Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4281 MembresCréer un compte

Cop21, le labour pas forcément en cause dans la lutte contre le réchauffement climatique

Home_big_labour

Augmenter de 0,4 % par an le stock de carbone organique contenu dans la matière organique des sols de la planète en stockant le CO2 émis dans l'atmosphère compenserait la production de gaz à effet de serre issue de la combustion d’hydrocarbures et de charbon. Cette stratégie repose par l’adoption de pratiques culturales appropriées, mais pas par la fin du labour. Il n'aurait ainsi qu'une faible incidence sur le réchauffement du climat !

Il y a de fortes chances pour que le programme 4 pour 1000 fasse partie de l’agenda des solutions climato-intelligentes de la COP21 qui s’ouvrira le 30 novembre prochain, autrement dit des solutions retenues dans la stratégie de lutte contre le réchauffement de la planète.

Présenté en mars 2015 à Montpelier, ce programme a toutes les vertus puisque associe performance écologique, économique et sociale. Il vise  augmenter de 0,4 % par an le stock de carbone organique contenu des sols de la planète en stockant le carbone émis sous forme de gaz à effet de serre. Mais aussi à rendre les sols plus fertiles puisqu’ils seront plus riches en matière organique.

Toutefois, « il sera plus efficace d’accroître les entrées de matière organique par implantation d’espèces ligneuses en association ou en remplacement de sols nus par des couverts végétaux, plutôt que de tenter de réduire les vitesses de minéralisation des matières organiques par des pratiques de non labour », écrit Thomas Turini, ingénieur agronome au Centre d’information pour la viande (CIV) dans une étude intitulée « Influence de l’élevage et de la production de viande de ruminants sur le climat ». Selon l’étude du CIV, l’augmentation des couches superficielles du sol en carbone par le développement des pratiques culturales simplifiées serait en effet compensée par une « inversion de tendance » dans les couches les plus profondes. Ce serait en fait la fréquence de cultures diversifiées qui « semblerait stocker du carbone dans le sol jusqu’à 60 centimètres de profondeur ».       

En France, certaines pratiques agricoles génèrent une augmentation des stocks de carbone organique :
- Implantation de cultures intermédiaires + 0,24 tonne par hectare et par an (écart type de 0,11t) 
- Labour occasionnel 1 fois tous 5 ans + 0,1 t/ha et par an
- Implantation de semis direct : 0,15 t/ha et par an
- Prairie temporaire de 5 ans : + 0,25 t/ha et par an

Or, avec un stock de 50 tonnes de carbone organique dans le sol par hectare, une augmentation de 0,4 % par an équivaut à emmagasiner 0,2 tonne. Aussi, l’objectif de 4 pour 1 000 est tout à fait réaliste.

Le 4 pour 1000, un objectif réaliste

Par ailleurs, selon une autre étude, de l’institut de l’élevage cette fois, le stockage additionnel assuré par les prairies permanentes pâturées et les haies associées représente un accroissement annuel du stock de carbone organique, évalué à 80 t/ha, de 0,8% par an.

A l’échelle mondiale, le programme 4 pour 1 000 est tout à fait réaliste.

Les émissions de gaz à effet de serre générées par les activités humaines sont estimées chaque année à 9,8 milliards de tonnes équivalent carbone.

L’activité de photosynthèse permet de stocker 2,9 milliards de tonnes et la dissolution du CO2 dans les océans est estimée à 2,6 milliards de tonnes par an.

Aussi, les émissions nettes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère sont estimées à 3,5 milliards de tonne équivalent carbone.

Or comme le stock de carbone contenu dans les sols jusqu’à 40 centimètres de profondeur est de 820 milliards de tonnes, il suffirait d’accroître ce stock de 3,5 milliards de tonnes par an, soit une hausse annuelle 0,43 % pour compenser ses émissions…. D’où l’initiative 4 pour 1000 !

Cet objectif n’est pas démesuré, aux dires d’experts scientifiques. Mais la crédibilité de ce scénario suppose sur la fin des déforestations et du changement des affectations des sols à l’origine de la production d’un milliard de tonnes équivalent carbone par an à l’échelle de la planète...

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_ruches_miel_abeilles

    Miel, la production mondiale stagne alors que la consommation augmente

    La consommation et les prix des pots augmentent et pourtant, une grande partie des apiculteurs ne font plus leur miel… faute d’essaims d’abeilles pour en p...

  • Home_ferme_am_ricaine

    Farm Bill, les règles connues des farmers américains pour les dix prochaines années

    Le gouvernement américain a évalué à 867 milliards de dollars le coût du Farm Bill d’ici 2027. Pour les farmers, la priorité es...

  • Home_foncier_agricole_prix

    Foncier, les prix des terres louées convergent vers ceux des terres libres

    L’écart de prix de 26,5 % n’a jamais été aussi faible depuis 2001 en France. Toutefois il varie d’un département à l&rsqu...

  • Home_p_ture_polder_rotterdam

    Prix des terres dans l'Union européenne, les écarts se creusent entre les pays membres

    Entre 2004 et 2015, le prix de l’hectare de terre a été multiplié par 5,6 en Pologne. Il est dorénavant supérieur à celui obse...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro