Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4319 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Politique Agricole
  • Thumb_ediquette_armand

    Notre-Dame-des Landes, rigueur et anarchie

    Ce sujet a été créé il y a 1 an par Paquereau Armand

    2

    La récente décision du gouvernement relative à la ZAD de Notre Dame des Landes, au-delà des réactions partisanes, met en évidence un mal déjà ancien qui envahit notre société, tel un cancer sournois et ravageur.
    Malgré des procédures légales, dont les contestations ont été déboutées par la justice, les principes mêmes de notre société sont bafoués, détournés par une minorité d’individus, qui ne respectant pas la réglementation, ne sont plus des citoyens
    Quand la majorité des citoyens paient de lourds impôts pour bénéficier du droit de propriété, des individus qui veulent plus revendiquer un mode de vie différent que lutter contre un projet d’infrastructures, se permettent d’investir des terrains et des bâtiments qui ne leur appartiennent pas, sans payer aucun loyer ni indemnisation.
    Quand les citoyens ne peuvent rien construire ou transformer sur leur propre terrain sans des autorisations multiples, les Zadistes construisent des miradors, des barricades, des fossés, des baraquements au gré de leurs envies, jonchent la campagne d’épaves de voitures et de détritus au mépris de toute réglementation, sans aucune réaction des pouvoirs publics.
    On pourrait admettre que les Zadistes veuillent développer un mode de vie différent pour apporter la preuve qu’une économie locale, circulaire et d’auto suffisance soit possible et présente des avantages environnementaux. Mais il n’y a aucune raison qu’ils s’exonèrent du respect de la propriété d’autrui et des règles générales de la société.
    A voir dans les reportages, les installations dans lesquelles ils préparent leur alimentation, on à peine à croire que les services officiels qui contrôlent les installations des agriculteurs ou transformateurs de matières alimentaires y aient donné leur aval. Un clin d’œil à ce sujet : même si leurs installations ne sont pas conformes aux normes sanitaires, il ne semble pas qu’il y eu chez les Zadistes d’intoxication alimentaire… Les normes ne seraient-elles pas efficaces au regard du «scandale» récent de Lactalis ou de la bactérie tueuse de la ferme bio allemande (1) ?
    Il sera intéressant de surveiller le devenir de cette situation. Si le maintien sur place de Zadistes n’est pas assujetti aux règles de la propriété ou de la location, le dernier pas vers l’anarchie sera franchi. Si, comme déjà dans les « zones sensibles » des individus peuvent imposer leur mode de vie, ne laissant aux autochtones que le choix de la soumission ou du départ, d’autres individus peuvent prendre possession des biens d’autrui, bafouer toutes les règles imposées aux citoyens sans aucune mesure de contrainte ou de rétorsion, l’anarchie aura vite fait d’étouffer la rigueur de la démocratie.
    (1) http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/06/10/10931-ferme-bio-lorigine-lepidemie-bacterie-tueuse

  • 2Réponses
  • PHILIPPE Hilaire

    | posté il y a 1 an le 10/02/2018

    Merci, article très pertinent et tellement vrai !

  • koillias

    | posté il y a 2 mois le 24/05/2019

    Une démocratie en trompe l’œil Le projet de Notre Dame des Landes est passé par de nombreuses étapes de concertation apparemment «démocratiques»: débat public, enquêtes publiques, commission du dialogue...En fait,le dossier s’appuie sur le refus des contre-expertises, la rétention d’informations, les mensonges, la négation de l’expertise citoyenne. Les partisans de NDL disent que toutes les procédures ont été respectées, que les élus ont validé et revalidé le projet, que la justice a dit le droit et que les opposant ne sont donc pas respectueux de la démocratie. Cet argument peut faire mouche quand on connaît mal le dossier... Il tombe à l’eau après une analyse rigoureuse. Une démocratie participative illusoire En 2015, douze mouvements citoyens d'opposition à de Grands Projets Inutiles Imposés ont été auditionnés par la commission mise en place après la mort de Rémi Fraisse, chargée de proposer des améliorations au débat public. Ils ont rédigé une plate-forme très précise sur les dysfonctionnements des procédures et sur les pratiques des acteurs. Besoins mal analysés, pratique du saucissonnage, avis négatifs négligés, sous-estimation des impacts environnementaux, recours juridiques non suspensifs... Autant de défauts structurels auxquels s'ajoutent le refus de la transparence et des contre-expertises, des conflits d'intérêts, voire des mensonges éhontés...Dans le cas de Notre Dame des Landes, on peut citer (liste non exhaustive):L'optimisation de l'actuel aéroport n'a pas été correctement étudiée(confirmé par le rapport du CGEDD d’avril 2016). L'Europe a notifié à la France, en secret, une infraction pour«saucissonnage»du dossier, non réglée à ce jour. Les avis scientifiques négatifs sur la méthode de «compensation» de la destruction des zones humides, ou sur la destruction d'espèces protégées ne sont pas suivis. Des documents essentiels ne sont pas transmis malgré des demandes répétées: cahier des charges avant attribution de la concession, étude sur les gains de temps justifiant l'intérêt du nouvel aéroport. Le mensonge sur le lac de Grand-Lieu continue à être répété malgré les avis scientifiques dont celui de la DREAL, le propre service environnement de l’État! La contre-expertise citoyenne est totalement méprisée, le silence est la seule réponse à nos questions et propositions. Les accusations de l’Acipa n'ont pas fait l'objet de plainte pour diffamation, preuve que nous avons dit la vérité! En réalité,les procédures permettent de donner une caution «démocratique» à un projet décidé et qui ne peut être remis en cause fondamentalement.Pour son audition à la commission de rénovation du débat public en 2015, le CéDpa a listé sur cinq pages les principaux mensonges et manipulations qui jalonnent le dossier Notre-Dame-des-Landes depuis le débat public de 2002. Françoise Verchère analyse «la fabrication d’un mensonge d’État»dans un livre2publié début 2016. Tous ceux qui se penchent sérieusement sur ce dossier ne peuvent qu’être choqués. Une démocratie représentative malade. Au motif que les élus–légalement choisis–ont validé le projet, il ne resterait aux citoyens que l'obéissance ou l'attente de prochaines élections. Dans la France d’aujourd’hui, c’est oublier: que beaucoup d'élus votent sur ces grands projets sans les connaître vraiment, par obéissance aux grands élus, par paresse intellectuelle parfois, par aveuglement ou par connivence... que le taux d'abstention actuel ne devrait plus permettre à des élus de se croire représentatifs de la population; que dans une démocratie moderne, les décisions doivent être prises avec les citoyens, dans une confrontation honnête des arguments. La consultation du 26 juin 2016: une nouvelle mascarade Alors que le rapport du CGEDD commandité par S.Royal aurait dû entraîner l'abrogation de la déclaration d’Utilité Publique,le gouvernement a choisi une nouvelle entourloupe, sous couvert de démocratie. Une consultation limitée à la Loire-Atlantique, sur le projet désavoué par le CGEDD, sans moyens équitables entre les deux parties ni information correcte des électeurs. Le tout par ordonnance (un comble!) et,comme d'habitude,sans prendre en compte les avis négatifs émis de tous bords. Une mascarade que nous dénonçons et qui ne nous fera pas renoncer à notre juste combat.
    GRAND MERCI AUX ZADISTES POUR LEUR LUTTE CONTRE CE PROJET IDIOT

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit