des agneaux disponibles toute l’année, avec la difficulté qu’on a à la fin d’automne et l’hiver. Le but est de réduire les charges d’alimentation sur l’exploitation », explique Laurence Sagot qui a mené cette recherche.

L’autre idée sous-jacente de cette étude devait répondre à l’obligation environnementale en utilisant certaines surfaces agricoles pour le pâturage.

Deux modalités : l’engraissement à la bergerie ou aux champs

L’étude a porté sur deux types d’engraissement, de comparer les agneaux finis « classiquement » et ceux qui sont mis aux champs dès qu’ils sont nés. Le tout en observant les différents types génétiques et sur divers sites pour varier les systèmes d’élevage.

Le premier résultat montre que « techniquement, c’est possible de finir des agneaux nés en septembre sur dérobés sans aucun concentré. La qualité de carcasse est comparable aux agneaux de bergerie mais la vitesse de croissance est inférieure, d’où une durée d’engraissement majorée », note la chef de projet. Cette donnée n’est pas anecdotique. Certaines certifications imposent un âge maximum pour la commercialisation des jeunes ovins. Alors un mois de plus pour finir un agneau, ça change tout. Il faut compter 16 à 25 % de temps supplémentaire par rapport à une conduite en bergerie.

Un intérêt économique, surtout en zone céréalière

Bruno Patenotre est éleveur dans l’Aube. Il possède une exploitation en polycultures (betteraves, soja, colza, orge…) de 175 hectares, accompagnée d’un troupeau de 500 brebis. Très intéressé, il va se lancer si les conditions sont réunies (si l’agnelage se passe bien et avec une bonne pousse des couverts) : « Le but sera de finir sur les couverts les agnelages d’août. On devrait les sortir dans la première quinzaine de septembre pour l’acclimatation, avant les premiers froids. »

Evidemment, comme toujours en agriculture, il n’y a pas de règle absolue… Tout est une question de dosage et d’opportunité. Ici, on doit compter 10 à 20 agneaux finis à l’hectare pour un rendement de 4 à 5 tonnes de dérobés… Sauf que les rendements de dérobés sont aléatoires, ce qui fait dire à Laurence Sagot qu’« on ne peut pas fonder une conduite que là-dessus. Globalement, avec certaines préconisations, il y a un intérêt économique, à la condition d’avoir un itinéraire technique de semis à simplifier, il ne faut rien gaspiller. Quand les animaux sont finis, il faut continuer à utiliser l’herbe. Il y a surtout un intérêt pour les zones céréalières ». Non seulement, la présence des ovins favorise la fertilisation des sols par les déjections mais ils débarrassent les champs de leurs résidus.

Maintenant que cette recherche a permis d’identifier un intérêt économique à cette pratique de finition d’agneaux d’hiver sur dérobés, la seconde étape doit « retravailler la question jusqu’aux consommateurs, avec des tests. Un jury de dégustation des agneaux devra vérifier la qualité de la viande » conclut Laurence Sagot.

En savoir plus : http://idele.fr (site internet) ; https://www.facebook.com/Le-Ciirpo-1583854265236483 (page Facebook).

Ci-dessous, les agneaux finis au champ d'hiver : possible, sous certaines conditions (photo Ciirpo).

Ci-dessous, Laurence Sagot, chef de projet à l'Institut de l'élevage Ciirpo.

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Cordaz Delphine
Avatar_blank

Journaliste depuis une dizaine d'années en milieu rural. La campagne innove, trouve des solutions, élabore... Et j'entends le montrer !

  • Vous aimerez également
  • Home_bovins_bre_sil_ne_lores

    Filières bovines, le Mercosur et la Chine interdépendants

    A l’export, plus de 55 % des viandes expédiées d'Amérique du sud étaient destinées à la Chine l’an dernier. Les autr...

  • Home__levage_ovin_transhumance

    Les élevages ovins lancés dans la durabilité environnementale et économique

    En France, l’étude Durabilité des exploitations en élevage ovin (DEO) lancé en mars 2020 par l’Institut de l’élevage (Ide...

  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Gr...

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des explo...

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit