Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4104 MembresCréer un compte

Quelle stratégie pour développer la bioéconomie ?

Découvrez agri-meteo
Home_big_service_agriculteur_fauchage

La bioéconomie pourrait à la fois réindustrialiser le monde rural et changer de statut à l’agriculture. Celle-ci serait en effet portée par un projet à la fois économique et écologique qui contribuerait à atténuer le dérèglement climatique.

La bioéconomie est l’économie du vivant. Dans un note de synthèse intitulée « Bioéconomie : entreprises agricoles et société, une urgence partager », le think tank agriDdées (ex Saf) dresse un panorama des secteurs de production couverts par la biéconomie.  « C’est un système complexe qui réconcilie agriculture, compétitivité et développement durable », analyse le think tank.

Championne du « en même temps », la bioéconomie est destinée à des usages alimentaires et non alimentaires.

Soit elle est circulaire (fondée sur le recyclage et la valorisation de matières organique), soit elle crée de nouvelles chaines de valeurs.

Enfin, la bioéconomie repose tantôt sur des techniques traditionnelles, tantôt sur des technologies de pointes, rendant ainsi faisables des projets qui ne l’étaient pas encore il y a 15-20 ans comme par exemple l’agriculture de précision.

L’agriculture serait le maillon fort de cette nouvelle activité. Gagnante économiquement, socialement et environnementalement, elle ne serait plus perçue comme une source de pollution mais comme une source de solutions. Elle répondrait alors aux demandes des consommateurs et des citoyens, affirme le think-tank Agridées (ex Saf).

« La conversion partielle d’exploitations agricoles à la bioéconomie aurait comme finalité la création de services fournis aux collectivités territoriales (énergie, valorisation de déchets) », rapporte le think-tank Agridées.

Le développement de la bioéconomie recréerait aussi de nouveaux liens entre industrie et agriculture « en payant aux agriculteurs, fournisseurs de produits et d’énergie, les services environnementaux (PSE) rendus ou en montant en gamme la qualité de leurs produits », défend Agridées. Ces PSE seraient contractuels et s’ajouteraient aux aides des 1er et 2e piliers, rognées après 2020 si le budget de la Pac est confirmé en baisse.

Par ailleurs, la bioéconomie renouerait du lien entre la ville et la campagne. Les nouvelles activités bioéconomiques seraient aussi déconnectées des grands marchés des matières premières agricoles. Et en ayant une nouvelle source de revenu, les agriculteurs seraient ainsi moins liés à la volatilité des marchés des commodités agricoles.

Malgré la notoriété qu’elle véhicule auprès du grand public, et de plus en plus auprès des agriculteurs, la bioéconomie peine à se développer. Elle n’est pas portée par un projet économique et politique axé sur quelques priorités.

Pourtant, elle répond aux multiples demandes des consommateurs et des citoyens, partisans de relocalisation industrielle dans les territoires.

Des objectifs clairs, des choix ciblés 

Le think tank Agridées recommande la création de nouvelles filières structurées, territorialisées et affranchies des filières pétrosourcées (liées au pétrole comme les fibres synthétiques ou les matières plastiques). L’élaboration de produits différents et de meilleure qualité incitera le consommateur à changer ses habitudes.

Dans chaque territoire, afin d’éviter tout blocage intempestif, chaque projet devra être étudié et bâti avec l’ensemble des associations, des organisations et des citoyens pour éviter tout refus intempestif.

En conséquence, le think tank propose « la création de plateformes numériques. Elles regrouperaient les acteurs de la recherche, de l’innovation, de la production et de la transformation de biomasse pour les faire travailler ensemble ».

Pour être innovantes, ces nouvelles filières seront évidemment associées à des universités et à des grandes écoles où seront créées des chaires de bioéconomie. Le crédit d’impôt recherche pourrait être étendu à des projets de recherche spécifiques portant sur les facteurs de production agricoles biosourcés (d’origine végétales ou animales) qui favoriseraient le développement de ces filières (production se fertilisants biosourcés, de biostimulants, etc.).


Notre illustration ci-dessous est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/1075805.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 0
  • 3
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

Découvrez agri-meteo
  • Vous aimerez également
  • Home_methanisation_biogaz_biometharn

    Dans le Tarn, deux agriculteurs créent la première unité de méthanisation d'Occitanie

    Dans le Tarn, une unité de méthanisation créée dans la ferme de deux agriculteurs et reliée au réseau de distribution de gaz de GRDF...

  • Home_pain_biologique

    Le blé bio confronté aux exigences de la transformation et des consommateurs

    La demande croissante de produits céréaliers bio est totalement déconnectée du rythme auquel les exploitations se convertissent à l’a...

  • Home_soci_t__anti_agriculture

    "Une société qui se retourne contre ses agriculteurs n'a aucun avenir"

    L'incompréhension entre citadins et agriculteurs gagne de plus en plus les campagnes. Des actes de malveillance sont commis (WikiAgri a évoqué r&eacu...

  • Home_ma_s_recherche

    Maïs, "l'innovation, c'est aussi de la génétique"

    Que l’on soit pour au contre les Ogm, le constat est sans ambiguités. Le rendement moyen par hectare de maïs est supérieur aux Etats-Unis de 20 q au ...

  • 1Commentaire
  • #1

    Des gens qui pensent, il y en a plein... Au final, à part des tas de mots avec le préfixe -bio- devant, cet article n'apporte rien de nouveau. Imaginer un instant que les groupe industriels vont payer les "services environnementaux rendus"... et si ce sont les collectivités qui le font, c'est sur de nouveaux impôts, donc impasse assurée. Nous produirons ce qui sera correctement rémunéré, nouvelles activités comprises. Réindustrialiser notre pays ? Ça n'en prend pas le chemin. Va falloir un peu moins de monde dans le tertiaire et les bureaux... et une politique française générale qui change vraiment. Pas demain la veille.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro