Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5418 MembresCréer un compte

L’autochargeuse, en complément de l’ensileuse

Home_big_eta_29_semaine_22_couverture

L’autochargeuse permet entre autres de viser des chantiers plus petits en volumes, mais parfois stratégiques pour des agriculteurs qui souhaitent récolter aux stades jeunes. (crédit Krone)

La récolte de l’herbe pour l’ensilage à l’autochargeuse est un service qui apporte réactivité et souplesse pour le client. Elle permet de créer de la valeur ajoutée notamment par la valorisation des coupes jeunes. Ce matériel peut trouver également d’autres applications originales tout au long de l’année.

Réserver l’ensileuse pour les chantiers à gros volumes de récolte d’herbe et s’équiper d’une autochargeuse pour réaliser de façon plus réactive des chantiers de valorisation de coupes d’herbe moins abondante. Cette complémentarité entre les deux prestations de travaux destinées à l’ensilage d’herbe est une piste de développement de la gamme de services pour créer encore plus de valeur pour le client autour de la chaîne verte.

Comme l’autochargeuse peut se conduire avec seulement un chauffeur et une personne au tassage, cette solution offre en effet une grande souplesse et réactivité. Cela permet entre autres de viser des chantiers plus petits en volumes mais parfois stratégiques pour des agriculteurs qui souhaitent récolter aux stades jeunes. Ces stades permettent une récolte riche en protéines afin d’économiser des achats de correcteurs azotés de rations, dont les prix se sont envolés. Dans les régions de grandes cultures l’autochargeuse peut aussi offrir de la souplesse sur les chantiers de récolte de cultures intermédiaires, destinés notamment aux méthaniseurs. L’autochargeuse, moins lourde qu’une ensileuse est également souvent appréciée pour mieux respecter les sols ou pour intervenir en conditions humides.
 

Organisation du chantier

L’ensilage d’herbe à l’autochargeuse se décompose comme un ensilage à l’automotrice à la différence près que c’est l’autochargeuse qui assure le transport. Cela entraîne un temps mort de l’outil de récolte sur la route et une chute très forte de la rentabilité du chantier lorsque les parcelles à ensiler sont éloignées de la ferme du client. Néanmoins le chantier ne mobilise que deux personnes au total, ce qui permet d’être plus souple et réactif. 
L’ensilage se fait par brins longs ou demi-longs du fait du système de coupe par couteaux. L’attention devra être renforcée pour le préfanage avec un objectif de 35% minimum de taux de matière sèche avec un optimum à 40-45%. Le délai entre fauche et récolte ne devrait toutefois pas dépasser 48 h, afin de préserver les valeurs alimentaires de l’herbe (éviter la perte de sucres et la solubilisation de l’azote). Pour obtenir une telle rapidité de préfanage, il est souvent difficile pour les agriculteurs de mettre en adéquation les besoins en matériel tout le long de la chaîne verte, ce qui plaide pour le recours à la force de frappe de l’entreprise. 
 

Combinés de fauche

La rapidité visée du préfanage implique de faucher à plat assez haut, entre 7 et 8 cm de hauteur pour réserver une circulation d’air sous le fourrage. Cette hauteur de coupe aura aussi pour avantage de préserver une bonne repousse, d’éviter une perte de tissu racinaire (sachant qu’une plante coupée trop rase n’a plus les moyens d’irriguer ses racines) et d’éviter l’introduction de terre dans le fourrage. Pour une bonne fauche à plat, les ETA peuvent proposer aux agriculteurs des combinés de fauche. Ces matériels ont l’avantage de présenter des débits de chantiers importants et donc une grande réactivité en bonne adéquation avec la réactivité permise par l’autochargeuse. Par ailleurs, le dégagement des roues du tracteur peut être assuré ce qui évite de rouler sur le fourrage et de dégrader la qualité. Selon des essais de plusieurs années menés par Arvalis et le réseau Cuma Ouest, une fauche à plat effectuée au groupe de fauche permet de gagner plus de dix points de matière sèche par rapport à une fauche standard en andain. Ces combinés de fauche permettent de viser une surface de séchage préconisée supérieure à 70% de la surface totale de la parcelle. Les ETA peuvent aussi se démarquer en proposant avec des faucheuses à sections, une fauche à plat « véritable » avec lamier à double section pour encore plus de rapidité de séchage. Sur les combinés de fauche, il faut prévoir de relâcher les conditionneurs éventuellement présents. De nos jours, les conditionneurs sont préconisés uniquement pour les graminées destinées au foin ou à l’enrubannage. 
Les autochargeuses à châssis léger sont plus adaptées aux besoins d'équipement en propre des agriculteurs pour des applications d'affouragement en vert ou pour les foins. (Alexis Dufumier)
 
Pour amortir une autochargeuse sur une période assez longue, les ETA ont aussi souvent intérêt de viser une clientèle disposant d’un séchoir en grange. (Crédit : Pöttinger)
 

Miser sur la qualité

Après le préfanage, la mise en andain en vue d’une récolte à l’autochargeuse mérite d’être effectuée également avec soin, pour permettre une action efficace des couteaux de l’autochargeuse. Pour cela, les andains doivent idéalement être constitués sans paquets et avec une herbe à la perpendiculaire de l’axe de l’andain. L’idéal serait d’utiliser un andaineur à tapis, une prestation de plus en plus travaillée par les ETA et qui offre de nombreux avantages en matière de respect de qualité du fourrage. Lors du passage de l’autochargeuse, la vitesse de rotation du pick-up doit être ajustée pour éviter un effet de peignage préjudiciable à la bonne coupe de l’herbe surtout lorsque la quantité d’herbe est faible, ce qui est de plus en plus le cas sur les coupes précoces qui visent un fourrage riche en protéines. Un andaineur à tapis de grande longueur peut notamment permettre de regrouper des andains assez gros et d’esquiver ce phénomène. 
Malgré toute l’attention portée à la confection de l’andain, l’herbe coupée à l’autochargeuse est coupée en brins généralement plus longs que pour un ensilage d’herbe classique à l’ensileuse. Aujourd’hui, les autochargeuses peuvent être équipées de systèmes de coupes fines, mais rarement en-dessous de 30 mm. Plus le brin est long et plus le besoin en tassage du silo est important pour une bonne conservation. Cependant, avec un débit de chantier plus faible qu’avec une ensileuse, la personne dédiée au tassage dispose de plus de temps pour assurer l’opération dans de bonnes conditions. La longueur des brins plus importante serait par ailleurs un facteur de qualité pour la rumination des vaches laitières. Dans tous les cas, l’ensilage d’herbe peut mériter d’incorporer un conservateur, c’est pourquoi de nombreuses autochargeuses sont équipées d’un incorporateur dédié.
Légende photo : Les matériels les plus gros à trois essieux seront moins agiles pour viser de petites parcelles de zones bocagères, mais permettront d’optimiser le temps sur route. (Crédit : Pöttinger)
 
Lors du passage de l’autochargeuse, la vitesse de rotation du pick-up doit être ajustée pour éviter un effet de peignage préjudiciable à la bonne coupe des brins d’herbe.(Schuitemaker)
 

Capacité de la remorque

Le coût total d’un chantier à l’autochargeuse est jugé souvent proche de celui d’un chantier mené à l’ensileuse. Certaines études de coût pointent un léger avantage à l’autochargeuse tandis que d’autres au contraire soulignent des coûts légèrement moindres pour l’ensileuse. Le principal facteur d’écart est le temps passé sur route par l’autochargeuse et donc la distance du chantier. Le coût d’entretien de l’autochargeuse est semble-t-il assez faible pour une remorque autochargeuse. Les pièces d’usure sont principalement constituées des couteaux. 
La capacité de la remorque est un critère important dans le choix du matériel, sachant que le temps passé sur route est l’une des principales composantes de la compétitivité du coût de chantier à l’autochargeuse. Différents gabarits d’autochargeuses sont proposés sur le marché. Des modèles à châssis légers sont privilégiés en achat propre par les agriculteurs pour des usages quotidiens comme l’affouragement en vert et les chantiers de foin (systèmes à peignes). Les ETA privilégieront généralement les modèles à rotors et à châssis plus lourds. Ces modèles existent en version deux essieux ou trois essieux. Les matériels les plus gros à trois essieux seront moins agiles pour viser de petites parcelles de zones bocagères, mais permettront d’optimiser le temps sur route avec une capacité de chargement supérieure. Il est possible de positionner des rehausses pour accroître la capacité de la remorque. Le système de compression du fourrage est un autre dispositif permettant d’accroître la capacité. De la configuration de l’autochargeuse, dépend aussi le choix du tracteur auquel elle sera attelée. Il faut prévoir le besoin de puissance de traction auquel s’additionnent des besoins de puissance pour animer les couteaux, ainsi que pour le système de compression du fourrage. La recherche de fortes capacités de remorque peut pénaliser les interventions en conditions humides et le respect des sols, à moins d’adopter des dispositifs de télégonflage ou de châssis télescopique. 
Les remorques sont équipées de compresseurs à fourrages et de systèmes de déchargement qui sont des facteurs d’optimisation des chantiers. (Krone)
 
Après le préfanage, la mise en andain en vue d’une récolte à l’autochargeuse mérite d’être effectuée également avec soin, pour permettre une action efficace des couteaux de l’autochargeuse. (Alexis Dufumier)
 

Jouer sur la polyvalence

Une autochargeuse de grande capacité est un matériel coûteux qui mérite d’être amorti au maximum par les ETA. Comme son nom l’indique, l’autochargeuse peut servir de remorque lors des périodes d’ensilage de maïs notamment. Par ailleurs, elle permet de récolter de l’herbe préfanée pour un séchage en grange ou même du foin ou de la paille en vrac. La remorque autochargeuse peut également être mise à contribution pour la récolte de cultures intermédiaires telles que les Cives (cultures intermédiaires à vocations énergétique) pour les clients disposant d’un méthaniseur, ou des méteils immatures. 
 
Viser le séchage en grange
Pour amortir une autochargeuse sur une période assez longue, les ETA ont aussi souvent intérêt de viser une clientèle disposant d’un séchoir en grange. En effet, cette typologie d’agriculteurs a besoin de pouvoir récolter l’herbe en vrac et l’autochargeuse est l’équipement obligatoire associé à ce type de gestion du fourrage. La technique permet de raccourcir les délais entre fauche et récolte pour préserver au maximum la qualité. Ce raccourcissement des délais est à prendre en compte dans la mise en œuvre de la prestation. La mise en place d’un chantier complet permettra à l’agriculteur de sécuriser sa qualité avec une organisation optimale par l’entreprise pour une qualité préservée. Les éleveurs qui réalisent le séchage en grange espèrent souvent pouvoir réaliser une coupe de plus par an et pouvoir intervenir ainsi dans des conditions parfois un peu plus humides. Pour répondre à cette demande, il est important que le matériel notamment de traction puisse intervenir dans ces conditions un peu moins optimales.
 
Auteur: Alexis Dufumier

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_hydrokit

    Agriculture de précision : nouvelles technologies

    Hydrokit Hydrokit détecte les gilets jaunes sur vos chantiers Avec son système de détection des bandes réfléchissantes, Hydrokit s&...

  • Home_eta_29_semaine_21_image_1

    Bien choisir son épandeur de fumier ou sa tonne à lisier

    L’épandage d’effluents organiques est bien plus que de la fertilisation ou de l’amendement, c’est l’amélioration d’un sol vi...

  • Home_eta_29__semaine_20_couverture

    Nouveautés : Epandeurs et tonnes à lisier

    Vredo fidèle au concept quatre roues 30 ans après avoir lancé son premier automoteur 4 roues, le néerlandais dévoile le VT5536, un ...

  • Home_eta_29_semaine_17_image3

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin

    La maintenance préventive, une idée qui fait son chemin  Réviser les matériels en morte-saison, cela tombe sous le sens, en particulier p...

  • Home_wiki_49_semaine_10_couverture

    Méthanisation : La logistique d'épandage se professionnalise

    L'allemand Kumm débarque en France Par son expérience d’entrepreneur et de prestataire dans le domaine de l’épandage de lisier et de ...

  • Home_eta_28_semaine_10_couverture

    Nouveautés : des automoteurs toujours plus performants

    Le nouvel Alpha R-Activ s’accompagne d’un design re-stylé de la calandre avant, de nouveaux phares LED, de bavettes longues et d’un carter prot&eacut...

  • Home_wiki_49_semaine_9_couverture

    Désherbage mécanique : panorama des nouveautés

    Carré : une herse étrille pour les Pros Le vendéen lance sa nouvelle herse étrille de précision Pressius pour grandes cultures en compl...

  • Home_eta28_semaine_9_-_couverture

    La Sarl Taligot s'est adaptée à l'épandage de digestat

    Armel Taligot devant l'une de ces deux tonnes de transfert pour alimenter le caisson.   La méthanisation représente de belles opportunité...

  • Home_wiki_49_semaine_6_bis_couverture

    Un tracteur qui carbure au méthane

    Le T6.180 Methane Power de la SARL Morel Energies roule avec le méthane produit sur place. Faire le plein du tracteur avec un carburant produit sur la ferme. C&rsq...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit