Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Pac 2014-2020, croissance verte ou environnement sanction ?

Home_big_img_1277bis

Conserver à tout prix l’esprit de croissance verte et ne pas basculer dans l’environnement sanction, voilà comment on pourrait résumer les derniers points de négociations de la Pac qui sera applicable jusqu’en 2020. Un accord officiel devrait être annoncé ce mercredi.

La Politique agricole commune 2014- 2020 vit en ce moment ses dernières négociations sur les règles qui seront applicables à tous. Un accord devrait en effet être officialisé ce mercredi 26 juin. Cette Pac a pour vocation à intégrer davantage d’environnement dans les pratiques agricoles, afin de répondre à l’objectif de rendre l’Europe autosuffisante dans son alimentation, en produisant sur place selon ses critères sociétaux.

Pour autant, tout le monde n’a pas la même vision des moyens à se donner pour parvenir à cet objectif. D’où des débats entre les trois parties que sont le Conseil de l’Europe, la Commission européenne, et le Parlement européen. Différents lobbys alimentent chaque partie et tentent de tirer les textes officiels qui seront annoncés soit vers davantage de verdissement tout de suite, soit vers une manière plus graduelle de parvenir aux objectifs fixés.

A l’heure où cet article est écrit, plusieurs points inquiètent les agriculteurs français, qui souhaitent jouer le rôle environnemental qui leur est réclamé, mais tout en conservant la capacité pour le plus grand nombre d’opérer la mutation. Ils sont techniques, en voici deux qui peuvent faire comprendre les enjeux.

Deux exemples de négociations en cours

Le premier point concerne une demande du gouvernement français de transférer davantage (que prévu initialement) d’aides du premier vers le second pilier. Cela signifie que notre gouvernement veut plus de verdissement tout de suite, le premier pilier de la Pac concernant les paiements à la production, le second les paiements à l’effort environnemental. Or, il est déjà programmé un basculement important d’aides du premier vers le second pilier. Qui plus est, ce transfert supplémentaire ne bénéficierait pas obligatoirement du cofinancement (Europe-Etat). Cette demande déplaît donc fortement aux agriculteurs français qui (un comble !) doivent passer par leur propre lobbying européen, à travers notamment les efforts du Copa-Cogeca (confédération européenne des syndicats de producteurs et de coopératives), pour tenter de faire face à leur propre gouvernement !

Le deuxième point tient dans le mode de calcul de la prime au verdissement : forfait ou pourcentage. Cette prime prévue dans la prochaine Pac représente 30 %, et est appelée d’ailleurs « prime des 30 % » par ceux qui suivent de près les débats. D’un côté, 30 % sont prélevés de la prime à la production, de l’autre le verdissement serait récompensé, soit par un forfait (en l’occurrence de 87 €), soit par un pourcentage tenant compte de ce que l’on appelle les « références historiques », comprenez calculé en rapport de ce qu’était la prime précédente (payée en 2013). Dans le cas du forfait, les 87 € en question sont calculés par rapport aux plus bas niveaux de paiements actuels. De fait, les agriculteurs français préfèrent largement l’autre option, et veulent faire valoir leurs « références historiques ». En particulier, les éleveurs, qui viennent de manifester à Paris en raison de la crise qu’ils traversent, ont tout intérêt à éviter le forfait. Prenons un exemple concret. Celui qui perçoit aujourd’hui 300 € d’aide à la production, en perd 90 (30 %) pour le verdissement, qu’il peut pratiquement récupérer avec le forfait de 87 %. En revanche, celui qui touche 500 €, en perd 150, et ne peut retrouver que 87 € avec le forfait : évidemment, dans ce deuxième cas, nous ne sommes plus dans le paiement de l’effort environnemental (croissance verte), mais dans l’environnement sanction.

Ces négociations n’appartiennent pas tant que cela aux détails. D’importants enjeux suivent. D’autant que, dans peu de temps, d’autres discussions interviendront sur un tout autre point, l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis, lequel pourrait aussi bouleverser nos modes de culture (plus de détails sur notre lien ci-dessous).

Qu'en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

En savoir plus : https://wikiagri.fr/articles/les-enjeux-agricoles-dun-accord-entre-leurope-et-les-etats-unis/631 (bientôt, d'autres négociations, dans le cadre des accords de libre-échange que l'Europe a engagé avec - notamment - les Etats-Unis).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_antoine_jeandey

Journaliste professionnel depuis 1987. Rédacteur en chef de WikiAgri depuis sa création, en janvier 2012. Par ailleurs élu, adjoint au maire de Chaudon (comm...

  • Vous aimerez également
  • 300

    TRANSPORTS ROUTIERS: GARE AUX RADARS

    Le règlement européen 167/2013/CE ne fixe plus de limite à la vitesse de circulation des tracteurs. Mais pas notre Code de la route national. Pas de coup...

  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit