Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5377 MembresCréer un compte

Une usine et une marque tournées vers l'avenir, les hommes et les territoires

Home_big_sulky_1

A l'heure où la crise bat son plein et que l'industrie française se pose des questions, certaines entreprises tentent de montrer la voie. Sulky, spécialiste français du semis et de la fertilisation est l'une d'elles. C'est ce qu'elle a montré lors de l'inauguration de sa nouvelle usine de Châteaubourg (Ille-et-Vilaine).

20 millions d'euros d'investissement, 20 000 m² de surface de production, 800 mètres de ligne de montage, une chaîne de peinture ultra moderne utilisant la cataphorèse, des postes de travail permettant une plus grande précison et une moindre fatigue des ouvriers... Avec sa nouvelle usine, la firme familiale Sulky a fait les choses en grand.

Mais pourquoi un tel investissement ? La réponse est simple. Selon Gilbert Jouan, directeur général : "Avec cette usine nous disposons d'un outil de production de qualité qui permettra de répondre aux enjeux d'aujourd'hui et d'affronter le marché". Quels sont ces enjeux ? Produire plus avec moins, chasse aux gaspillages, plus de souplesse, de réactivité et de flexibilité, maîtrise des délais et des prix de revient, le tout dans une optique d'amélioration continue. En quelques mots, produire plus, plus vite, moins cher et toujours mieux.

Mais dans quel but ?  "Notre objectif est de nous développer à l'exportation de 50 % dans les cinq ans (contre 33 % actuellement), de nous ouvrir sur le monde tout en maintenant notre activité nationale", explique Gilbert Jouan. Exportant déjà dans plus de 50 pays (Japon, Chili, Nouvelle-Zélande...) la firme veut assoir sa marque dans le monde entier, faire rentrer l"ADN Sulky" au coeur des esprits. Pari réussi ? Peut-être, car l'ouverture d'autres marchés en Europe et la nécessaire augmentation de la production agricole mondiale de ces prochaines années jouent en sa faveur. Et avec 26% de croissance en 2010 et 48% en 2011 l'avenir semble radieux pour Sulky.

Priorité à l'innovation et au contact avec le terrain

Sulky innove. Tout d'abord avec l'outil de production. Sa nouvelle usine est inspirée directement des grandes chaînes industrielles mondiales (japonaises, brésiliennes...) Lorsqu'on entend les mots, gaspillages, turn over, délais, stocks, les cours d'économie se rappelent à nous, ne serait-ce pas du "toyotisme" ou un autre modèle de production ? La simplification des flux, la diminution des stocks au maximum et le juste à temps sont quelques unes des problématiques auxquelles l'équipement haute technologie de l'usine tentent de répondre. La marque innove aussi sur ses produits. 5 % de son chiffre d'affaires ainsi que près de 10 % de ses effectifs sont dédiés à la recherche et au développement soit 40 millions d'euros.

Selon Julien Burel, président de Sulky : "La qualité et l'efficacité de nos produits passent obligatoirement par l'innovation, il faut toujours s'améliorer, se perfectionner tout en restant simple d'utilisation. L'intelligence doit monter à bord de la machine agricole, nous devons aller vers plus de précision, plus de sécurité, plus de confort et de productivité". Cependant, la firme ne veut pas se couper du terrain et attache même une importance prioritaire aux avis, aux remarques et aux vécus des différents acteurs. Pour cela elle utilise un réseau de partenaires composé d'agriculteurs qui réalisent des essais et participent à la réflexion, mais aussi de producteurs d'engrais et de spécialistes des sols.

Un exemple technologique et bien plus...

L'inauguration du 14 juin dernier a parfaitement montré comment Sulky envisage l'avenir. En grand, en très grand. Plus de 500 personnes présentes (et 1500 de plus les deux jours suivants), une conférence de presse digne des plus grandes marques de l'agroalimentaire, une visite de l'usine avec micros et démonstrations et pour finir une présentation de gamme et de nouveautés (lien en bas de page) sur la musique de Star Wars ou de Pirates des Caraïbes. Mais si tout était fait pour les besoins de la communication, un aspect n'a pas été raconté. L'aspect humain. Car si l'usine et sa présentation sont impressionnantes, l'implication des salariés l'est encore plus. Tous présents à différentes tâches (accueil, réception, démonstrations des postes de travail, présentation du matériel...), il semblait y avoir une émulation, un plaisir à participer à l'inauguration, de construire eux aussi l'histoire Sulky. Un sentiment d'importance légitime, car sans ces 175 hommes et femmes les 4500 machines produites chaque année ne seraient pas et Julien Burel le sait. Pour finir l'implantation de l'usine dans cette région est comme le dit le président "un moyen de faire perdurer l'aventure familiale, la Bretagne est une terre d'enracinement pour Sulky."

 

L'usine Sulky compte cinq lignes de montages : distributeurs d'engrais, semoirs mécaniques, semoirs pneumatiques, semoirs traînés, et les outils de travail du sol.

A gauche Gilbert Jouan directeur général et à droite Julien Burel président de Sulky depuis 2011.

En savoir plus :

 

Et vous, que pensez-vous de cette usine et de la vision d'entreprise de Sulky ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_22_couverture

    L’autochargeuse, en complément de l’ensileuse

    L’autochargeuse permet entre autres de viser des chantiers plus petits en volumes, mais parfois stratégiques pour des agriculteurs qui souhaitent récolter...

  • Home_eta_29_semaine_21_image_1

    Bien choisir son épandeur de fumier ou sa tonne à lisier

    L’épandage d’effluents organiques est bien plus que de la fertilisation ou de l’amendement, c’est l’amélioration d’un sol vi...

  • Home_eta_29__semaine_20_couverture

    Nouveautés : Epandeurs et tonnes à lisier

    Vredo fidèle au concept quatre roues 30 ans après avoir lancé son premier automoteur 4 roues, le néerlandais dévoile le VT5536, un ...

  • Home_eta_29_semaine_17_image3

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin  Réviser les matériels en morte-saison, cela tombe sous le sens, en particulier p...

  • Home_wiki_49_semaine_10_couverture

    Méthanisation : La logistique d'épandage se professionnalise

    L'allemand Kumm débarque en France Par son expérience d’entrepreneur et de prestataire dans le domaine de l’épandage de lisier et de ...

  • Home_eta_28_semaine_10_couverture

    Nouveautés : des automoteurs toujours plus performants

    Le nouvel Alpha R-Activ s’accompagne d’un design re-stylé de la calandre avant, de nouveaux phares LED, de bavettes longues et d’un carter prot&eacut...

  • Home_wiki_49_semaine_9_couverture

    Désherbage mécanique : panorama des nouveautés

    Carré : une herse étrille pour les Pros Le vendéen lance sa nouvelle herse étrille de précision Pressius pour grandes cultures en compl...

  • Home_eta28_semaine_9_-_couverture

    La Sarl Taligot s'est adaptée à l'épandage de digestat

    Armel Taligot devant l'une de ces deux tonnes de transfert pour alimenter le caisson.   La méthanisation représente de belles opportunité...

  • Home_wiki_49_semaine_6_bis_couverture

    Un tracteur qui carbure au méthane

    Le T6.180 Methane Power de la SARL Morel Energies roule avec le méthane produit sur place. Faire le plein du tracteur avec un carburant produit sur la ferme. C&rsq...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit