Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4228 MembresCréer un compte

Les pégomyies, ou mouches de la betterave

Home_big_betteraves

La pegomyia betae est une mouche qui ressemble comme deux gouttes à la mouche domestique traditionnelle. De l’ordre des diptères et de la famille des anthomyidés, elle dispose d’un petit corps gris brun à rouge, ses ailes sont membraneuses et transparentes.

C’est la larve de l’insecte qui est la plus ravageuse pour les cultures de betteraves : elle creuse des galeries dans les feuilles pouvant aller jusqu’à la destruction complète des plantules. Cet asticot mesure en moyenne de 7 à 8 millimètres, parfois jusqu’à 1 centimètre. Il est blanc, sans patte, et même s’il est acéphale, il se distingue par une extrémité sombre dotée de petits crochets noirs qui l’aident à se nourrir et… à creuser !

Les pégomyies sont surtout présentes sur la façade ouest de la France, mais se rencontrent sur l’ensemble territoire. La dernière attaque sévère remonte à 1976, année de la grande sécheresse. De nos jours, les dommages sont très mesurés.

Voir : Les ravageurs de la betterave

Cycles de développement des pégomyies

Les premières mouches adultes de la saison apparaissent à la fin du mois d’avril. Elles proviennent de pupes qui ont hiverné dans le sol après la dernière ponte de la saison précédente.

Les températures de sol supérieures à 5°C sont alors propices aux premiers envols. Très vite, les femelles pondent une première génération sous les feuilles de betterave par groupe de 3 à 10 œufs allongés. Après éclosion, l’asticot devient un véritable mineur en creusant des galeries dans la feuille pour se nourrir. Il peut exister deux à trois générations par an, selon la zone climatique.

La dernière génération attendra son stade de pupe (équivalent nymphe) pour s’enterrer et hiberner avant un nouveau cycle à venir pour ce ravageur dit « aérien ».

Les types de cultures touchées

Les pégomyies sont des insectes oligophages qui sont inféodés à des aliments spécifiques de la famille des Chenopodiaceae. Le principal hôte de la Pegomyia Betae se trouve être bien sûr la betterave, mais à moindre mesure, les épinards, les poirées, la bette ou les salicornes sont susceptibles d’être colonisés et leurs feuilles visitées.

Les dégâts causés par les pégomyies

Il est rare d’avoir à faire face à des dégâts véritablement important. Toutefois, une infestation conséquente lorsque la betterave se trouve au stade 2 à 4 feuilles peut impacter une partie de la qualité de la récolte puisque les larves mineuses sont capables de provoquer la destruction complète des plantules. Ce sont donc les larves de la première génération qui sont les plus néfastes. Les feuillages touchés jaunisses, dessèchent et brunissent.

Dans une infestation plus tardive, notamment par la deuxièmes voire troisième génération, la feuille de betterave plus robuste est capable de résister et de continuer à se développer.

Quand et comment intervenir contre ce ravageur ?

Dans l’idéal, il faut si possible intervenir avant que les asticots ne percent les feuilles de la betterave au stade 2/4 feuilles, ce qui reste très difficile à anticiper.

Si l’observation montre au printemps une présence des pégomyies et la trace de galeries et de larves sur au moins 10 % des plantes, il faut agir en traitant, de manière raisonnée, avec un insecticide à base de pyréthrinoïde.

Si l’infestation se développe plus tardivement à l’été, quand les plantes sont plus robustes, il convient d’intervenir si plus de 50 % de plantes sont colonisées.

L’élimination des feuilles contaminées peut-être un moyen d’éviter la propagation à d’autres feuilles. Si fastidieux soit-il.


Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_charrue

    Comment bien choisir une charrue ?

    Equipement agricole destiné dans sa mission principale à labourer les champs pour en retourner la terre et l’aérer, la charrue et ses déclin...

  • Home_c_r_ales

    Les graminées annuelles

    Les graminées (du latin poaceae) sont une grande famille de plantes monocotylédones, regroupant environ 12000 espèces, notamment les céréa...

  • Home_champ_agricole

    Les graminées vivaces

    Les graminées (en latin, poaceae) regroupent une grande famille de plantes monocotylédones, réparties en environ 12000 espèces, notamment les c&e...

  • Home_v_ronique_des_champs

    La véronique des champs

    Il existe trois variétés principales de véroniques, très proches mais présentant quelques différences physiologiques et de d&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro