Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4952 MembresCréer un compte

Des prairies aux multiples intérêts

Home_big_img31

Les prairies sont l’une des clés dont disposent les filières d’élevage pour relever les défis de demain : adaptation au réchauffement climatique, amélioration de l’autonomie protéique, ou encore de l’acceptabilité sociale des pratiques d’élevage.

© Cécile Julien
Économiquement intéressante, écologiquement performante, l’herbe a bien des atouts
 
 
 
 
 
Charges opérationnelles hors récolte
+ Coût de récolte avec main- d’œuvre
= Coût
de production
Ensilage herbe classique
105 € / ha
+ 50 € / tMS
= 65 € / tMS
Ensilage herbe précoce
+ 70 € / tMS
= 85 € / tMS
Enrubannage herbe
+ 75 € / tMS
= 90 € / tMS
Ensilage méteil classique
318 € / ha
+ 38,5 € / tMS
= 70 € / tMS
Ensilage luzerne
390 € / ha
+ 50 € / tMS
= 95 € / tMS
Ensilage maïs
600 € / ha
+ 30 € / tMS
= 75 € / tMS
Betterave fourragère
850 € / ha
+ 35 € / tMS
= 100 € / tMS

Source : Projet PEREL

 

Que seraient les paysages sans les prairies ? Certainement bien différent, car les prairies permanentes permettent la valorisation des parcelles sur lesquelles il serait impossible d’envisager des cultures de vente (zones montagneuses, parcelles humides), les prairies temporaires s’intègrent dans les rotations. Les surfaces en herbe représentent plus de 40 % de la SAU française.

L’herbe, une culture rentable

Récoltée ou pâturée au bon stade, l’herbe a une bonne valeur nutritionnelle et offre une ration équilibrée pour les ruminants. Dans cette optique de conforter l’autonomie alimentaire des exploitations, l’herbe a aussi l’avantage de permettre d’engranger des stocks au printemps, avant que les stress hydriques ne pénalisent les rendements. Face aux aléas climatiques, les prairies sont généralement plus résilientes. Non seulement leur période de récolte arrive avant le stress hydrique estival, en plus la diversité des espèces qui les composent assure une certaine stabilité des rendements.

Les prairies sont les cultures les moins coûteuses à « produire sur pied », autour des 15 €/t MS. Par contre, son coût de récolte, ramené à la tonne de matière sèche, sera plus élevé que celui d’une culture à fort rendement par récolte, comme le maïs. Il faut alors raisonner en intégrant aussi la valeur alimentaire. Une coupe précoce pour un ensilage d’herbe coûtera plus chère à la tonne de matière sèche mais assurera un fourrage d’excellente qualité nutritionnelle.

La culture verte par excellence

Les prairies sont aussi de réels atouts environnementaux. La combinaison prairies et haies est un véritable réservoir de biodiversité. Non seulement les prairies valorisent de nombreuses surfaces, qui ne pourraient l’être par d’autres cultures et seraient laissées en déprise, au détriment des paysages, mais elles concourent à limiter le lessivage et l’érosion, grâce à la permanence de leur végétation. Comme elles restent en place plusieurs années, les prairies stockent du carbone et contribuent donc à limiter les émissions de gaz à effet de serre.

Autre intérêt environnemental, les prairies sont très peu exigeantes en interventions phytosanitaires. En plus d’un arrière-effet bénéfique pour la culture qui suivra, une prairie cassera également les cycles des maladies et des adventices. Au regard des parcelles suivies dans le cadre du programme Ecophyto, l’institut de l’élevage a montré que l’IFT (indice de fréquences de traitement) est plus faible dans les rotations avec prairies temporaires. Pour un blé tendre, s’il est intégré dans une rotation sans fourrages, son IFT sera de 4.09, contre 2.73 pour la même culture mais dans une rotation avec des prairies temporaires.

Une réponse aux attentes sociétales

Autre intérêt, et non des moindres, les prairies apportent des réponses à bon nombre d’attentes sociétales. Déjà par leurs intérêts environnementaux, mais aussi car elles sont la culture clé dans les systèmes bio. Avoir des animaux dehors, nourris essentiellement à l’herbe est aussi une attente forte des consommateurs, qui recherchent plus de naturalité dans les produits qu’ils achètent.

Les filières s’attèlent depuis longtemps à répondre à ces attentes. Dans la filière laitière par exemple, de nombreuses démarches valorisent les pratiques de pâturage, avec des durées minimales en prairies (lait de pâturage) ou une alimentation à base d’herbe (lait de foin, AOP fromagères).

Témoignage

« Comme tout jeune installé, j’ai un suivi économique avec ma coopérative, explique Benjamin Renaud, éleveur laitier en Ille et Vilaine. En se basant sur une rémunération à 2 SMIC pour chacun des associés du Gaec, on arrive à un prix d’équilibre du lait à 306 €/1.000 litres. Si on s’en sort aussi bien, c’est car on achète peu de concentrés et qu’on privilégie l’autonomie alimentaire ». La luzerne occupe 20 Ha de leurs 180 Ha de SAU. « On arrive à récolter 14 tonnes de matière sèche, chiffre l’éleveur. On fauche, le lendemain, notre entrepreneur récolte à l’autochargeuse. On obtient un ensilage riche en protéines ». De quoi afficher une moyenne d’étable à 11.000 kg tout en maintenant le coût de concentrés sous les moyennes de leur coopérative.

Cette autonomie alimentaire, les éleveurs veulent la cultiver. « La luzerne est adaptée à notre secteur séchant. En plus, comme on travaille en semis direct, elle casse le cycle des adventices et est un bon précédent, souligne Benjamin Renaud. La luzerne, comme l’herbe et les méteils nous permettent d’assurer une partie des stocks avant la sécheresse estivale ».

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : redaction wikiagri
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_d_e_cran_2021-03-04_a__12.00.04

    Un banc de pulvérisation pour mesurer l’impact

    Un matériel pédagogique unique, de pulvérisation mobile a été mis au point afin de reproduire les différentes étapes de l&rsq...

  • Home_capture_d_e_cran_2021-03-04_a__11.53.53

    Fongicides T1& T2 : comment sécuriser l’efficacité et réduire les doses

    Les traitements fongicides sur céréales à paille, T1 et T2 méritent souvent d’être adjuvantés. Les adjuvants de nouvelle g&eacu...

  • Home_img66

    Cultivez la diversité

    © D.A. Pour un fourrage de qualité, il faut choisir les variétés les plus adaptées à son contexte pédo-climatique mais auss...

  • Home_img139

    Du foin à haute valeur par le séchage en grange

      Crédit photo illustration de l'article : Segrafo. Le séchage en grange permet de produire du foin de valeur alimentaire proche d’...

  • Home_img133

    Décomposer les coûts de la récolte de l’herbe

    Les fourrages représentent environ 20 % du coût total de l’élevage des herbivores. La maîtrise de ces coûts au moment critique de la r&e...

  • Home_img127

    Organisation du chantier de récolte : chaîne de matériel

    Le moment de la fauche (voir article récolte) met à terre un potentiel de rendement et de qualité. Mais c’est ensuite, tout le long de la chaî...

  • Home_img119

    Déterminer sa date de récolte optimale

    La période de récolte de l’herbe est un compromis à trouver entre qualité du fourrage, quantité, conditions météorologi...

  • Home_img110

    Rénover sa prairie

    Une prairie qui n’assure plus correctement les fonctions attendues notamment en termes de qualité et de quantité de production mérite parfois d&rsq...

  • Home_img95

    Réussir l’implantation de ses prairies

    Le démarrage des prairies est une étape clé qui va déterminer une grande partie du potentiel de production et donc la rentabilité pour les ...

  • 1Commentaire
  • #1

    L'herbe est une culture rentable a condition de ne pas la laisser mourir de soif l'été ! Les surfaces végétales baissent l’albédo des sols, évacuent la chaleur (chaleur latente), absorbent du CO2, libèrent de l’oxygène, nourrissent et protègent toute la biodiversité sur les continents … En ayant stigmatisé la consommation d’eau des plantes (et donc de l’agriculture) on a créé des déserts et même déréglé le climat ! la végétation ne consomme pas d'eau mais apporte des pluies , ce sont les cultures sèches qui coupent le cycle de l'eau l'été ! Un environnement vivant c'est un environnement vert l'été, ce sont les forêts de feuillus qui dictent les saisons pas les champs de blé ! Végétaliser l'été ne signifie pas irriguer plus au contraire, il faut juste éviter l'absence d'évapotranspiration l'été en implantant les couverts végétaux dans la fraicheur des sols juste après les moissons et pas en fin d'été. cf les travaux de Frédéric Thomas en TCS et AC

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit