Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5391 MembresCréer un compte

Marché mondial des produits laitiers, à quoi joue la Chine ?

Home_big_adobestock_353249377_preview_editorial_use_only

L’an passé, l’empire du milieu a importé bien plus de produits laitiers qu’à l’accoutumée, alors que leur consommation progresse à peine. Aussi, un retrait de la Chine des marchés laitiers paraît inévitable. Mais pas de manière aussi redoutable qu’en 2015-2016.

En ce début d’année sur les marchés mondiaux des produits laitiers, les opérateurs sont aux aguets, avec une question en tête: quelle sera la stratégie commerciale adoptera la Chine dans les prochains mois?  

Dans une étude publiée sur son site, l’Institut de l’élevage apporte la réponse suivante : « Les marchés mondiaux des produits laitiers devraient demeurer fermes même en cas de moindres achats de la Chine ». Mais la « principale force de l’empire du milieu reste son imprévisibilité », s’empresse d’ajouter l’institut.

Au cours des dix premiers mois de 2021, l’empire du milieu avait déjà importé bien plus de produits laitiers que sur l’ensemble de l’année précédente.

La Chine avait en effet acheté 21 % de beurre et 40 % de crème de plus qu’en 2020. Les achats de poudres maigres et grasses (303 000 t) sont aussi supérieurs de plus d’un tiers.

« L’empire du milieu a asséché le marché mondial des produits laitiers en limitant les disponibilités pour les autres pays importateurs, affirme l’Idele.

Or la production mondiale de lait a fléchi l’été dernier et au début de l’automne dans l’Union européenne (- 1 % sur un an ai mois d’octobre), en Australie (- 2 %) et en Nouvelle Zélande (-3 %).

La baisse se poursuivant, l’augmentation de la collecte constatée durant le premier semestre dans les grands bassins de production orientés vers l’export (Union européenne, Etats-Unis), sera en partie annihilée dans les prochains mois.

Aussi, les importations massives de produits laitiers par l’empire du milieu ont alimenté la hausse des prix du lait payés aux éleveurs tout au long de l’année. 

Or ces achats ne sont pas justifiés par une consommation en hausse sur le marché intérieur. Des stocks importants se sont vraisemblablement constitués.

« D’autre part, la fermeture de certains ports liée à des quarantaines pour cause de cas de covid-19 chez les dockers n’a pas permis à la logistique locale de toujours décharger aussi rapidement que souhaité », explique l’Idele.

Pour toutes ces raisons, l’empire du milieu ne peut pas indéfiniment importer plus de produits de laitiers. Les pays exportateurs, la Nouvelle Zélande en tête, en ont bien conscience.

« En 2020, le marché chinois  a capté 47% des exportations néozélandaises  poudre de lait entier puis près de 60% sur les dix premiers mois de 2021 », rapporte l’Idele.

Un engorgement redouté

Pour autant, aucun opérateur ne sait quand l’empire du milieu réduira ses achats. Mais lorsque ce dernier renoncera à une partie de ses importations, les producteurs de lait des pays exportateurs seront alors doublement pénalisés par une chute des prix du lait et par des coûts de production élevés (+17 % de l’indice Ipampa en rythme annuel).

Par ailleurs, la Nouvelle Zélande sera tentée de détourner une partie de ses exportations vers d’autres pays. Aussi, elle entrera en concurrence, sur les marchés de l’export, avec l’Union européenne ou les Etats-Unis notamment.

Ce nouvel engorgement des marchés est déjà redouté.

Des débouchés sud-asiatiques

Mais l’Idele se veut serein. Ces dix dernières années, les pays sud-asiatiques sont devenus des débouchés importants susceptibles de prendre en partie de le relais de la Chine si celle-ci se retirait. Leurs achats de produits laitiers croissent chaque année.

Les prix élevés des intrants dissuadant les éleveurs des pays bassins laitiers tournés vers l’export de produire du lait, ces derniers réduisent depuis des mois les effectifs de leurs troupeaux. Quand ils ne cessent pas tout simplement de produire pour partir en retraite ou par manque de salariés disponibles.

Légende photo: en Chine, rayon de produits laitiers d'un supermarché 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 3
  • 1
  • 3
  • 2
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_adobestock_188673767_preview

    Les agriculteurs sont-ils les otages de la faible compétitivité de l’industrie agr...

    En 2021, les revenus de la quasi-majorité d’entre eux restaient inférieurs à 2 smic. Selon le 11ème rapport de l’Observatoire des marg...

  • Home_adobestock_287468380_preview

    390 Mt de Soja, 78 Mt de colza : de bonnes récoltes dans le monde à l’écart du con...

    Les prévisions de production de colza et de soja dans le monde, annoncées par le CIC, augurent un retour un l’équilibre des marchés de ces d...

  • Home_adobestock_216161866_preview

    Filière bovine, la hausse des prix de la viande bovine va t-elle durer?

    Ces deux dernières années, les prix ont davantage progressé à l’étranger que dans l’Union européenne et en France en par...

  • Home_adobestock_296754711_preview

    Les agriculteurs évincés du marché foncier ?

    Les achats de terres ont atteint des niveaux inédits en 2021. Mais elles s’opèrent de plus en plus entre personnes morales et sous formes de parts sociale...

  • Home_champ_ukraine

    Campagne 2022-2023 : une production mondiale de céréales déficitaire de 28 Mt

    Hors riz, le CIC annonce une production mondiale 2022-2023 de grains de 2 251 Mt. L’Ukraine resterait potentiellement exportatrice malgré le repli attendu d...

  • Home_adobestock_19192446_preview

    Filières ovines, jusqu’à 19 000 € de manque à gagner/ UMO en 2022

    La hausse des prix des ovins et du lait permet de compenser les coûts intrants si ces derniers reviennent très vite à leur niveau du début de l&rsq...

  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit