Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4459 MembresCréer un compte

Brexit, la filière ovine entre l'enclume et le marteau

Home_big_troupeau_de_moutons

L'équilibre du marché ovin, français et européen, est menacé par la baisse attendue des importations de viandes britanniques et par les convoitises que portent la Nouvelle-Zélande et l'Australie sur l'Union européenne, le continent le plus riche de la planète.

Les sujets traités lors de la dernière conférence « Grand angle » organisée par l’Institut de l’élevage n’ont jamais autant été au cœur de l’actualité agricole. Le 14 mars dernier, la première édition consacrée à la filière ovine portait en grande partie sur le Brexit et les deux accords de libre-échange en cours de négociation entre, d’une part, l’Union européenne et l’Australie et, d’autre part, la Nouvelle-Zélande et l’Union européenne. Mais elle s’est surtout déroulée le lendemain du vote du Parlement britannique qui a refusé, en l’état, l’accord politique sur le Brexit avec l’Union européenne (depuis le feuilleton perdure). Or les producteurs d’ovins français et européens savent qu’une partie de leur avenir se joue en ce moment.

Comme la France produit deux fois moins de viande qu’elle n’en consomme, elle en importe massivement dont 40 000 tonnes équivalent carcasse du Royaume-Uni (sources 2017). Si ce dernier est relégué au statut de pays tiers, les approvisionnements français et européens d’Outre-Manche seraient taxés et soumis à des contrôles de sécurité sanitaire. Le prix de carcasse serait majoré de 3-4 € par kilogramme. Toutefois, une nouvelle dévaluation de la livre sterling (envisagée) pourrait atténuée la hausse des prix.

L’Union européenne n’aurait pas les moyens de réagir immédiatement en mettant sur le marché davantage de viande ovine produite sur le continent. A Vingt-sept, elle ne pourvoirait plus à ses besoins qu’à hauteur de 80 % actuellement contre 88 % actuellement en comptant le Royaume-Uni.

Sur les étals de la grande distribution, la gamme de produits disponibles serait profondément modifiée en France. Davantage de viande ovine importée d’Océanie, bon marché, pourrait concurrencer la production intérieure et mettre en péril de nombreux éleveurs, sans avoir la possibilité de se reconvertir. La production ovine est en effet présente dans les territoires agricoles très défavorisés où l’activité agricole est très difficile.

Cette crainte est tout à fait justifiée. A ce jour, le contingent océanien de viande océanienne à droits nuls est partiellement rempli avec la Nouvelle-Zélande, soit 62 % des 228 000 tonnes équivalent carcasse (téc) allouées.

Si l’accord négocié entre le Royaume-Uni et l’Union européenne est finalement approuvé, les échanges commerciaux se dérouleraient comme à l’accoutumée de part et d’autre de la Manche jusqu’à la fin de l’année 2020. Et ensuite, le Royaume-Uni aurait avec l’Union européenne, à peu près le même statut que celui de la Norvège actuellement.

Toutefois le Brexit impactera les relations commerciales entre l’Union européenne à Vingt-sept (UE 27) et le continent océanien. Les contingents tarifaires entre d’une part l’UE 27 et le Royaume-Uni, et d’autre part l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont répartis en fonction des expéditions de viande observées. Avec la Nouvelle-Zélande, l’UE 27 reprend la moitié du contingent de 228 000 téc et avec l’Australie 20 % des 19 000 téc importées.

Les accords commerciaux actuellement en cours de négociation entre l’UE 27 et les deux pays océaniens reposeront sur ces nouveaux contingents, ce qui réduira d’emblée les opportunités commerciales des pays océaniens.

Or le marché européen est rémunérateur. Le coût de production du kilogramme de carcasse de d’agneaux est de 4,9  € en Nouvelle Zélande et de 5,6 € en Australie contre 12,9 € en France dans les troupeaux de 750 brebis.

« Aussi, il apparaît essentiel de maintenir des mesures de protection dans l’Union européenne afin d'éviter toute déstabilisation du marché », défend l’Idele. Sinon l’élevage ovin périclitera. Le marché européen offre des marges de développement important si la Chine ferme ses frontières aux importations de viande néozélandaise.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 2
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_accord_mercosur

    Viande bovine, la crise économique au Brésil rend l'accord de libre-échange plus menaçant

    Pour exporter sa viande bovine, le Brésil a de plus en plus intérêt à ce que l'accord de libre-échange Europe-Mercosur soit ratifi&eacut...

  • Home_vache_laiti_re_collecte

    Un apport encore léger de la loi Egalim pour les producteurs laitiers

    Sur le terrain la conjoncture est différemment ressentie par les éleveurs car le prix payé par les industriels, dépend de leur mix produit. Selon ...

  • Home_revenu_des__leveurs

    Revenu des éleveurs, on est loin des deux Smics par unité de main-d'oeuvre

    L’institut de l’élevage publie les coûts de production et de revient des principales filières d’élevage de ruminants (bovins, ovi...

  • Home_viande_bio

    Les consommateurs de viande bio pensent avant tout à leur confort personnel

    Qu’est-ce qui poussent les consommateurs à manger de la viande bio ? Le bien-être apporté à leur santé, et la bonne qualité...

  • Home_nutrition_animale_vaches

    L'anti élevage menace 900 000 emplois en France

    Les entreprises de fabrication d’aliments du bétail du Snia sont les victimes collatérales des campagnes agressives contre l’élevage fran&cce...

  • Home_v_t_rinaire_couiza

    Dans l'Aude, des éleveurs s'alarment du départ de leur vétérinaire rural

    Ils sont 120 éleveurs de vaches, brebis et chevaux de l’Aude qui refusent de voir partir le dernier vétérinaire de leur zone géographique. M...

  • Home_charolaises

    La filière bovine européenne dans le flou

    La production de viande bovine devrait baisser de 140 milliers de tonnes équivalent carcasse dans les huit principaux Etats membres de l’Union européenne....

  • Home__levage_porcs_chine__archives_

    200 millions de porcs abattus en Chine à cause de la peste porcine, la planète incapable de compenser

    L’épidémie de la peste porcine fait des ravages dans l’Empire du milieu. Les pertes portent sur plusieurs dizaines de millions d’animaux et de...

  • 1Commentaire
  • #1

    Bonjour,

    Voici le récapitulatif des activités du jour sur le site de consultations publiques du Ministère de la Transition écologique et solidaire.

    Eau et Biodiversité - La consultation Projet d’arrêté portant expérimentation de diverses dispositions en matière de dérogations aux interdictions de destruction pouvant être accordées par les préfets concernant le loup (Canis lupus) est ouverte sur le site Internet du Ministère de la Transition écologique et solidaire. Cliquez sur le lien ci-après pour y accéder : http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?page=article&id_article=1960

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit