Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4230 MembresCréer un compte

Une filière houblon pour les brasseries de Rhône-Alpes

Home_big_pousses_de_houblon_600x300

Des brasseurs artisanaux impulsent la création d’une filière houblon en Rhône-Alpes. Une centaine de petites brasseries seraient potentiellement intéressées par ce circuit-court. Situé dans la Drôme, Emmanuel Feraa est le premier producteur de la filière.

Dans une autre vie, Emmanuel Feraa était ingénieur agronome, responsable commercial de la société Sobac. L’année dernière, il a tout quitté pour réaliser son rêve : monter sa brasserie dans la Drôme en produisant son malt et son orge. « C’est un rêve que je nourrissais depuis longtemps. Je me suis installé hors cadre familial grâce au déblocage de terrains agricoles par ma communauté de communes. Ce fut l’élément déclencheur », se réjouit-il.

Il lance sa production d’orge et ouvre la brasserie des Trois Becs à Gigors-et-Lozeron en juillet 2015. Depuis le mois d’avril, il cultive aussi du houblon sur 0,6 hectare en collaboration avec plusieurs brasseries artisanales.

Des brasseurs en recherche de houblon

En effet, son initiative est soutenue par l’association Biera (Brasseurs indépendants en Rhône-Alpes), présidée par le patron de la brasserie lyonnaise Ninkasi. Depuis plusieurs années, les brasseurs ont du mal à dénicher leur matière première en Europe. En 2013, ils ont donc décidé d’ouvrir une malterie coopérative (« les Malteurs Echos » en Ardèche) et d’initier une filière régionale de houblon. Un cahier des charges a été défini et les Chambres d’agriculture du Rhône et de la Drôme ont réalisé une étude agronomique.

Il apparaît que trois bassins sont particulièrement favorables à la culture du houblon (terrains sablo-limoneux, sols drainants…) : le Grésivaudan, la plaine de Valence, et la côtière des Dombes-terrasses du Rhône. Les associations Rhône-Alpes Gourmand et Bioconvergence prennent alors en charge le pilotage du projet, et Emmanuel Feraa accepte d’être le premier producteur de la filière : « Ils m’ont contacté alors que je m’apprêtais à planter du houblon pour ma brasserie. J’ai donc simplement vu un peu plus grand », explique-t-il. L’association Biera a acheté par avance une partie de la récolte pour soutenir l’investissement du paysan-brasseur. « C’était un pari, parce que personne n’était sûr que la récolte serait bonne », rappelle Barbara Montalant, en charge du dossier pour Rhône-Alpes Gourmand. Les brasseurs ont financé le tiers de l’investissement qui s’élevait à 15 000 euros (plants, fertilisants…).

Quatre variétés de houblon

Les brasseurs se sont mis d’accord pour retenir quatre variétés : Perle, Hersbrucker, Saaz et Cascade. A terme, des variétés régionales seront testées. Emmanuel Feraa a planté les premiers plants en avril. Il cultive le long de poteaux et irrigue en goutte-à-goutte. « En général, cette plante grimpante pousse sur des palissades droites et alignées. J’ai fait le choix de planter mon houblon autour de poteaux qui forment des tipis. Il se créée un écosystème sous les plants et la prise au vent est moindre. Je trouvais cette méthode intéressante, sachant qu’on ne cherche pas le rendement mais la qualité. Je ne suis donc pas obligé de faire pousser le houblon en hauteur », justifie-t-il.

Une méthode qui facilie aussi le désherbage manuel à l’ombre.

Un test pour motiver d’autres agriculteurs

Emmanuel Feraa devrait produire 220 kilos de houblon sec en trois ans. Mais l’objectif de Biera est d’associer d’autres producteurs d’ici la fin de l’année. Pour couvrir les besoins des 120 brasseries régionales, il faudrait 12 à 15 tonnes de houblon, soit une dizaine d’hectares. « Le but, c’est de se structurer pour créer une véritable filière régionale. Cette première expérience permettra de créer une référence locale pour qu’elle soit dupliquée chez d’autres agriculteurs. A terme, nous pourrions même rédiger un cahier des charges », projette Emmanuel Feraa.

Des réunions d’informations seront organisées avant l’été pour mobiliser les agriculteurs en recherche de diversification. L’association Rhône-Alpes Gourmand leur proposera des formations avec un expert pour optimiser la conduite de la culture. « Il sera possible de mutualiser l’achat du matériel de tri et de séchage », rassure Barbara Montalant. Les brasseurs sont prêts à faire un effort sur le prix d’achat, sachant que le houblon européen se négocie aux alentours de 12 € la tonne.

En attendant, les brasseries du Ninkasi et du Mont Blanc envisagent de produire une cuvée locale à partir de la première récolte en septembre. « Le houblon est l’ADN de la bière, on peut donc parler d’une vraie bière du terroir », souligne Emmanuel Feraa.

 

En savoir plus : http://www.brasseriedestroisbecs.fr (site de la brasserie des Trois Becs) ; http://www.rhone-alpes-gourmand.fr (site de l’association Rhône-Alpes Gourmand) ; http://bioconvergence.org (site de l'association Bioconvergence).

Ci-dessous, petites pousses de houblon deviendront grande bière.

Emmanuel Feraa.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jacson-Allemand Christel
Thumb_p1190113

Journaliste en milieu rural, je suis passionnée par l'élevage et les filières agricoles innovantes et originales.

  • Vous aimerez également
  • Home_europe_france_agriculture

    Elections européennes 2019, la future Pac comme enjeu agricole

    La Politique agricole commune est, encore pour l'instant, la seule politique européenne mutualisée. En prenant leurs fonctions,  les nouveaux dé...

  • Home_sija_2019

    Le message commun des jeunes agriculteurs du monde

    A Paris, le sommet  international des jeunes agriculteurs a réuni, pendant trois jours, les représentants des syndicats d’une vingtaine de pays. Ils ...

  • Home_agriculture_urbaine_insertion_2

    Quand l'agriculture urbaine devient un levier pour l'insertion

    Le développement de l’agriculture urbaine offre des oportunités que l’on n’aurait pas soupçonnées. Et si la main-d’oeuvre ...

  • Home_gousses_et_graines_de_soja

    "Soja de France" représentera la moitié de la production intérieure d'ici 2025-2030

    Terres Univia booste la relance de la culture de soja en certifiant "soja de France" la moitié de la production française d’ici 2025-2030. L&rsq...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro