Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5389 MembresCréer un compte

PAC 2023-2027 et transition écologique

Home_big_capture_1
Recycler les déchets agricoles donnerait accès aux aides éco-régimes 
 La société A.D.I.VALOR fédère un réseau de collecte et de recyclage de déchets agricoles. Ses activités s’inscrivent totalement dans la transition écologique de l’agriculture. En 2023, l’adhésion à ce réseau rendra plus aisé, l’accès au régime de base des aides éco-régimes de la PAC.  
 
Sur l’exploitation de Paul, céréalier dans l’Oise, les sacs d’engrais en plastique et de semences en papier sont pliés puis mis en fagots sous son hangar après avoir été vidés de leurs contenus. Les bidons de produits phytosanitaires usagés sont aussi rincés, entreposés et leurs couvercles sont mis en sac. 
Paul s’impose ces règles de tri pour que les déchets agricoles de son exploitation soient collectés et recyclés industriellement. 
Ces règles sont mentionnées dans le guide distribué aux agriculteurs qui rejoignent le mouvement par l’éco-organisme A.D.I.VALOR (Agriculteurs, Distributeurs, Industriels pour la valorisation des déchets agricoles). 
Et une fois ses déchets triés, Paul les livre à sa coopérative Noriap puisque celle-ci fait partie du réseau de centres de collecte mis en place par l’éco-organisme. 
 
Vingt flux de déchets gérés séparément
L’ensemble des centres de collecte et recyclage, membres du réseau A.D.I.VALOR, est réparti sur le territoire national. Dans le département de l’Oise, 69 sites sont ainsi référencés par le site internet de l’éco-organisme. Celui de la coopérative Noriap à Tricot est situé à 5 km de l’exploitation de Paul. Il collecte une dizaine de déchets de natures différentes dont les sacs d’engrais, les sacs de semences et les bidons usagés rapportés par Paul.
Avec A.D.I.VALOR, la gestion des déchets est complètement inscrite dans l’économie circulaire. Vingt flux de déchets sont gérés séparément. Par exemple, les bidons collectés seront transformés en gaines techniques, en tubes ou en conduits. Et les sacs en papiers deviendront des couches protectrices apposées sur les plaques de plâtre. 
 
Une révolution silencieuse
Grâce à ce réseau de points de collecte très bien organisé, la gestion des déchets agricoles n’est pas en soit une contrainte. Sur l’exploitation de Paul, elle fait partie des tâches quotidiennes de l’agriculteur. 
En participant à cette activité de recyclage, l’ensemble des 300 000 agriculteurs inscrits dans cette démarche « contribue à recycler plus de 79 000 tonnes d’emballages et plastiques usagés (principalement à base de polyéthylène et polypropylène) à plus de 90%, souligne Pierre de Lepinau, directeur général d’A.D.I.VALOR. Et plus de 60 000 tonnes d’émission de CO2 sont ainsi évitées, soit l’équivalent de 25 000 véhicules pendant un an ».
L’éco-organisme mobilise 300 000 agriculteurs, 1 200 opérateurs de collecte et 350 metteurs en marchés contributeurs. 
A moyen terme, A.D.I.VALOR vise un taux de collecte des déchets agricoles de 100%. Certains territoires ou départements ont quasiment atteint ce plafond, d’autres non. « Il y a encore des trous dans la raquette avec des territoires moins organisés que d’autres », déplore Pierre de Lepinau.  
 
Aides éco-régimes PAC 2023-2027
Or la mise en place de réforme de la PAC lancée en 2023, s’appuie en partie sur le succès de l’activité de recyclage des déchets agricoles.  
La première version du projet stratégique national 2023-2027 diffusée par le ministère de l’Agriculture prévoit l’accès au régime de base des aides éco-régimes aux agriculteurs certifiés HVE2 qui s’incluent dans une dynamique collective territoriale d’économie circulaire. 
Le recyclage orchestré par A.D.I.VALOR est un succès car la démarche a été créée à l’initiative des agriculteurs et de l’ensemble des opérateurs amont et aval. Ils se sont associés pour créer cette vaste filière de recyclage. 
« La France est aujourd’hui le seul pays d’Europe à disposer d’une organisation aussi performante, dédiée à la gestion de la fin de vie de l’ensemble des déchets agricoles. Le savoir-faire de la France fait donc référence, tant au niveau européen que mondial », se réjouit Pierre de Lepinau.
L’agriculture française et ses agriculteurs sont particulièrement inscrits dans la transition écologique.
 
 
A noter : 
A.D.I.VALOR, créée en 2001, est une société par actions simplifiée (SAS), créée sans but lucratif par les filières agricoles et agro-alimentaires pour organiser elles-mêmes la collecte et le recyclage des déchets agricoles. 
Parmi ses actionnaires, figurent l’APCA et les chambres d’agriculture, la FNSEA, la FNA, la Coopération agricole etc. 
Le budget de l’éco-organisme est 23 millions d’euros. Il est financé par les redevances payées par les metteurs en marché (fabricants ou importateurs) lorsqu’ils commercialisent des produits d’agrofourniture : produits phytos, engrais, semences, produits d’hygiène, plastiques agricoles. 
Au-delà de la collecte, l’éco-organisme « accompagne les opérateurs de collecte et les conseille sur l’organisation, en formant les agents de collecte et en proposant des outils de communication et de pilotage » ajoute encore son directeur. 
Au total, 10 000 personnes sont impliquées dans le recyclage de près ou de loin. Les partenariats engagés avec plus de 110 entreprises de l’environnement, de la collecte au recyclage, ont contribué à l’émergence de nouvelles unités industrielles de recyclage sur l’ensemble du territoire. 500 emplois répartis sur l’ensemble du territoire national ont été créés. 

Auteur : Frédéric Hénin 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_capture_5

    Assolement 2023, des engrais trois fois plus chers qu’en 2021

    Moissonneuse dans les champs de blé en France - Thierry Ryo   Comment prévoir son assolement à un an en période d’inflation des...

  • Home_eta_29_semaine_19_couverture

    Optimiser ses chantiers sans se tromper

    Quelle largeur de faucheuse dois-je investir ? Quel tonnage doit faire mon prochain épandeur de fumier ? Une moissonneuse-batteuse plus puissante et donc plus ch&egrav...

  • Home_wiki_49_semaine_14_bis_couverture

    Renouvellement ou acquisition de matériels agricoles : du financement sur mesure

    Jean Louis Lebeau, Responsable animation commerciale agriculture au Crédit Mutuel   Le mode de financement d’un matériel agricole se cale sur...

  • Home_mars_2022_-_620_x_260

    Les Cuma indétrônables, solidaires et performantes

    Stéphane Chapuis et Ines Tayeb Les Coopératives d’utilisation de matériels agricoles sont toujours en vogue. Les Cuma savent répond...

  • Home_wiki_49_semaine_13_couverture

    Accès à la terre : prêt participatif, plateforme, régulation et digitalisation : l...

    Emmanuel Hyest, président de la FNsafer lors d'un congrès   L’agriculture attire les investisseurs. Les Safer, remplissent une mission d&...

  • Home_wiki_49_semaine_12_couverture

    FEVE booste l’installation et la transmission

    Vincent Kraus et ses deux collègues, Astrid et Simon   La start-up Fermes En ViE (Feve), créée en 2020, étend l’épargne ...

  • Home_economie_courtier_immobilier_achat

    Offrir aux porteurs de projets un cadre rassurant

    Accorder des prêts avantageux pour inciter des agriculteurs à s’installer ne suffit plus. Les banques doivent offrir une palette de services contribuant &a...

  • Home_wiki_49_semaine_11_bis_couverture2

    Financement de l’agriculture : innover pour installer et investir

    Francky Duchateau, Responsable Entreprises durables et Territoires pour le think tank Agr'Idées   En 2020, le ministère de l’Agriculture ...

  • Home_img150

    FORMATION: TECHNICIEN GESTIONNAIRE DE CHANTIER EN ETA

    ENTREPRISE - TECHNICIEN GESTIONNAIRE DE CHANTIER EN ETA Aujourd’hui les relations clients se professionnalisent. Exploitations et ETA gagnent en taille et en c...

  • 1Commentaire
  • #1

    Les forêts de pins et de sapins sont des poudrières , c'est parfaitement connu, mais les préfectures ferment dangereusement les yeux ... Une nature sèche c'est une nature MORTE qui chauffe et qui brule ... quand c'est bien VERT c'est bien VIVANT c'est 20°c de moins et ça ne brule JAMAIS : la SEULE et UNIQUE façon de baisser les températures c'est d'arroser (20°c de moins, l'évaporation de l'eau absorbe 60% de l'énergie solaire) ... TOUTES les villes arrosent sans compteur et sans taxe, elles arrosent même le béton et les routes du tour de France ... TOUTES les forêts qui brulent dans le monde sont des forets de conifères (ou des zones sèches) ... Le conifère transpire DEUX FOIS MOINS, donc évacue DEUX FOIS MOINS de chaleur, apporte DEUX FOIS MOINS de pluie que le feuillu et brule TOUS les étés ... . On va bientôt découvrir que l'eau des villes n'a jamais été recyclée mais jetée en mer parce que le système d'épuration vendu par #Véolia dans le monde entier n'a jamais fonctionné correctement ... La seule et unique façon de perdre de l'eau douce c'est de la jeter en mer ... https://www.instagram.com/p/CdubBeuI0gl/

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit