Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4018 MembresCréer un compte
Découvrez agri-meteo

Conversion au bio, les chiffres de l'expansion des surfaces agricoles en Europe

Thumb_agriculture_bio_europe
05Avr2018

Avec 21,9 % de la surface agricole utile (SAU) nationale, l’Autriche est en tête des pays de l’Union européenne en cours de conversion à l’agriculture biologique grâce à la région de Salzbourg où la moitié des terres est certifiée. Les trois autres régions phares sont la Calabre (Italie), l'Ouest de l'Estonie et le Norrland Central (Suède) où plus de 30 % de la surface agricole n’est plus cultivée en conventionnel.

Dans l'Union européene, les régions les plus converties à l'agriculture biologique sont toutes situées dans les pays les plus engagés dans cette voie, proportionnellement à leur surface agricole. C'est une des conclusions majeure du bilan dressé par l'Agence bio dans une rapport intitulé « La bio dans l'Union européenne » (source ici). 

Il s’agit de l’Autriche (21,9 % de la SAU nationale) et de la Suède (18,2%) rejointes par l’Estonie (18 %) et l’Italie (14,5 %). Et c’est dans ces quatre pays qu’ont été identifiées les quatre régions où la proportion de la SAU en bio est la plus élevée.

Celle-ci est supérieure à 50 % dans la région de Salzbourg en Autriche et elle représente plus de 30 % dans l'Ouest de l'Estonie et dans le Norrland Central en Suède.

En Italie, la Calabre est la quatrième région européenne convertie en bio (taux supérieur aussi à 30 % de la SAU). Mais la péninsule italienne fait partie, comme l’Autriche, des leaders européens aussi bien en termes de surface qu’en taux de conversion. C’est ce qui les distingue de la France, de l’Allemagne ou de l’Espagne qui mobilisent, proportionnellement à leur SAU nationale, moins de terres pour l’agriculture biologique (détails plus bas).

Dans le classement européen des régions bio, la première française mentionnée par l’agence bio figure dans le groupe des 15 % - 20 %. Il s’agit de la Provence Côte d’Azur aux côtés de la Styrie, de la Basse-Autriche, de la Haute-Autriche et du Voralberg, en Autriche.

En queue de peloton européen, les régions à la traine (SAU inférieure à 1 %) sont sans surprise dans les pays où l’agriculture bio n’a pas percé. Au Royaume-Uni, Il s’agit de l’Irlande du Nord, du Yorkshire et de l’Humberside. En Pologne, deux régions sont aussi en marge du mouvement : la Couïavie-Poméranie et Voïvodie d’Opole mais aussi en Grèce (Epirus et Egée du Sud).

Dans la péninsule ibérique, l’agriculture bio est concentrée en Andalousie (20 à 25 % de la Sau) sans s’être implantée en Castille-et-Léon (1 % de la SAU).

En France, la répartition régionale de l’agriculture biologique est assez homogène. Les régions françaises consacrent entre 3 et 10 % de la SAU, excepté la région Haut de France quasiment en queue de peloton avec moins de 2 % de la SAU.

Le classement européen des régions est appelé à évoluer fortement dans les deux prochaines années, compte tenu de la part des surfaces déclarées bio encore en conversion. De nombreux pays se sont lancés tardivement dans cette voie. En Bulgarie, 77 % des surfaces ayant adopté des techniques culturales « bio » étaient en fait encore conversion. Le taux est de 69 % en Croatie.

Concernant les pays dans la course depuis plus de 10 ans, la proportion des surfaces en conversion dépasse souvent 30 % des superficies déclarées en bio (France, Espagne exemple) car il existe encore des marges de croissance.

En que de peloton, essentiellement des pays où la bio n’imprime toujours pas : Les Pays Bas et le Royaume uni (5%) et dans une moindre proportion des pays déjà très engagés.

Forte concentration des surfaces en bio

L’Espagne se démarque par l’importance de ses terres agricoles passées au bio (1,97 million d’ha fin 2016, derniers chiffres connus au niveau européen) et pourtant le pays n’est que le 10e pays européen en termes de taux de conversion  (8,66 % de la SAU totale – moyenne européenne, 6,2 %).

Pour rappel, l’agriculture française était cette année-là à 5,7 % pour passer en 2017 à 6,5 % de la SAU, soit 1,77 million d’hectares.

Dans l’Union européenne, 291.000 exploitations cultivent 12 millions d’hectares. 64 % de la surface est concentrée dans 6 pays (Espagne, Italie, France, Allemagne Autriche et Suède). Et 70 % des exploitations sont réparties dans 5 de ces six pays mais aussi en Pologne. La Suède ne fait pas partie de ce second groupe.
 

L'illustration ci-dessous est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/167563980.

 

Que pensez-vous de l’article ?

  • 0
  • 4
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Auteur :
Avatar_blank

Hénin Frédéric

JournalisteEn savoir plus
Partager
cet article
  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x