Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Pédagogie, les étudiants deviennent acteurs de leur conduite d'exploitation

Home_big_observationsol

A chaque situation, une combinaison de leviers agronomiques existe de façon à atteindre un résultat optimal. A condition toutefois que les futurs professionnels agricoles (en l'occurrence ceux du lycée d'Auzeville, près de Toulouse) sachent remettre en cause les techniques paternelles, pas obligatoirement adaptées à tous les systèmes de culture. A chacun de trouver, pour son système, la juste pratique.

Sophie Rousval et Frédéric Robert sont enseignants au lycée agricole de Toulouse Auzeville. Ils ont développé une pédagogie fondée sur ces constats. L’exploitation, avec une SAU de 40 hectares, est un support idéal pour impliquer les étudiants de BTS Agronomie et productions végétales (APV) dans les prises de décisions.

Une adaptation progressive des systèmes de culture

En effet, les conditions pédoclimatiques sont complexes. Les sols sont très hétérogènes : principalement argilo limoneux, des zones sont aussi limono-argileuses à sablo-limoneuses. La pluviométrie est de 600 mm par an. Malgré la proximité du canal du Midi, l’irrigation n’est pas possible car le réseau est de mauvaise qualité. De plus en plus, le mois d’avril est froid et pluvieux tandis que l’été est sec. Tous ces éléments demandent une adaptation progressive des systèmes de culture.

"Avant la rénovation, les cours que nous dispensions étaient assez classiques, explique Sophie Rousval. On faisait la théorie en classe et on illustrait sur le terrain avec des observations. Les étudiants étaient passifs. En 2009, l’action pédagogique du plan Ecophyto (action 16), qui demande une optimisation des pratiques pédagogiques, est lancée. Parallèlement, nous entamons la rénovation du BTS, qui doit désormais aborder les cultures avec une vision systémique."

Ainsi, petit à petit, pratiques agricoles et pédagogiques évoluent l’une avec l’autre. L’idée consiste à tester de multiples leviers agronomiques sur des parcelles en essais pour éventuellement les transférer à l’ensemble de l’exploitation. Cette dernière compte 20 hectares en conventionnel et 20 ha en agriculture biologique. 10 hectares d’essais sont mis en place sur les parcelles en conventionnel : 3 hectares en "zéro pesticide", 2 essais désherbage sur blé dur et tournesol. Les principaux leviers mobilisés sont : la meilleure efficience des produits phytosanitaires (avec une diminution de 75 % des IFT) ; le désherbage mécanique, (diminution de 100 % des IFT, car associé à l’efficience des produits phytosanitaires) ; les stimulateurs de défenses naturelles pour diminuer l’usage des fongicides sur blé dur, associé au choix variétal et à une date de semis plus tardive pour éviter les premières attaques de champignons.

Réflexion en amont, puis observation

"Sur une parcelle, nous testons les biostimulants pour vérifier s'il existe une meilleure résistance au stress hydrique", explique Frédéric Robert. Le biomistimulant foliaire vise à gérer l’évapotranspiration tandis que, au niveau du sol, il active la rhizogénèse et améliore l’activité biologique ce qui rend les éléments nutritifs plus disponibles. Le biostimulant devrait assurer une meilleure vigueur de la plante, donc un moindre recours aux pesticides."

Les produits sont testés avec une approche systémique. L’ITK entier est réfléchi : date de semis, variété, azote apporté. Lors de ma visite sur l’exploitation, les étudiants du BTS APV expliquent comment ils interviennent sur l’exploitation. "Nous effectuons les opérations techniques, comme le semis du tournesol aujourd’hui. Mais avant cela nous réfléchissons à la conception du système de cultures. Par exemple, comment faire pour abandonner totalement l’usage de produits phytosanitaires ?", explique l’un d’entre eux.

L’observation des résultats est encore plus pédagogique lorsque les étudiants ont participé à la réflexion en amont. "Sur l’essai zéro pesticide, mis en place avec l’Inra, nous avons une rotation soja-blé dur-sorgho-tournesol-blé tendre. Les cultures d’hiver ont été envahies par les adventices alors que les cultures d’été étaient très propres après seulement un binage. L’effet rotation est évident", illustre Sophie Rousval.

Pour Frédéric Robert, cette approche modifie la façon de concevoir le métier d’enseignant. "Maintenant, au-delà de la prescription et de l’évaluation, nous accompagnons. Alors que les élèves attendent une validation de notre part, nous reconnaissons devant eux que nous ne savons pas tout. A leur question « c’est juste, monsieur ? » on leur répond que c’est à eux de trouver les moyens de vérifier. C’est un peu déstabilisant pour les étudiants." Mais ainsi ils apprennent davantage.

Peu à peu, la pédagogie s’est étendue aux agriculteurs du territoire. Ils sont aujourd’hui 40 à accueillir des essais sur leurs parcelles, grâce à un partenariat avec l’Agence de l’eau. "Les résultats obtenus sur les essais donnent aux agriculteurs une idée de l’efficacité de telle ou telle stratégie, explique Frédéric Robert. Temps de travail corrélé au nombre de jours disponibles, marge semi nette, IFT et indicateur i-phy (indicateur Inra prenant en compte la nature des produits phytosanitaires) : plusieurs critères nous permettent d’analyser les essais. Nous ne pouvons pas donner de résultat à l’échelle de l’exploitation agricole, mais ce n’est pas l’objectif. Nous sommes démonstratifs, et si les agriculteurs le souhaitent, ils transfèrent une technique sur leur exploitation."

Découvrir ou redécouvrir les différents leviers agronomiques et savoir comment les combiner dans une situation donnée : la dynamique est en marche en Haute-Garonne.

 

Photo ci-dessous : destruction mécanique d'un couvert végétal sur un essai mis en place par les BTS "agronomie productions végétales".

Photo ci-dessous : les étudiants observent le sol lors de la destruction d'un couvert végétal.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Lysiak Opaline
Thumb_1094946_10200820934064611_1413490193_n

Ingénieur agronome, enseignante en agronomie

  • Vous aimerez également
  • Home_colza_-_620_x_260

    Face à un colza clairsemé ou rachitique, comment et quand prendre la décision de l...

    Les conditions d’implantations difficiles ont, une nouvelle fois, pénalisé pas mal de colza. Surtout dans l’Est et le Centre, des parcelles pr&e...

  • Home_c_r_ales_-_620_x_260

    C’est tout au long du cycle qu’il faut donner à ses cultures le potentiel de faire...

    Si la verse pathologique est due à une maladie, comme le piétin verse ; la verse physiologique est multifactorielle. Elle dépend de la sensibilité...

  • Home_img24

    Quelle stratégie face au risque représenté par les limaces ?

    Installation d’un piège à limaces dans un champ agricole. © D.R. Agronomie - Quelle stratégie face au risque représent&ea...

  • Home_couverture

    Optimiser sa fertilisation P et K

    Avec l’azote, le phosphore et le potassium sont les piliers de la fertilisation des cultures. Pour optimiser leurs apports et aller jusqu’à une modulation ...

  • Home_couverture_v2

    Ne pas baisser la garde sur la protection fongicide de son colza

    Si la campagne 2019/2020 a été assez saine sur le plan des maladies fongiques, il faut rester attentif au printemps prochain pour établir un programme co...

  • Home_colza__vari_t_s_2020_

    Variétés de colza, les nouveautés 2020

    Pour bien préparer son futur semis, c'est important de connaitre les propriétés de chaque variété. Tour d'horizon, par marques, des...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Faut-il encore semer du blé dur en Occitanie ?

    Suite aux conditions de l’année 2018, avec une qualité dégradée, des rendements faibles et des prix mauvais, des questions se posent quant &...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Interculture, les cultures intermédiaires peuvent avoir un effet désherbant

    Contrairement aux idées reçues, les cultures intermédiaires ne sont pas des refuges de mauvaises herbes. Au contraire, si elles sont semées sur un...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Maïs fourrage, les récoltes débuteront avant fin août

    Les récoltes de maïs fourrage pourraient débuter avant fin août, sauf si la météo des semaines à venir s’y oppose. Il est ...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit