Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5419 MembresCréer un compte

Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

Home_big_adobestock_377726972_preview

Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à des industriels du fromage. C’est l’amère expérience vécue par les producteurs laitiers français, en conventionnel et même en bio !

 

Les prix des intrants et de l’alimentation animale ne cessent de progresser. Mais ceux du lait et les cotations vaches de réforme aussi.

Les 1000 litres collectés ont été facturés aux éleveurs sur la base d’un prix standard de 398 € en moyenne en février dernier. Mais « le prix du lait augmente davantage pour les producteurs livrant à des industriels fabricant des produits intermédiaires beurre/poudre, analyse l’Institut de l’élevage dans une note de conjoncture parue le 20 avril dernier (Idele). A contrario, il est réévalué plus lentement par les transformateurs spécialisés dans les produits finis, dont la valorisation est plus stable ».

Après avoir atteint en 2021 son pire niveau annuel moyen depuis 2016, « la Marge IPAMPA sur Coût Total Indicé (marges sur coûts de production) se redresse depuis le début de l’année, constate encore l’Idele. Elle s’établit à 108 €/1 000 l (+25 € /2021), un niveau saisonnier qu’elle n’avait plus atteint en février depuis 2014 (où elle culminait à 157€ /1 000 l) ».

Dans l’Union européenne, les 1000 litres auraient été payés 443 € en moyenne en février dernier. En Europe du nord, où le lait collecté est essentiellement transformé en beurre et en poudre pour être exportés, les prix du lait augmentent plus fortement qu’en Europe du  sud.

En Belgique par exemple, le seuil de 500€ les mille litres est franchi depuis le mois de janvier dernier (519 €/1 000 l en mars) et a dépassé allègrement le prix du lait bio (490 €/1 000 l).

En Europe, les prix record permettent aux éleveurs de retrouver des marges confortables.

Pour profiter de la conjoncture, les éleveurs laitiers français gardent davantage leurs vaches à défaut d’avoir des primipares prêtes à produire du lait. Depuis juin 2021, la baisse du nombre d’animaux réformés est presque continue (- 6 % sur les semaines 12 et 13 par rapport à 2021).

Cependant, le prix conventionnel standard en France pourrait rattraper le prix du lait bio standard.  En février, ce dernier était encore payé 469 € les 1 000 litres. Mais comme le prix du lait bio est amené, comme chaque printemps, à baisser fortement d’ici les deux mois à venir, il s’alignera au cours sur le prix du lait conventionnel qui ne cesse, lui, de progresser.

« La portée symbolique de cet évènement pourrait marquer les esprits, même s’il ne s’agira que d’une inversion passagère », souligne l’Idele. On observe d’ores et déjà quelques fermes en déconversion.

A la fin de l’année dernière, on a observé une baisse de 3 % du nombre de livreurs alors que le Cniel prévoyait une hausse de 6%. Autrement dit, ce ne sont pas que les éleveurs en fin d’activité qui ont cessé de produire du lait bio mais aussi des producteurs récemment convertis. Autrement dit, les nouveaux éleveurs fraichement convertis cette année vont affronter une situation très délicate avec des prix du lait inférieur à l’attendu.

Semaine après semaine, la désaffection des Français pour les produits laitiers bio se poursuit. « Les ventes de beurre, de fromages et de crème enregistrent des chutes spectaculaires sur les 3 mois derniers mois (respectivement -21%, -22% et -30% sur un an)», rapporte l’Idele

Or dans le reste de l’Union, le marché reste porteur même si « l’écart de prix entre le lait conventionnel et le lait bio se résorbe, le second étant surtout valorisé en produits finis dont les prix sont plus stables », précise l’Idele.

En fait, les prix du lait bio augmentaient toujours au début de l’année, mais moins que ceux du lait conventionnel.

« En janvier, les prix du lait bio étaient supérieurs à leur niveau de l’an dernier en Autriche (+9% /2021 à 505 €/t), en Allemagne (+5% à 523 € /t), en Suède (+10%, 505 €/t) et aux Pays-Bas (+10%, 520 €/t)", rapporte ainsi l’Idele.

Hors bio, l’optimisme retrouvé dans toute l’Europe ne se traduit pas encore dans tous les pays par une hausse de la collecte de lait. Si bien qu’à l’échelle des Vingt-sept, celle-ci demeurait stable en février dernier. Mais surtout, cet optimisme retrouvé n’est pas partagé par les éleveurs laitiers américains et océaniens.

Hormis l’Argentine, qui renoue avec la croissance en février dernier grâce à des conditions climatiques, les autres grands bassins de production majeurs de la planète voient toujours leur production de lait baisser, mais à un rythme plus modéré.

« L’USDA prévoit une collecte de lait en repli durant le deuxième trimestre 2022 de -0,7% par rapport à 2021», rapporte l’Idele. En Australie et en Nouvelle Zélande, la collecte de lait se replierait fortement (jusqu’à - 8 % par rapport à février 2021). Les conditions climatiques n’ont pas été favorables à la production de fourrages et les deux pays ont fermé leur marché du travail aux travailleurs saisonniers étrangers. Les prix du lait vont rester durablement élevés.

Très discrète, la Biélorussie fait partie des pays exportateurs majeurs de produits laitiers de la planète. Mais son principal client est la Russie importatrice nette de produits laitiers. Au cours de ces derniers mois, le pays a été épargné par les soubresauts conjoncturels. Sa production de lait s’est au moins maintenue.

Légende photo: En Belgique, bas-relief dans le centre historique de Bruges

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_adobestock_485271580_preview

    Assolement, introduire une culture de pois ou de colza réduit les émissions de GES

    Diversifier l’assolement de son exploitation en introduisant une culture de pois ou de colza modifie favorablement son bilan carbone. Ces nouvelles cultures accroissent...

  • Home_adobestock_86030302_preview

    Les industries agro-alimentaires bientôt à l’arrêt?

    Les industries privées et les coopératives de l’agro-alimentaire  sont face aux murs de l’énergie, de l’inflation et de l’em...

  • Home_adobestock_175902207_preview

    En Russie, le Kremlin ambitionne une hausse de 30 % de la production agricole d’ic...

    La politique agricole 2030 du président Poutine vise à renforcer la sécurité alimentaire de la Russie et sa prédominance sur les march&eacu...

  • Home_adobestock_306453125_preview

    644 Mt d’ Oléo-protéagineux dans le monde en 2022-2023: le retour de l’abondance ?

    L’augmentation de 40 Mt de de la production mondiale de graines d’oléo-protéagineuses repose aux trois quarts sur le retour de conditions climatique...

  • Home_depositphotos_64636781-stock-photo-european-union-flag-against-parliament

    Les agriculteurs et la Commission européenne vivent-ils sur la même planète ?

    Elaborée en 2018 et seulement mise en application au début de l’année prochaine, la nouvelle Pac n’est pas du tout en phase avec le monde agr...

  • Home_12109_051

    Enseignement agricole, 1 300 établissements et 199 exploitations pour former les f...

    Plus de 230 000 élèves et étudiants font leur rentrée dans 1 300 établissements agricoles ou centres de formation. Les taux de r&...

  • Home_adobestock_299896082_preview

    En Russie, les agriculteurs désespérés face à l’absence de débouchés

    Selon sovecon.ru, le prix sorti ferme de la tonne de blé oscille entre 160 € et 180 €. Les agriculteurs semblent être victimes des difficult&eacut...

  • Home_agritel_2

    Marchés mondiaux de céréales, 203 Mt de blé disponibles à l’export : un record en ...

      La demande mondiale de blé est estimée à 201 Mt selon Agritel alors que les quantités disponibles à l’export de la c&eacut...

  • Home_adobestock_188673767_preview

    Les agriculteurs sont-ils les otages de la faible compétitivité de l’industrie agr...

    En 2021, les revenus de la quasi-majorité d’entre eux restaient inférieurs à 2 smic. Selon le 11ème rapport de l’Observatoire des marg...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit