Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5103 MembresCréer un compte

Décryptage sur une "disparition inquiétante"

Home_big_lefoll_illustration

Depuis quelques jours, un curieux tweet circule sur les réseaux sociaux. Il s’agit d’un avis de recherche qui fait état de la « disparition inquiétante » de Stéphane Le Foll. Le ministre de l’Agriculture n’aurait « plus donné signe de vie depuis les débats sur le glyphosate et sur les néonicotinoïdes », note le mystérieux tweet. S’agit-il d’une blague de mauvais goût, ou plutôt l’expression, très partagée dans le monde agricole, de n’avoir qu’un ministre « à mi-temps », voire un ministre totalement absent lors des décisions essentielles pour le futur de l’agriculture ? Voici notre enquête.

Néonicotinoïdes : Le Foll perd la main

Sur le dossier des insecticides de la famille des néonicotinoïdes, le gouvernement a clairement indiqué qu’il avait le même positionnement que celui exprimé par le Sénat le 22 janvier 2016 : un refus net et catégorique de toute interdiction. Cette position a été rappelée par Stéphane Le Foll à l'occasion du dernier point d'étape du plan apiculture durable. « L'interdiction laisse penser que nous règlerions les problèmes apicoles, ce qui est faux. Nous ne disposons pas aujourd'hui d'alternatives pour tout, le risque serait de revenir à une pratique d'épandage en pulvérisation foliaire qui serait plus problématique », a alors déclaré Stéphane Le Foll, avec raison.

Officiellement, le gouvernement propose plutôt de déterminer, à travers un arrêté, les conditions d'utilisation des néonics en prenant en compte les conclusions de l’avis du 7 janvier 2016 de l'Anses, l’agence française de sécurité alimentaire, mais aussi l’impact économique et agronomique pour chaque restriction, notamment au regard des alternatives de protection des cultures disponibles. Il s’agit de pouvoir garder des solutions compatibles avec l’agro-écologie, comme les rotations de cultures, ou encore la réalisation de zones mellifères autour de cultures traitées.

L’amendement à la Loi sur la Biodiversité, modifié par la sénatrice LR Sophie Primas, et qui a donc été adopté au Sénat le 22 janvier dernier, est conforme à la ligne directrice du gouvernement. C’est ce qu’a d’ailleurs rappelé Stéphane Le Foll lors de son intervention au Sommet du Végétal, qui s’est tenu à Reims les 27 et 28 janvier. A cette occasion, il a promis d’agir en concertation avec les filières agricoles concernées, et ceci à travers la création d’un groupe de travail sur ce sujet.

Sauf que lors de la réunion de la Commission durable de l’Assemblée nationale, qui s’est tenue le mardi 8 mars, les députés socialistes Delphine Batho et Gérard Bapt ont proposé un amendement d’interdiction totale de tous les néonics à partir du 1er janvier 2017. Représentant le gouvernement à cette séance, la secrétaire d’Etat à la biodiversité, Barbara Pompili, est intervenue. Non pas pour réaffirmer la position officielle du gouvernement, mais pour encourager les députés à « être responsables et ambitieux ». « Seule l’interdiction de ces usages permettrait de protéger les pollinisateurs (…). Face à tous ces éléments, nous devons prendre nos responsabilités (…). Je ne peux qu’être favorable sur le principe à ces amendements », a-t-elle déclaré. Autrement dit, la secrétaire d’Etat – sans aucun doute en service commandé par sa ministre de tutelle, Ségolène Royal, qui a fait de l’interdiction de ces produits son cheval de bataille – a rendu caduques toutes les promesses de Stéphane Le Foll et du Premier ministre Manuel Valls… En effet, entre minuit et une heure du matin, le mercredi 9 mars, les 25 membres de la commission encore présents se sont prononcés à main levée avec 13 voix pour l’interdiction totale, et 12 voix contre. Amendement voté à une voix près. Merci donc à Mme Pompili de n’avoir pas suivi les consignes données lors de la réunion interministérielle qui a eu lieu le lundi 7 mars en fin de journée …

Le pilotage du dossier "glyphosate" par Ségolène Royal

L’assourdissant silence de Stéphane Le Foll ne concerne hélas pas seulement le dossier sensible des néonicotinoïdes. En effet, dans celui du glyphosate, dont la proposition de prolongation d’autorisation d’usage a été discutée par la Commission européenne et les Pays-membres le 8 mars dernier, seule la voix d’un ministre a été entendue : celle de la militante anti-glyphosate Ségolène Royal, qui assure visiblement l’intérim en l’absence de son collègue Le Foll.

Dès le 4 mars – c’est-à-dire à trois jours de la réunion du comité d’experts des Etats-membres –, Ségolène Royal a en effet clairement affirmé son intention. « On dira non », a-t-elle indiqué à la presse, ajoutant qu’ « en ce qui concerne le glyphosate, il faut vraiment que l’UE et la Commission s’alignent sur la position la plus protectrice de l’environnement et de la santé ». Une position qui n’est pourtant en rien conforme aux conclusions de l’Anses, qui dans son avis le plus récent (12 février 2016), conteste la classification par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC) comme « cancérigène probable ». « Le niveau de preuve de cancérogénicité chez l’animal et chez l’homme est considéré comme relativement limité et ne permet pas de proposer un classement 1A ou 1B (cancérogène avéré ou présumé pour l'être humain) », note l’Anses, dont les conclusions sont conformes à celles de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) et du Bundesinstitut für Risikobewertung (Bfr) allemand. Qu’importe, à Paris, « on dira non », « on dira non », « on dira non ».

Et sans surprise,  c’est encore le ministère de l’Environnement qui a commenté la non décision de la Commission dans un communiqué de presse en date du 9 mars 2016. « Comme je l’ai demandé avec la Suède, la Commission européenne retire [sic] sa proposition visant à approuver le renouvellement de l’autorisation de la mise sur le marché du glyphosate pour 15 ans », se félicite Ségolène Royal, qui continue à se référer à la position du CIRC, et cela sans la moindre mention de l’avis de l’Anses. Alors que c’est elle qui a saisi l’agence sur cette question ! Un comble…

Bref, le dossier est clairement piloté par le ministère de l’Environnement, tandis que du côté du ministère de l’Agriculture, c’est le silence radio. Lorsque Ségolène parle, Stéphane, lui, se tait.

Gil Rivière-Wekstein
Rédacteur de Agriculture & Environnement

Pour lire ou relire les éditoriaux de Gil Rivière-Wekstein : www.agriculture-environnement.fr

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Riviere-Wekstein Gil
Thumb_img_0105

Journaliste, auteur. Fondateur de la revue Agriculture & Environnement. Davantage de renseignements sur ce lien : http://www.agriculture-environnement.fr/inf...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats p...

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_artichauts_plein_air

    Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

    Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « e...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de...

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 2Commentaire
  • #1

    il na meme plus besoin d exister les journalistes sont suffisamment bêtes pur faire courir un bruit pauvre France on ne peut meme pas être deux u trois jours tranquille

  • #2

    on peut cultivé sans glyphosate, on revient a la charrue, je dilue la matière organique, j'augmente la quantité d engrais, je multiplies par 2 le nombre d'heures de travail a l'hectare et ma consommation de GNR et je disparais du monde agricole car avec 10 euros de l'hectare de glyphosate j'économise 40 litres de GNR hectare et 40 heures de travail hectare...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit