Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

Bien choisir ses lubrifiants agricoles

Home_big_eta_27_semaine_01_couverture

Pas d’approximation, mais de la discipline

Le manque d’informations technique sur le recto d’un lubrifiant est souvent compensé par des écritures de normes illisibles affichées au verso.

Un bidon d’huile 15W40 pour les moteurs, 80W90 pour les engrenages et un fût HV 46 pour les animations hydrauliques. Cette approche de stock d’atelier était courante il y a plus de 25 ans. A cette époque, les moteurs n’avaient pas de turbocompresseurs, encore moins de catalyseur SCR, et les circuits power beyond n’étaient pas encore découverts. La gestion des consommables se pré- sentait de manière simple, avec beaucoup d’ingrédients communs pour un parc d’automoteurs variés. Les huiles multifonctions n’étaient pas réservées qu’aux convertisseurs de couples, mais les périodicités de vidanges étaient mensuelles dans certains cas d’utilisations intensives. Comment s’y retrouver aujourd’hui pour être sûr de respecter la qualité d’huile ? Dressons un tour rapide des normes, spécifications et homologations pour assurer la durabilité de nos machines.

L’achat  d’un  nouveau  tracteur  ou  d’un  matériel  d’occasion muni d’une centrale hydraulique vous interroge sur la périodicité de vidange des carters d’huiles et surtout sur l’utilisation possible d’un stock que vous accumulez. Le bon sens vous fait penser qu’une bonne vieille 15W40 convient toujours à une motorisation diesel et qu’un fût de HV 46 passe les années comme un bon vin de garde. C’est malheureusement plus compliqué, et il est fort probable qu’une combinaison de trois lubrifiants de votre atelier ne suffise pas pour l’ensemble de vos outils, qu’ils soient automoteurs ou attelés. Les plus sceptiques attribueront cette complexité à une obsolescence programmée par les motoristes. Les plus lucides imaginent que les évolutions technologiques des moteurs et transmissions contraignent à adapter une huile ou une graisse avec des additifs toujours plus spécifiques.

Ne vous arrêtez pas à la viscosité. Les termes synthétiques, performances, racing, essence ou diesel n’informent pas plus que le pictogramme automobile sur la qualité de l’huile et son usage… y compris agricole.

La viscosité n’est pas la qualité

Les huiles 15W40 peuvent être disponibles pour des normes de qualités très différentes. Attention à ne pas s’arrêter à cette simple information de viscosité.

N’envoyez pas un novice choisir un bidon d’huile moteur chez votre distributeur. Face à plusieurs dizaines de marques de lubrifiants et tout autant de différences de prix, il serait hasardeux d’acheter systématiquement l’huile la moins chère ou la plus dispendieuse. Le sentiment qu’un bidon aux couleurs de la marque du tracteur garantit un respect des préconisations n’est pas plus judicieux. La première étape se réalise donc à l’atelier ou au bureau, en consultant les manuels d’entretien des machines. Depuis plus de 15 ans, ils contiennent les spécificités minimales attendues pour chaque sous-ensemble à lubrifier. La norme SAE classifie les huiles selon leur facilité d’écoulement et de pompabilité (variable selon la température). La dénomination est souvent constituée de deux nombres séparés d’un W : SAE 5W30 ou 15W50 par exemple. La viscosité à froid est le premier chiffre. Plus il est faible et plus l’huile restera liquide à basse température. A l’inverse, le nombre qui suit le W correspond à la conservation de viscosité à chaud. Plus la valeur est élevée et plus l’huile restera épaisse à forte température. Une huile monograde (exemple SAE 30) propose une plage d’uti- lisation réduite et est réservée aux motorisations anciennes tandis qu’un lubrifiant multigrade très étendu comme SAE 10W60 offre un maintien de viscosité dans des situa- tions plus larges. Le prix d’achat sera également impacté par cette performance de fluidité.

La viscosité peut être préconisée en fonction des températures ambiantes du véhicule. Si la valeur est imposée (exemple 5W30 en Europe de l’Ouest), il s’agit peut-être d’une exigence technique de conception du moteur qu’il faut prioriser.

Au-delà de la spécification SAE un constructeur ne peut jamais imposer une marque d’huile, mais uniquement des normes de qualités à respecter. On retrouve d’abord deux classifications internationales :

  • API (American Petroleum Institute) : cette certification est privilégiée par les motoristes américains qui classent les huiles par fonction selon une première lettre. Une huile API S sera réservée aux motorisations essence tandis  que le suffixe C précise un usage en combustion diesel (automobile, industriel ou agricole). La plupart des huiles du marché sont certifiées pour un usage mixte (essence et diesel), mais l’équivalence de qualité n’est pas systématique. Pour définir le niveau de qualité de l’huile nécessaire à un moteur une seconde lettre est ajoutée. Les huiles API SF/CF correspondent à des technologies des années 90 et antérieures, lorsqu’une huile SN ou CJ équivaut à la qualité la plus importante de chaque usage. Retenez que plus la seconde lettre est éloignée de A, meilleure est l’exigence de qualité. Cette norme américaine identifie également le type d’huile pour les transmissions par les lettres GL. Dans ce cas, il s’agit d’un chiffre qui est proportionnel au niveau de qualité de GL1 à GL5 plus couramment. Attention, car parfois, le mieux est l’ennemi du bien, et certains carters de transmissions qui requièrent une huile API GL4 ne sont pas remplaçables par un lubrifiant de spécification API GL5.
  • ACEA (Association des Construc- teurs Européens d’Automobiles) : cette norme est plus adaptée à l’évolution des phases de dépollutions imposées en Europe. Le niveau de qualité exigée par un motoriste Européen est alors plus en phase lorsque l’huile correspond à cette norme et pas uniquement à la dénomination API. Encore une fois, c’est une lettre qui définit l’usage du lubri- fiant : A pour essence, B pour diesel des véhicules de tourisme, C pour diesel avec dépollution complexe et E pour nos usages agricoles, industriels et utilitaires. Un seul chiffre suivant (exemple ACEA E7) garantit le niveau de qualité de l’huile moteur. Si la numérotation est proportionnelle à la qualité pour les usages A, B et C, elle n’est pas systématiquement corrélée à la génération de moteur pour les motorisations agricoles (de ACEA E1 à ACEA E9). Ainsi, il est plus important de respecter scrupuleusement la numérotation de cette norme sans vouloir surenchérir en qualité de lubrifiant.
  • Homologations constructeurs : chaque motoriste ou fabricant de transmission peut exiger l’utilisation d’une huile qui répond à sa propre norme de qualité. On retrouve ainsi des acronymes intuitifs comme NH, MF ou MAN, mais également des codes tels que MB 229.31 pour Mercedes, J20C pour John Deere ou TO-2 pour Caterpillar par exemple. Heureusement, de nombreuses marques de lubrifiants respectent ces homologations et sont donc compatibles avec les machines y compris lorsqu’elles sont sous garanties. Assurez-vous donc qu’au-delà de l’étiquette du fût d’huile, le fournisseur puisse vous délivrer l’attestation d’homologation d’huile.

Une fois les spécifications de lubrifiant de la machine identifiées dans le livret d’entretien, il suffit de retrouver les normes API, ACEA et l’homologation constructeur exigée.

Pas toujours des arguments bidons

Les transmissions hydrostatiques d’automoteurs de récolte, les centrales hydrauliques d’outils attelés ou les ponts arrière immergés de tracteurs exigent une huile étrangement dénommée hydraulique. C’est la norme ISO qui classifie la qualité de ces lubrifiants d’animation d’organes. Un couple de lettre HM ou HV par exemple informe du niveau de qualité croissant tandis que le nombre qui suit indique le grade de viscosité. Les huiles HV 46 dominent le marché des lubrifiants agricoles mais doivent cependant être choisies avec rigueur. Un indice de viscosité (méthode D2270) minimum peut être exigé par certains constructeurs. Cette information majeure disponible dans les documentations techniques peut varier à moins de 150 jusqu’à plus de 175, faisant parfois doubler le prix d’un même lubrifiant. Certaines boîtes de vitesses ou pont avant de tracteurs exigent des normes spécifiques : LS, STOU, Dexron. Toujours dans la même logique, veillez à respecter scrupuleusement les exigences précisées dans le livret du constructeur. De nombreuses défaillances mécaniques sont dues à des erreurs volontaires ou non de spécifications ou d’homologations. Dans le cas d’un achat d’occasion ou d’un diagnostic de pannes, il est toujours préférable de réaliser des analyses d’huile usagée pour identifier le niveau d’évolution des potentielles détériorations. Dans la même logique, tous les autres lubrifiants sont identifiables par une viscosité et une qualité d’additivité : JASO pour les motorisations deux –temps ou NLGI pour les graisses par exemple. Pour résumer :

  • annoter les exigences attendues dans les livrets d’entre- tiens,
  • identifier les machines par normes de viscosité et qualité similaires,
  • acheter les lubrifiants correspondants pour chaque type d’application.

Les huiles multifonctions ne dérogent pas aux règles d’exigences de viscosité, spécification API ou ACEA et homologations constructeurs.
 
Auteur: Julien Herault

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 3
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29__semaine_20_couverture

    Nouveautés : Epandeurs et tonnes à lisier

    Vredo fidèle au concept quatre roues 30 ans après avoir lancé son premier automoteur 4 roues, le néerlandais dévoile le VT5536, un ...

  • Home_eta_29_semaine_17_image3

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin  Réviser les matériels en morte-saison, cela tombe sous le sens, en particulier p...

  • Home_wiki_49_semaine_10_couverture

    Méthanisation : La logistique d'épandage se professionnalise

    L'allemand Kumm débarque en France Par son expérience d’entrepreneur et de prestataire dans le domaine de l’épandage de lisier et de ...

  • Home_eta_28_semaine_10_couverture

    Nouveautés : des automoteurs toujours plus performants

    Le nouvel Alpha R-Activ s’accompagne d’un design re-stylé de la calandre avant, de nouveaux phares LED, de bavettes longues et d’un carter prot&eacut...

  • Home_wiki_49_semaine_9_couverture

    Désherbage mécanique : panorama des nouveautés

    Carré : une herse étrille pour les Pros Le vendéen lance sa nouvelle herse étrille de précision Pressius pour grandes cultures en compl...

  • Home_eta28_semaine_9_-_couverture

    La Sarl Taligot s'est adaptée à l'épandage de digestat

    Armel Taligot devant l'une de ces deux tonnes de transfert pour alimenter le caisson.   La méthanisation représente de belles opportunité...

  • Home_wiki_49_semaine_6_bis_couverture

    Un tracteur qui carbure au méthane

    Le T6.180 Methane Power de la SARL Morel Energies roule avec le méthane produit sur place. Faire le plein du tracteur avec un carburant produit sur la ferme. C&rsq...

  • Home_eta_21_semaine_52_couverture

    Dossier Expert : Comment choisir son déchaumeur sans se tromper

    Une grande majorité des outils de travail du sol peuvent répondre à la destruction d’un chaume. Pour éviter de tomber dans une exhaustivit&e...

  • Home_eta_17_semaine_3_couverture

    GUIDE DES INNOVATIONS

    TRAVAIL DU SOL HORSCH - Des solutions de désherbage mécanique Face à la pression sociétale et à l’engouement pour des solutio...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit