Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4230 MembresCréer un compte

Les ânes en voie de disparition en Afrique

Home_big__nes_en_afrique

Au Niger, au Nigeria, au Burkina Faso et même au Mali, les ânes sont tués par milliers pour alimenter le commerce de peaux à destination de la Chine.

Incroyable mais vrai ! Dotées de vertus médicinales, selon les Chinois, les peaux sont exportées pour approvisionner (entre autres) leur industrie pharmaceutique.

En Afrique, les ânes sont traqués, tués et dépecés par milliers. Leurs peaux se vendent à prix d’or. Depuis plusieurs mois, ce commerce est florissant. Des importateurs chinois se rabattent sur le continent africain pour approvisionner leur industrie pharmaceutique en peaux, employées pour fabriquer des médicaments pour femme.

Des articles parus dans la presse africaine décrivent en détail les circuits d’abattage et de vente de ces animaux au Niger, au Nigeria, au Burkina Faso et au Mali. Une fois traitées, leurs peaux sont exportées par lots en Chine où il n’y a plus assez d’animaux pour répondre à la demande industrielle. Dans les fermes chinoises, les ânes sont remplacés par des tracteurs pour faire les travaux des champs ou pour transporter des marchandises. Alors que la demande en peaux ne tarit pas.

En conséquence, les Chinois ne s’accaparent pas seulement des terres des paysans africains mais aussi de leurs ânes employés comme force de travail pour cultiver les champs.

Encore récemment, l’âne ne faisait l’objet d’aucun élevage particulier en Afrique. Certes la viande est consommée et la peau est utilisée, mais uniquement pour des usages locaux. Sa détention n’a jamais été un signe extérieur de richesse. Jusqu’à ce que les Chinois portent leur dévolu.

Selon l’hebdomadaire privé nigérien Le Républicain, les exportations d’ânes, enregistrées par les douanes du pays, ont explosé. Au cours du premier trimestre 2016, elles étaient trois supérieures à celles de 2015.

Le commerce très spéculatif de ces animaux surprend par son ampleur et par sa nature. Il déséquilibre l’économie rurale.

Economie locale déséquilibrée

« Au Mali, les prix ont bondi, la peau passant de 2 000 francs CFA à 30 000 ou 50 000 franc, soit de 3 à 45 ou 75 euros », relate le site lavoaafrique.

« L'âne, qui coûtait 50 000 francs (75 euros) il y a deux ans, se vend aujourd'hui entre 70 000 à 90 000 CFA (100 et 140 euros) à Saaba, une commune rurale près de Ouagadougou (Mali), réputée pour son marché de viande de baudets », ajoute le média sur son site.

Au Niger, où on en dénombre plus de 1,5 million d’ânes, « l’animal se négocie jusqu’à 100 000 francs CFA (152,5 euros) ! », a témoigné à l’Afp, un éleveur de Mangaïzé.

Les ânes sont achetés dans les villages par des commerçants pour les revendre à des intermédiaires avant d’être conduits à l’abattoir. Attirés par le gain rapide, certains propriétaires vendent leur animal sans mesurer les conséquences de leur acte dans leur vie quotidienne.

Les presses burkinabé et nigérienne déplore les conditions dans lesquelles les animaux sont tués, en dépit des règles d’hygiène les plus élémentaires. De nombreux abattages sont clandestins.

Les ânes sont aussi l’objet de trafics. Des fermiers passent la nuit à leur pied pour s’assurer qu’il ne sera pas volé. Et les peaux sont dorénavant vendues avec les queues pour garantir à l’acheteur qu’il s’agit bien d’une peau d’âne et non pas de cheval ou de veau.

Mais surtout, le commerce et le trafic de ces animaux portent sur des volumes largement supérieurs aux capacités de renouvellement du cheptel africain. L’espèce asine est peu prolifique. Les ânesses ne mettent bas qu’une fois tous les deux ans après 12 mois de grossesse. Alors les autorités des pays africains concernés évoquent déjà le risque d’une prochaine disparition de l’espèce asine d’Afrique saharienne.

 

En savoir plus : http://afrique-tv.info/niger-interdit-a-tour-lexportation-anes-menaces-de-disparition (le Niger interdit à son tour l'exportation des ânes, menacés de disparition) ; http://lenfantdupays.mondoblog.org/2016/07/15/exportation-de-peaux-danes-chinois-menacent-lespece-asine-burkina (les Chinois menacent l'espèce asine au Burkina) ; http://www.voaafrique.com/a/le-burkina-intedit-l-explortation-d-anes-de-chevaux-et-de-chameaux/3457428.html (le Burkina interdit l'exportation d'ânes).


Notre photo ci-dessous est issue du site Fotolia. Lien direct : https://fr.fotolia.com/id/106659953.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_sija_2019

    Le message commun des jeunes agriculteurs du monde

    A Paris, le sommet  international des jeunes agriculteurs a réuni, pendant trois jours, les représentants des syndicats d’une vingtaine de pays. Ils ...

  • Home_agriculture_urbaine_insertion_2

    Quand l'agriculture urbaine devient un levier pour l'insertion

    Le développement de l’agriculture urbaine offre des oportunités que l’on n’aurait pas soupçonnées. Et si la main-d’oeuvre ...

  • Home_gousses_et_graines_de_soja

    "Soja de France" représentera la moitié de la production intérieure d'ici 2025-2030

    Terres Univia booste la relance de la culture de soja en certifiant "soja de France" la moitié de la production française d’ici 2025-2030. L&rsq...

  • Home_port_c_r_alier_mer_noire

    Pays-Bas, Belgique et Algérie, la concentration des exportations françaises de blé inquiète

    Notre pays profite marginalement de l’accroissement mondial des échanges commerciaux de céréales entre les cinq continents. Les pays du bassin de l...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro