Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4192 MembresCréer un compte

Leclerc entre dans le porc bien-être

Home_big_cochon

Le Mouvement des magasins E. Leclerc et sa branche industrielle de la viande (Kermené) ont lancé, mercredi 16 janvier, leur filière porcine construite sur des critères de bien-être animal et rémunérée par un prix indexé sur la base du coût alimentaire de l’IFIP (institut du porc).

Pour l’instant, douze producteurs (tous bretons sauf un Normand) y participent. Ils se sont engagés sur une durée longue (trois à cinq ans), mais c’est eux qui décident du nombre d’animaux qu’ils destinent à Kermené-Leclerc. En contrepartie, l’industriel leur assure un prix plutôt attractif : 1,50 euro du kilo de carcasse en janvier, 1,60 euro en prévision en février, compte tenu de la hausse prévue du prix de l’aliment. Pour information, le prix de base fixé au Marché du Porc Breton, référence française du prix du porc, se situait jeudi 17 à 1,165 euro.

Souhaitant être un « bon élève » des états généraux de l’alimentation, le grand distributeur a pris soin d’élaborer son cahier des charges intitulé « Collectif Niveau 2 » (lumière naturelle dans les bâtiments d’engraissement, truies élevées avec leurs porcelets dans des cases, présence d’objets manipulables organiques) avec les groupements de producteurs, des éleveurs et des ONG. Il constitue une évolution majeure de cahiers des charges plus larges (« Collectif » et « Collectif Niveau 1 », ce dernier mettant en avant des animaux nourris sans OGM et sans antibiotiques à partir de quarante-deux jours d’âge) mis en place au fil des ans pour inciter les producteurs fournisseurs de Kermené (38 000 porcs abattus par semaine) à améliorer leurs pratiques.

Présents lors du lancement de l’opération, quelques-uns des éleveurs engagés dans ce cahier des charges ont témoigné de leur confiance dans une démarche qui, ont-ils dit, va conforter leur modèle économique. Kermené table sur une production de 100 000 porcs cette année sous ce cahier des charges. Une production qu’il valorisera dans une gamme de charcuterie dédiée sous la marque « Nos Recettes Privilège » signée « Juste et Bon » et vendue au rayon frais emballé.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 2
  • 0
  • 1
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_viande___la_loupe

    Derrière les 795 kilogrammes de viande avariée, une filière bovine polonaise conquérante

    La concurrence de la Pologne sur le marché européen de la viande bovine a surpris la filière européenne. Les producteurs polonais élè...

  • Home_porc

    Porc bio, Bio Direct segmente son offre

    Pour reprendre un temps d’avance sur le marché du porc bio français où la croissance de la production fait craindre une surproduction à moye...

  • Home_br_sil_vaches_nelore_en_attente_abattage__archives_a.j._

    Perspectives européennes 2030, la viande bovine sacrifiée sur le banc des accords de libre-échange

    L’élevage européen de bovins viande sera fortement concurrencé par les productions américaines et océaniennes. La Commission europ&ea...

  • Home_nutrition_animale

    Nutrition animale, fabrications en légère hausse dans l'Ouest

    Pour la troisième année consécutive, les fabrications d’aliments du bétail du Grand Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Normandie) ne baissen...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro