Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5377 MembresCréer un compte

Produire du chanvre pour produire du gaz

Home_big_wiki_45_semaine_32_couverture
Patrice Gandais et Benoit Lair.
 
Dans la Sarthe, la société Qairos Energies va transformer le chanvre en biogaz. 130 à 150 agriculteurs vont contractualiser la production de 1 000 hectares de chanvre pour approvisionner la société.
 
Fans d’économie circulaire, la production de chanvre vous comblera ! Hormis la transformation en biomatériaux, la plante a dorénavant vocation à être utilisée pour produire du biogaz. Le projet industriel porté par la société Qairos Energies, basée à Trangé (Sarthe), pourrait faire des émules.
Patrice Gandais (54 ans) et Benoit Lair, agriculteurs et producteurs de volailles de Loué à Laigne en Belin (Sarthe) font partie des pionniers de cette aventure industrielle. Passionnés par la culture du chanvre, ils ont répondu à l’appel à candidature lancé par la société Qairos Energies fondée en 2017 par Jean Foyer.
Avec huit autres agriculteurs, ils ont contractualisé une partie de leur production de chanvre (54 hectares – ha) pour permettre à la société de peaufiner ses procédés de gazéification. Mais l’an prochain, la production de gaz sera lancée à l’échelle industrielle. Dans la Sarthe, la culture du chanvre fait partie intégrante, depuis quatre siècles, de l’histoire de la région comme en attestent les vieux fours à chanvre. Ils étaient utilisés pour sécher les tiges afin de séparer les fibres de l’écorce. Dès son installation en 2000, Patrice s’est inscrit dans cette tradition. L’ensemble de sa production chanvre est contractualisée.
En plus des deux hectares de chanvre dédiés à Qairos, l’agriculteur a en cultivé, l’an passé, huit autres la société Cavac, productrice de matériaux isolants. Actuellement, la tonne de chanvre est vendue 135 €.
A ce jour, Patrice et son associé ne savent pas encore comment la société Qairos envisage de fixer le prix de vente de la tonne de chanvre. Mais selon eux, le prix proposé devra être attractif car la hausse des cours des céréales pourrait renoncer les céréaliers à maintenir la culture de chanvre dans leur assolement.
« Sans l’achat de crédits carbone et l’instauration d’une taxe carbone, l’essor de la filière chanvre sera pénalisé par l’industrie plasturgique polluante et émettrice de gaz à effet de serre », affirme Patrice. Son impact environnemental est sous-estimé.
Dans les exploitations, la culture de chanvre est une très bonne tête d’assolement. Les plantes croissent jusqu’en septembre et atteignent aisément 3-4 mètres de hauteur.
Grâce à leur couvert végétal haut et dense, elles « nettoient » les parcelles en empêchant les adventices de se développer. Et dotées d’un système racinaire pivotant, elles ameublissent le sol. De plus, les racines cherchent en profondeur l’azote nécessaire dans le sol pour se développer. La culture de chanvre est éligible aux aides Pac et elle rend plus aisée la certification haute valeur environnementale (HVE). Comme la culture du chanvre ne nécessite aucun traitement phytosanitaire, elle diminue l'indice de fréquence de traitement (IFT) moyen de l'exploitation.
Par ailleurs, cultiver du chanvre ne requiert pas de matériels et d’outils spécifiques. Patrice Gandais laboure ses parcelles réservées à cette production pour enfouir le fumier de volailles qu’il a préalablement épandu (10t/ ha). Mais le labour n’est pas une obligation.
Durant le cycle végétatif des plantes, l’agriculteur épand aussi 80 unités d’azote. Mais une fois la parcelle semée, les céréaliers n’ont plus besoin d’intervenir sur la culture. A la fin de chaque mois d’août septembre, le fauchage est confié à une Cuma.
Avec un rendement compris entre 8 tonnes et 11 tonnes de matière sèche par hectare, le chiffre d’affaires d’une culture de chanvre oscille entre 1080 € et 1485 € par hectare (135 €/t). L’an passé, Patrice et Benoit ont dégagé une marge brute 870 €.
Les deux postes de charges onéreux sont le prix des semences et le coût de la récolte. A 4,20 € le kilogramme de graines de chanvre, semer un hectare revient à 230 € environ. Et à 200 € l’heure de fauche, la récolte des tiges coûte entre 130 € et 200 € (1 à 1,5 heure par hectare).
Si l’utilisation du cannabis médical se développait, la récolte de la fleur de chanvre rendrait la culture de cette plante particulièrement rentable. Le CBD cannabidiol, composé non psycho-actif présent dans la plante de cannabis, apporte un effet calmant au système nerveux.
 
Qairos Energies Faire vivre l’économie circulaire dans les campagnes
 
La première unité de production de la société Qairos Energies, basée à Trangé (Sarthes), sera en mesure de produire par gazéification du chanvre, l’énergie consommée par 3 500 foyers. Et si le succès est au rendez-vous, le modèle sera amené à être dupliqué sur d’autres territoires.
Mais pour son bon fonctionnement, Qairos Energies doit sécuriser son approvisionnement en chanvre. Aussi, son fondateur, Jean Foyer, s’est lancé dans une vaste campagne de recrutement d’agriculteurs-partenaires avec lesquels il a l’intention de conclure des contrats pluriannuels pour une partie de leur production. Il vise 500 ha en 2022 puis 1 000 ha en 2023.
Jean Foyer
 
Toutefois, Jean Foyer tient à ce que ses futurs partenaires soient situés dans un rayon de 35 kilomètres autour du siège de sa société. La transformation du chanvre en gaz doit participer à l’essor de l’économie circulaire du territoire sarthois et favoriser sa transition énergétique. Par exemple, l’hydrogène produit sera, destiné à la mobilité de demain.
Aucune grille tarifaire n’a encore été établie mais le prix de la tonne de chanvre ne sera ni corrélé aux cours des céréales, ni à celui des hydrocarbures fossiles.
« Quoi qu’il en soit, l’intérêt de la culture de chanvre ne se réduit pas seulement à une question de prix, défend Kevin Collet, directeur général. Il faut aussi prendre en compte l’intérêt agronomique de la culture. La plante est une très bonne tête de rotation et un excellent précédent à blé ».
La société travaille également avec le Pays du Mans pour obtenir un label bas carbone afin de valoriser le carbone stocké par la culture de chanvre.
Le biogaz produit sera directement injecté dans le réseau GRDF et payé à un prix préférentiel sur le modèle de ce qui se pratique avec la méthanisation. Le CO2 obtenu sera capté, puis liquéfié avant d’être notamment utilisé par les industries agroalimentaires. Il sera entre autres employé pour fabriquer de l’eau gazeuse. Mais c’est en commercialisant jusqu’à deux tonnes d’Hydrogène par jour que Qairos Energies atteindra son rythme de croisière.
 
Auteur: Frédéric Henin

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 4
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_19_couverture

    Optimiser ses chantiers sans se tromper

    Quelle largeur de faucheuse dois-je investir ? Quel tonnage doit faire mon prochain épandeur de fumier ? Une moissonneuse-batteuse plus puissante et donc plus ch&egrav...

  • Home_wiki_49_semaine_14_bis_couverture

    Renouvellement ou acquisition de matériels agricoles : du financement sur mesure

    Jean Louis Lebeau, Responsable animation commerciale agriculture au Crédit Mutuel   Le mode de financement d’un matériel agricole se cale sur...

  • Home_mars_2022_-_620_x_260

    Les Cuma indétrônables, solidaires et performantes

    Stéphane Chapuis et Ines Tayeb Les Coopératives d’utilisation de matériels agricoles sont toujours en vogue. Les Cuma savent répond...

  • Home_wiki_49_semaine_13_couverture

    Accès à la terre : prêt participatif, plateforme, régulation et digitalisation : l...

    Emmanuel Hyest, président de la FNsafer lors d'un congrès   L’agriculture attire les investisseurs. Les Safer, remplissent une mission d&...

  • Home_wiki_49_semaine_12_couverture

    FEVE booste l’installation et la transmission

    Vincent Kraus et ses deux collègues, Astrid et Simon   La start-up Fermes En ViE (Feve), créée en 2020, étend l’épargne ...

  • Home_economie_courtier_immobilier_achat

    Offrir aux porteurs de projets un cadre rassurant

    Accorder des prêts avantageux pour inciter des agriculteurs à s’installer ne suffit plus. Les banques doivent offrir une palette de services contribuant &a...

  • Home_wiki_49_semaine_11_bis_couverture2

    Financement de l’agriculture : innover pour installer et investir

    Francky Duchateau, Responsable Entreprises durables et Territoires pour le think tank Agr'Idées   En 2020, le ministère de l’Agriculture ...

  • Home_img150

    FORMATION: TECHNICIEN GESTIONNAIRE DE CHANTIER EN ETA

    ENTREPRISE - TECHNICIEN GESTIONNAIRE DE CHANTIER EN ETA Aujourd’hui les relations clients se professionnalisent. Exploitations et ETA gagnent en taille et en c...

  • Home_img237

    JE RECRUTE UN APPRENTI DANS MON ETA !

      RESSOURCES HUMAINES - JE RECRUTE UN APPRENTI DANS MON ETA ! Les entreprises de travaux agricoles doivent recruter régulièrement. Et les mat&...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit