Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5159 MembresCréer un compte

Bien choisir sa bineuse

Home_big_wiki_46_semaine_36_bis_couverture

Les bineuses équipées d’une coupure de section relèvent automatiquement chaque élément bineur en bout de champ.

Après avoir été un matériel réservé au sarclage de cultures en rangs larges, les bineuses reviennent en force avec une panoplie d’équipements qui  permet de les  classer aujourd’hui aussi dans les outils de désherbage de toutes les céréales. Les bineuses s’émancipent et ne sont pas exclusives aux producteurs biologiques. L’évolution des guidages et des pièces travaillantes poussent encore plus loin les conditions d’utilisations et les façons culturales. L’investissement dans une bineuse n’est pas qu’un cumul d’options et d’accessoires, il faut également anticiper les multiples d’inter-rangs possibles ainsi que les montes de pneumatiques du tracteur dédié au désherbage mécanique.

Le désherbage mécanique est un moyen de lutte qui complète les leviers préventifs. Seule, une bineuse saura nettoyer efficacement une culture, d’autant plus si elle est peu concurrentielle, jeune ou peu couvrante. Les facteurs de réussite d’un binage débutent  dès le semis en créant un lit de semence nivelé, ressuyé et supportant peu de débris en surface. Les vivaces développées ne pourront également pas être totalement détruites en un seul passage de bineuse. Même si le binage est une solution de désherbage curative, c’est encore quand on ne voit rien pousser qu’il est le plus efficace. L’arrosage qu’une bineuse est censé compensé dans un vieil adage est en réalité dû à l’effet de minéralisation obtenue par le travail du sol et la diminution de l’assèchement du sol en profondeur par rupture de capillarité.

 

Privilégier un châssis polyvalent

Contrairement à bien d’autres outils, la largeur de la bineuse est avant tout dictée par les caractéristiques du semoir qui a implanté la culture à désherber. Le nombre de rangs du semoir doit donc être équivalent ou un multiple du nombre de rangs de la bineuse. Sans cette  précaution, et même avec un guidage optique ou GPS, la culture en paiera un lourd tribut. La barre porte outil qui compose le châssis d’une bineuse peut être attelée à l’avant, au centre ou à l’arrière du tracteur. Même si les outils ventraux sont réservés aux tracteurs porte-outils, les bineuses frontales se rencontrent sur relevage avant pour faciliter le contrôle du chauffeur et le guidage manuel. En étant placé devant les roues directrices, la réactivité est parfois trop élevée et il peut être difficile de s’approcher du rang de culture. A l’arrière, même si l’opérateur est dans la posture la moins confortable pour adapter son cap, cela reste le type de châssis le moins onéreux. C’est également la configuration qui reçoit systémati- quement les interfaces de guidage automatisés, ne contraignant plus les lombaires et cervicales de l’opérateur. Adaptées aux larges semoirs, les bineuses repliables offrent la  possibilité  d’augmenter le débit  de  chantier tout en limitant le trafic  dans les parcelles. Le repliage des poutres peut parfois limiter le montage de fertiliseur. On favorisera alors le montage d’une colonne de distribution alimentée par une trémie frontale.

Le guidage manuel est plus précis avec une bineuse frontale mais aussi plus réactif

 

Loi de l’enherbement minimum

Le guidage le plus ancien est certainement celui de l’assistance manuelle. L’opérateur supplémentaire assis sur la bineuse assure un désherbage plus près du rang (mécaniquement ou électriquement) mais multiplie le coût de main d’œuvre sans véritablement améliorer le débit de chantier. Le guidage automatisé par palpeur fonctionne également en translatant une interface entre le châssis de la bineuse et l’attelage du tracteur. C’est le plus souvent un sillon formé lors du semis qui sert de gouvernail en négatif à un palpeur roulant ou traînant entre deux rangs. Ce mode de guidage s’affranchit du niveau de développement des herbes adventices mais reste réservé aux cultures avec des inter-rangs larges. Des excès de pluviométries peuvent provoquer un affaissement du sillon de guidage et compromettre la précision du guidage. La lecture optique de la position des rangs est un autre moyen de commander une translation de bineuse pour suivre les inter-rangs. Dans ce cas, la position et l’angle de la caméra a toute son importance. Le développement de la végétation ainsi que la luminosité peuvent impacter la qualité du signal nécessaire au guidage. Lorsque l’enherbement est trop important, ce type de guidage est à proscrire. Enfin, le semis avec un outil guidé par un signal RTK peut être biné grâce au même signal. Soit le tracteur est lui-même guidé et équipé d’une bineuse attelée de manière rigide, soit le signal RTK est capté sur la bineuse pour commander le décalage latéral d’une interface. Dans les deux cas, le paramétrage de la position de l’antenne et de l’anticipation de la vitesse d’avancement nécessite un important temps de mise en route.

L’utilisation d’un tracteur autoguidé n’est pas indispensable avec une bineuse autoguidée.

 

La forme des socs parfois plus impactante que sa largeur

Les socs bineurs à patte d’oie possèdent un angle d’attaque important pour favoriser leur capacité de pénétration ainsi que le foisonnement de la terre. Leur largeur est à adapter à l’espacement entre rangs ainsi que le taux  de  recouvrement choisi entre  chaque dent. Si vous préférez limiter la minéralisation et réduire la germination de nou- velles graines, il faut alors privilégier les socs plats. Leur forme est également en V mais ils travaillent parallèlement au sol pour ne pas déplacer de terre à proximité des plants cultivés. Ce sont les socs les plus rencontrés sur les bineuses à céréales semés à moins de 30 centimètres entre rangs. Les lames coudées, appelées Lelièvre sont des socs en L travaillant à plat dont la joue tranche le sol verticalement du côté du rang. L’objectif est également de ne pas relancer de germination sur les rangs, là où le désherbage mécanique est le plus difficile. Les protèges plants sont des déflecteurs rotatifs ou trainants qui évitent de recouvrir des jeunes  plantules. Leur  réglage est indépendant des pièces travaillantes et doivent aussi être modi- fiés selon le type de sol ou la présence de débris végétaux. Lors de l’investissement portez votre attention sur le nombre de dents que possède chaque élément bineur. La multiplicité d’éléments étroits ne possédant qu’une seule dent impose un montage de roue de jauge unitaire qui améliore le suivi de terrain et donc le respect de la culture céréalière. Cependant, veillez à ce que ce montage autorise l’utilisation de la bineuse dans des inter-rangs plus importants.

Les pièces travaillantes sont souvent communes à de nombreux constructeurs. Vérifier les compatibilités des fixations dans le cas d’utilisation de pièces adaptables.

 

Améliorer la performance

Les éléments bineurs peuvent recevoir des peignes trainant pour émietter des mottes qui seraient for- mées par les dents  de  la  bineuse  entre  les  rangs. Ce procédé permet de limiter les phénomènes de repiquage lorsque les conditions ne sont pas assez ressuyées. Les rotoétrilles ou autres doigts Kress bien connus des maraîchers autorisent  un  léger  travail sur la ligne de semis. En  foisonnant  la  surface  du sol, les adventices sont arrachées principalement au stade fil blanc. Alors que la bineuse est consi-dérée comme une solution (presque) curative, ces rotors de binages ne permettent pas une efficacité importante si les herbes indésirables sont développées ou si le lit de semence n’est pas suffisamment fin. A l’instar d’une coupure de tronçons de pulvérisateur, certains constructeurs relèvent les éléments bineurs automatiquement en bout de champ pour ne pas détruire les rangs transversaux. Chaque élé- ment bineur reçoit donc un vérin de relevage. Après un étalonnage sur le terrain l’asservissement se présente judicieux si votre parcellaire ne présente pas des fourrières à l’angle droit. Côté traction ou agronomie il faudra également anticiper un poids plus important de l’ensemble de la bineuse. Sur cultures sarclées, il est possible d’équiper sa bineuse d’une fertilisation localisée. Le dépôt de l’engrais se réalise à proximité de la ligne de semis en amont des pièces travaillantes pour profiter d’un recouvrement par le flux de terre.

Malgré leur efficacité, les rotors à doigts flexibles sont fastidieux à régler et présentent un coût d’investissement important.

Dossier réalisé par Julien Herault

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_26_semaine_41_bis_couverture

    Désherbage mécanique : des outils de plus en plus adaptables pour les ETA

    De plus en plus modulables et précises, les bineuses évoluent vers une fonctionnalité en adéquation avec les exigences des ETA. Face à la r...

  • Home_21-10-2021_couverture

    Un parc matériel adapté au binage du blé

    La bineuse Garford de Tony Coulais est composée de deux caméras qui contrôlent chacune la moitié des éléments lorsqu'elle est en ...

  • Home_eta_12_semaine_42_couverture

    Sélection d’outils de travail du sol grandes Largeurs

    La rédaction de wikiagri vous propose une sélection d’outils de travail du sol spécifique pour les chantiers de déchaumage nécessitan...

  • Home_eta_16_semaine_41_couverture

    Se différencier avec des semis modules

    Avec des gains attendus importants en maïs grain ainsi qu’en maïs fourrage, les deux cultures font figure de tête de pont pour cette technique de pr&eac...

  • Home_eta_16_semaine_40_couverture

    Mitsubishi: le l200 rentre dans le rang

    Le nouveau L200 change radicalement de look et gagne en virilité   C’est qu’il a pris du muscle, le nouveau Mitsubishi L200 ! Il gagne en cara...

  • Home_eta_12_semaine_40_couverture

    Les ensilages en conserve

    Sous l’impulsion d’une poignée d’entrepreneurs, l’enrubannage à poste fixe parvient à faire sa place dans les zones de polycultur...

  • Home_eta_16_semaine_39_bis_couverture

    Travail du sol: moduler au doigt et à l’œil

    Les outils de travail du sol embarquent toujours plus de vérins. Pour améliorer le confort du conducteur et s’adapter au mieux aux conditions de sol, dans...

  • Home_eta_16_semaine_39_couverture

    DISTRIBUTEURS D’ENGRAIS: VERS L’ULTRA-PRÉCISION EN CENTRIFUGES

    Le système de commande Speed Servo accroît la réactivité des distributeurs Axis aux changements de vitesse, de dose et de section (Doc Kuhn) ...

  • Home_eta_11_semaine_39_couverture

    UN SOUFFLE DE TECHNOLOGIE

    Les chenilles intègrent une suspension et font de l’Axion 900 Terra Tracun tracteur totalement suspendu (Doc Claas). Manufacturiers, équipementie...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit