Maximiser la qualité des récoltes grâce aux biostimulants

Home_big_img188

Si leurs effets face aux stress abiotiques sont bien connus, les biostimulants sont également des leviers intéressants pour agir sur la qualité des récoltes, en activant les métabolismes secondaires et en protégeant les fruits des meurtrissures et des coups de soleil.

 

 

En cultures pérennes, arboriculture et viticulture notamment, la qualité des récoltes se définit par de nombreux paramètres : le goût et l’odeur mais aussi la coloration et la fermeté pour les fruits. Pour le vin, on regardera du côté de la teneur en anthocyanes pour la couleur rouge et en composés phénoliques pour les arômes.
Alors que le métabolisme primaire assure la survie et la croissance des plantes, ces paramètres de qualité sont gérés par le métabolisme secondaire, spécifique aux végétaux. Pour assurer cette qualité, même en cas de stress abiotiques, les biostimulants ont de nombreuses réponses à apporter, que ce soit pour la production de composés phénoliques, pour l’activation et la protection de la coloration face aux coups de soleil, mais aussi pour le renforcement des parois cellulaires pour limiter les meurtrissures.

Activer la synthèse de composés phénoliques

Certains biostimulants activent les enzymes impliquées dans la synthèse des composés phénoliques. Ainsi, Basfoliar Plantae Bio apporte des acides aminés et de la glycine bétaïne.

Tout en protégeant les plantes du stress hydrique grâce à ses propriétés osmoprotectrices, il stimule aussi le métabolisme secondaire par l’apport des précurseurs qui activent l’enzyme PAL, responsable de la synthèse des composés phénoliques. Il concourt aussi à améliorer la teneur en anthocyanes, un autre facteur de qualité des vins. Lors d’essais sur plusieurs parcelles en cépage Syrah, il a été prouvé un gain de rendement de 13,5% en kilo de raisin par cep, grâce à deux applications de Basfoliar Plantae Bio à partir de la fermeture de la grappe.

Effet parasol

La couleur est un critère de qualité des fruits et légumes qu’une surexposition au soleil peut altérer, par des brûlures ou sunburn. Pour protéger les fruits, les biostimulants apportent également des réponses.

Ainsi, en protégeant les fruits par une fine couche de talc alimentaire, Invelop White Protect permet de limiter les coups de soleil. « Cette protection permet de diminuer jusqu’à 13% la quantité des fruits déclassés en sortie de frigo pour cause de brûlures », affiche Jessica Da Costa, chef de marché chez COMPO EXPERT.

Renforcer les parois cellulaires grâce à la silice

Autre critère de qualité, l’absence de meurtrissures sur les fruits est améliorée en renforçant les parois cellulaires.

C’est ce que permet un apport de silice, par Basfoliar Si. En créant comme un double vitrage sur les parois cellulaires, la silice agit non seulement pour limiter l’évapotranspiration mais aussi pour augmenter la résistance aux chocs. Au cours de quatre années d’essais sur la qualité des pommes, il a été démontré que l’apport de silice, par des pulvérisations de Basfoliar Si, diminuait de 34% l’apparition de meurtrissures face à des chocs d’une hauteur de 5 cm.

Ce sont donc autant de fruits commercialisables en catégorie 1 en plus. « Sur la variété Temptation, cela représente un gain potentiel de 900 € net par hectare, chiffre Jessica Da Costa. Soit 10 fois le coût du biostimulant ».

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : redaction wikiagri
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_img110

    Rénover sa prairie

    Une prairie qui n’assure plus correctement les fonctions attendues notamment en termes de qualité et de quantité de production mérite parfois d&rsq...

  • Home_img95

    Réussir l’implantation de ses prairies

    Le démarrage des prairies est une étape clé qui va déterminer une grande partie du potentiel de production et donc la rentabilité pour les ...

  • Home_img52

    La force des systèmes fourragers est dans leur diversité

    Les cultures fourragères sont diverses pour répondre aux besoins des éleveurs, de leur organisation, mais aussi des animaux à nourrir. Cette ...

  • Home_img46

    Une exploitation de l’herbe de plus en plus technique

    Bien loin d’une image désuète, les prairies sont des cultures porteuses d’avenir, dont la valorisation est de plus en plus pointue. © ...

  • Home_img31

    Des prairies aux multiples intérêts

    Les prairies sont l’une des clés dont disposent les filières d’élevage pour relever les défis de demain : adaptation au réchauf...

  • Home_derive

    Une solution face à la dérive

    La combinaison d’un adjuvant et d’une buse antidérive est une solution gagnante pour éliminer la quasi-totalité de la dérive, pr&eacut...

  • Home_eta-mag_22-1

    Herbicides de sortie d'hiver : gagner des points avec les adjuvants

    L’utilisation d’adjuvants pour les traitements de rattrapage en sortie d’hiver permet d’accroître l’efficacité des produits et de m...

  • Home_image001

    Prix du blé, il faudra compter sur la Russie à l'avenir

    Il faudra dorénavant compter sur la Russie pour le prix du blé Plus gros producteur de blé du bassin Mer Noire, la Russie fait maintenant partie des...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.