Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4774 MembresCréer un compte

Ecophyto 2, la compétitivité en agriculture doit rester une priorité

Home_big_pousses_plantes_uipp

Plan Ecophyto II, la compétitivité d'une agriculture durable, innovante et performante doit rester une priorité.

L'agriculture a un rôle crucial : elle nourrit les gens, en France et ailleurs. Elle occupe donc une place majeure dans notre société. Demain, elle devra répondre au double défi de nourrir une population mondiale bien plus nombreuse, tout en respectant et préservant nos ressources naturelles.  

Acteurs à part entière de la filière agricole, les adhérents de l’Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP) aident les agriculteurs à produire en quantité suffisante et en qualité, en leur proposant des solutions utiles et toujours plus innovantes pour soigner et protéger les cultures contre les agressions extérieures.

Préserver la compétitivité de la ferme France en soutenant une agriculture durable, innovante et performante doit rester une priorité. C’est dans cette dynamique que devrait s’inscrire toute action politique agricole et alimentaire. Aussi nous regrettons que le nouveau plan Ecophyto n’aille pas dans ce sens : il vise à réduire l’utilisation des produits phytos sans en considérer les conséquences, avec des propositions incohérentes et peu réalistes.

Distorsions de concurrence

En effet, la mise en place des Certificats d’économie de produits phytosanitaires (CEPP), dispositif franco français punitif, accentuera encore plus les distorsions de concurrence déjà existantes et nuira à la compétitivité des exploitations agricoles françaises par rapport à celles de nos voisins européens. En allant au-delà de la réglementation européenne, cette disposition est totalement contradictoire avec le moratoire sur les normes environnementales annoncé par le Premier ministre il y a quelques semaines.

De plus, mesurer l’efficacité du plan Ecophyto II en se fondant uniquement sur des objectifs de réduction quantitative est une erreur grave. C’est oublier que l’utilisation des produits phytos est fortement tributaire des conditions climatiques, de la pression parasitaire et de nombreux autres paramètres dépendant aussi du changement climatique. Ecophyto II doit donc se doter d’indicateurs qualitatifs plus ambitieux, ancrés dans la réalité terrain, qui établissent un vrai bilan prenant en compte la réduction des impacts environnementaux et sanitaires des produits et qui mesurent concrètement les démarches de progrès de tous les acteurs.

Car aujourd’hui, le plan occulte les avancées menées sur le terrain par les acteurs de la filière agricole ces dernières années et stigmatise l’utilisation professionnelle des produits phytos : la réduction des intrants par 76 % des agriculteurs (selon un sondage Bva réalisé par téléphone du 18 décembre 2014 au 7 janvier 2015 auprès de 655 agriculteurs), la formation de 92 % des agriculteurs aux bonnes pratiques, la lutte contre la contrefaçon ou encore la mise en place d’une filière de gestion des déchets ne prouvent-ils pas l’évolution des pratiques et la mobilisation de toute une filière ? En outre, miser sur des solutions alternatives qui n’existent pas encore est un pari sur l’avenir qui pourrait mettre sérieusement en péril notre autosuffisance alimentaire.

Prendre en compte le temps agricole

Pour autant, les débats autour du plan Ecophyto posent une question centrale partagée par tous : comment gérer et continuer à accompagner la transition de la filière vers des moyens de production agricoles pérennes et durables combinant quantité, qualité, et prix alimentaires abordables pour le consommateur ?

Pour ce faire, il faut prendre en compte le temps agricole, plus long que le temps politique, en considérant impérativement la diversité et la complémentarité de toutes les solutions de protection des cultures. Car la diversité des produits permet de répondre de manière adaptée aux besoins et aux enjeux des filières. C’est pourquoi les entreprises adhérentes à l’UIPP développent et fournissent plus de 40 % des produits utilisables en agriculture biologique, tout comme plus de 50 % des produits de biocontrôle. Plus l’agriculteur dispose de choix techniques variés, plus il est en mesure de produire de manière responsable, durable, en adéquation avec les besoin de la société.

Relever le défi alimentaire

Ensuite, le nouveau plan Ecophyto doit s’inscrire dans une démarche collective public-privée en matière de R&D (recherche et développement). Les entreprises du secteur, représentées par l’UIPP, doivent être considérées comme des partenaires, elles apportent des solutions et ne sont en aucun cas un frein à une agriculture durable. Nous n’avons pas attendu la mise en œuvre d’Ecophyto pour nous adapter aux mutations sociétales et environnementales. A ce titre, les entreprises de la protection des plantes jouent un rôle central dans l’innovation des produits phyto et accompagnent les agriculteurs dans les démarches de bonnes pratiques. La recherche de nouvelles substances toujours plus sûres et respectueuses de l’environnement est un des axes prioritaires de notre action.

La préservation du potentiel agricole français doit être une priorité de la politique publique. Pour relever le défi alimentaire nous devons nous appuyer sur des systèmes agricoles respectueux de la santé de l’homme, des ressources naturelles et de la biodiversité, mais également suffisamment productifs et compétitifs pour être pérennes. Le plan Ecophyto doit s’inscrire dans cette logique, en intégrant pleinement toutes les parties prenantes.

 

En savoir plus : http://www.uipp.org (site internet de l'UIPP) ; http://www.uipp.org/Actualites/Eugenia-POMMARET-succede-a-Jean-Charles-BOCQUET-a-la-direction-de-l-Union-des-Industries-de-la-Protection-des-Plantes (portrait de Eugénia Pommaret publié sur le site de l'UIPP lorsqu'elle en est devenue la directrice, en novembre 2013) ; http://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/151022_ecophyto.pdf (le plan Ecophyto II en détails).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Pommaret Eugenia
Thumb_photo_euge_nia_pommaret_uipp

Eugénia Pommaret, Directrice générale de l’Union des Industries de la Protection des Plantes (UIPP). L'UIPP est une association professionnelle regroupant...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats panique

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de multinationales

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit