Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Mais comment l'interprofession laitière a-t-elle calculé le coût de revient pour 1000 litres de lait ?

Home_big_calcul_prix_du_lait

Pour rémunérer les éleveurs laitiers 2 Smic par mois, il faut payer 480 € les 1 000 litres et non pas 396 € comme veut le faire croire l’interprofession laitière. Le coût de revient d’un producteur de lait spécialisé en zone de plaine, publié par l’interprofession laitière, est de 396 € pour 1 000 litres. Il équivaut à un coût de revient de 244 € par 1 000 litres hors rémunération (2 Smic par mois). Or selon l'observatoire des marges, le coût comptable est de 364 € (1).

L’observatoire des marges et des prix est un ouvrage qui fait référence dans toute la profession agricole et pourtant, l’interprofession laitière produit ses propres statistiques, quitte à s’attirer les foudres des éleveurs !

Alors que les négociations commerciales entre les industriels et la grande distribution se déroulent un rythme effréné, un communiqué publié le 14 novembre dernier par la Fédération nationale des producteurs de lait (Fnpl) a attiré l’attention de ses adhérents. Il révèle que le prix de revient moyen des 1 000 litres de lait produits par les exploitations laitières françaises spécialisées, calculé et pris comme référence par l’interprofession laitière tout au long de ces négociations commerciales, serait de 396 €. Il serait égal au coût de production total moins le montant des aides et des produits de la vente des animaux.

Or, une partie des enjeux de ces négociations commerciales est, selon la Fnpl, la répercussion des hausses des prix des produits laitiers négociées avec la grande distribution, tout au long de la filière agroalimentaire, jusqu’aux éleveurs (1). Mais si le prix de revient pris en référence n’est pas le bon, l’exercice sera faussé.

Pour la Fnpl, ce coût de 396 € par 1 000 litres publié par l’interprofession « prendrait en compte la rémunération du producteur » sans mentionner le montant pris en référence. Hors rémunération, ce même coût de revient serait de 244 €/1 000 l pour 2 smic par mois (396 € - 152 €) (2).

Un prix de revient surprenant

Or pour que l’éleveur soit rémunéré 1,5 smic par mois, l’observatoire des marges et des prix (1) mentionne un coût de production du lait de vache en zone de plaine de 442 € pour 1 000 litres.

D’autre part, hors rémunération, le coût comptable moyen du lait de vache dans ces mêmes exploitations serait de 364 € pour 1 000 litres (1).

Or pour une exploitation de 330 000 litres produits par an, une rémunération de deux Smic équivaut à 152 € pour 1 000 litres, et pour un smic et demi, à 114 € pour 1 000 litres (2).

Aussi, toujours selon l’observatoire des marges et des prix (1), en ajoutant une rémunération équivalente à deux smics par mois (152 €), le coût comptable passerait à  516 € (364 €+ 152 €) ou à 478€/1 000 l  pour 1,5 smic (364 € + 114 €).

Comme la vente des animaux et des aides équivaut à 88 €/1 000 l selon l’observatoire des marges et des prix, le prix du lait doit être au moins supérieur à 428 €/ 1 000 litres (516 € – 88 €) pour assurer une rémunération de 2 smic par mois (390 € pour 1,5 smic). 

Et si les aides Pac sont assimilées à un supplément de revenu, à ajouter à celui dégagé par les ventes de lait et d’animaux, le prix du lait  (428 €/ 1 000 l ou 390 €/ 1 000 l selon les deux cas de figure) devrait être augmenté au montant de ces soutiens rapporté aux 1 000 litres. Sinon, ces aides couvriraient un manque à gagner.

(1) référence observatoire des marges et des prix édition 2017.

(2) Une rémunération équivalente à un salaire moyen de 2 Smics (2 x1480 €) équivaut à 50 438 € (12 x 2x 1 480 x 1,42), et pour un Smic et demi, elle est de 37 830 € environ (1,5 x 1480 x 1,42 x 12). Ces montants incluent le montant des prélèvements obligatoires que l’éleveur devra s’acquitter.

Notre illustration est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/14559857.

Réagissez à l'article en un clic

  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
  • 3
  • 2
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit