Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5251 MembresCréer un compte

Marché mondial des produits laitiers, à quoi joue la Chine ?

Home_big_adobestock_353249377_preview_editorial_use_only

L’an passé, l’empire du milieu a importé bien plus de produits laitiers qu’à l’accoutumée, alors que leur consommation progresse à peine. Aussi, un retrait de la Chine des marchés laitiers paraît inévitable. Mais pas de manière aussi redoutable qu’en 2015-2016.

En ce début d’année sur les marchés mondiaux des produits laitiers, les opérateurs sont aux aguets, avec une question en tête: quelle sera la stratégie commerciale adoptera la Chine dans les prochains mois?  

Dans une étude publiée sur son site, l’Institut de l’élevage apporte la réponse suivante : « Les marchés mondiaux des produits laitiers devraient demeurer fermes même en cas de moindres achats de la Chine ». Mais la « principale force de l’empire du milieu reste son imprévisibilité », s’empresse d’ajouter l’institut.

Au cours des dix premiers mois de 2021, l’empire du milieu avait déjà importé bien plus de produits laitiers que sur l’ensemble de l’année précédente.

La Chine avait en effet acheté 21 % de beurre et 40 % de crème de plus qu’en 2020. Les achats de poudres maigres et grasses (303 000 t) sont aussi supérieurs de plus d’un tiers.

« L’empire du milieu a asséché le marché mondial des produits laitiers en limitant les disponibilités pour les autres pays importateurs, affirme l’Idele.

Or la production mondiale de lait a fléchi l’été dernier et au début de l’automne dans l’Union européenne (- 1 % sur un an ai mois d’octobre), en Australie (- 2 %) et en Nouvelle Zélande (-3 %).

La baisse se poursuivant, l’augmentation de la collecte constatée durant le premier semestre dans les grands bassins de production orientés vers l’export (Union européenne, Etats-Unis), sera en partie annihilée dans les prochains mois.

Aussi, les importations massives de produits laitiers par l’empire du milieu ont alimenté la hausse des prix du lait payés aux éleveurs tout au long de l’année. 

Or ces achats ne sont pas justifiés par une consommation en hausse sur le marché intérieur. Des stocks importants se sont vraisemblablement constitués.

« D’autre part, la fermeture de certains ports liée à des quarantaines pour cause de cas de covid-19 chez les dockers n’a pas permis à la logistique locale de toujours décharger aussi rapidement que souhaité », explique l’Idele.

Pour toutes ces raisons, l’empire du milieu ne peut pas indéfiniment importer plus de produits de laitiers. Les pays exportateurs, la Nouvelle Zélande en tête, en ont bien conscience.

« En 2020, le marché chinois  a capté 47% des exportations néozélandaises  poudre de lait entier puis près de 60% sur les dix premiers mois de 2021 », rapporte l’Idele.

Un engorgement redouté

Pour autant, aucun opérateur ne sait quand l’empire du milieu réduira ses achats. Mais lorsque ce dernier renoncera à une partie de ses importations, les producteurs de lait des pays exportateurs seront alors doublement pénalisés par une chute des prix du lait et par des coûts de production élevés (+17 % de l’indice Ipampa en rythme annuel).

Par ailleurs, la Nouvelle Zélande sera tentée de détourner une partie de ses exportations vers d’autres pays. Aussi, elle entrera en concurrence, sur les marchés de l’export, avec l’Union européenne ou les Etats-Unis notamment.

Ce nouvel engorgement des marchés est déjà redouté.

Des débouchés sud-asiatiques

Mais l’Idele se veut serein. Ces dix dernières années, les pays sud-asiatiques sont devenus des débouchés importants susceptibles de prendre en partie de le relais de la Chine si celle-ci se retirait. Leurs achats de produits laitiers croissent chaque année.

Les prix élevés des intrants dissuadant les éleveurs des pays bassins laitiers tournés vers l’export de produire du lait, ces derniers réduisent depuis des mois les effectifs de leurs troupeaux. Quand ils ne cessent pas tout simplement de produire pour partir en retraite ou par manque de salariés disponibles.

Légende photo: en Chine, rayon de produits laitiers d'un supermarché 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 3
  • 1
  • 2
  • 2
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_agpb

    Pour les producteurs de céréales, 2022 sera une année charnière selon l’AGPB

    A un an de la réforme de la Pac de 2023, les céréaliers de l’AGPB attendent de savoir quelles seront les règles du jeu. L’AGPB compte ...

  • Home_ministere_de_l_agriculture_et_de_l_alimentation_07505600_122932839

    Comptes de l’agriculture, la ferme France crée 15 % de richesses en moins qu'en 1980

    La valeur ajoutée brute au coût des facteurs augmente de 11,5 % en 2021 par rapport à 2020 et le résultat brut de la branche agricole croît d...

  • Home_adobestock_180658324_preview

    Smarpthone, tablette, application: "L'appropriation des outils numériques est circ...

    Les agriculteurs n’ont pas échappé à l’essor du numérique. Les nouvelles technologies sont avant tout adoptées par néces...

  • Home_adobestock_104406921_preview

    « Plan Gel », 50 M€ pour accompagner plus d’agriculteurs vers la résilience de le...

    FranceAgriMer ouvre un troisième guichet pour faciliter l’acquisition de matériels de tours anti-gel, de filets anti-grêle ou encore des petits syst...

  • Home_adobestock_213581462

    Echanges mondiaux de blé, les céréaliers français sont-ils compétitifs ?

      La France joue dans la cour des grands. Selon le Cabinet Agrex Consulting, notre pays est le 4ème pays producteur le plus compétitif au monde de...

  • Home_adobestock_444310333_preview

    La sécurité climatique universelle, le nouveau pilier de la politique agricole

    Les bottes, l'ultime recours pour pénétrer dans un champ inondé (BIB - bilder) Les ministres de l’agriculture et de l’économie...

  • Home_adobestock_208746681_preview

    Y aura-t-il encore des vaches en France en 2031 ? Et si oui, où ?

    Un élevage de Limousins croisés Charolais (W.Production) Engagée depuis 2016, la décapitalisation de l’élevage bovin franç...

  • Home_engrais

    Fin des engrais chimiques: les deux alternatives en vue selon l'Unifa

    Engrais ou engrais en big bag, fertilisation avec azote, phosphore, potassium, magnésium et calcium - Par Aleksa (Stock.Adobe).   Selon l’Union des ...

  • Home_1000_f_452061177_kbdeoorivbyb1fl7j0haunicy1wt3yof

    Farm to Fork ouvre la voie de la décroissance économique et agricole de l'UE

      Avitaillement de cargo sec avec du grain Selon Coceral, l’objectif du Pacte vert de transformer l’économie européenne pour rendre les...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit