Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4983 MembresCréer un compte

L'arrêt de travail des agriculteurs est-il trop partiellement remboursé ?

Home_big_img_1588_-_copie

Vous l'avez sans doute déjà lu sur d'autres médias que le nôtre, depuis le 1er janvier 2014 les agricultrices et agriculteurs bénéficient du remboursement des jours d'arrêts de travail pour cause médicale. Oui mais... Déjà, les critiques pleuvent. Le point.

Le système mis en place prévoit ainsi, à l'échelon de la corporation agricole, le principe de la sécurité sociale que connaissent tous les Français. Il y a une cotisation annuelle obligatoire, et un montant prévu pour les jours d'arrêt de travail, avec des jours de carence et des obligations.

Sur le principe, cela ressemble à une avancée. Mais lorsque l'on rentre dans le détail des chiffres, c'est beaucoup moins évident. David Lacrépinière, salarié agricole et délégué départemental Ain-Rhône de la MSA, pose ainsi plusieurs questions : "La cotisation annuelle obligatoire est de 200 €. Il y a quatre jours de carence en cas d'hospitalisation, huit en cas de maladie ou d'accident, là où les fonctionnaires n'en ont plus un seul. Pour un remboursement journalier de 20,91 € par jour sur les 28 premiers jours d'arrêt de travail, et de 27,88 € à partir du 29e jour. Ce sont des montants très faibles. Il faut les comparer au coût d'une journée de remplacement, qui est de 150 € la journée. Ceux qui ont une mutuelle pourront espérer doubler, ou presque, le remboursement, mais la différence reste très forte. De fait, tous les agriculteurs ne pourront pas se permettre de faire valoir leurs droits au remboursement de l'arrêt de travail. Chacun sait comment ça se passe chez nous : pour se déclarer malade, il faut vraiment l'être. Le système mis en place pourra à la limite convenir à ceux qui sont en Gaec ou avec des associés, beaucoup moins aux agriculteurs seuls."

Une nouvelle taxe déguisée ?

Ainsi, selon David Lacrépinière, il existe toujours une différence de traitement par rapport aux autres corporations. "Pourquoi ne pas aligner le nombre de jours de carence sur les autres ? Et pourquoi des montants aussi faible ? Compte-tenu du montant de la cotisation demandée, et rappelons-le obligatoire, j'en suis à me demander s'il ne s'agit d'une nouvelle taxe déguisée, d'une manière de faire contribuer les agriculteurs à boucher le trou de la Sécu, puisqu'il me paraît clair qu'il y aura plus d'argent ponctionné que redistribué..."

Autre aspect : les contrôles. Le remboursement s'accompagne d'une absence d'activité totale. Difficile pour un éleveur, ou un céréalier lors d'une moisson. Là aussi, David Lacrépinière espère que les contrôles en question ne seront pas trop stricts.

Il conclut : "Le fait que le système ait été mis en place est une avancée. Mais encore une fois, les agriculteurs n'ont de merci à dire à personne, car ils autofinancent, et même au-delà. Donc, pour que le système soit réellement efficace, il faudra rapidement faire le bilan entre les cotisations et les remboursements et réajuster en fonction."

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

En savoir plus : http://www.msa.fr/lfr/web/msa/sante/ij-amexa ou encore http://www.msa.fr/lfr/web/msa/presse/arrets-travail-nsa (textes en ligne sur le site de la MSA).


Un nouveau droit pour les agriculteurs : l... par MSATV

Ci-dessous : portrait de David Lacrépinière.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_antoine_jeandey

Journaliste professionnel depuis 1987. Rédacteur en chef de WikiAgri depuis sa création, en janvier 2012. Par ailleurs élu, adjoint au maire de Chaudon (comm...

  • Vous aimerez également
  • Home_port_ce_re_alier_de_rouen

    Une production mondiale de grains record mais juste suffisante pour nourrir la pla...

    Selon le Conseil international des céréales, 62 Mt de grains seraient produites en plus au cours de la prochaine campagne 2021-2022. Pour autant, la hausse de l...

  • Home_agriculture_biologique_dans_le_monde

    La planète céréalière très lente dans sa conversion au bio

    La surface mondiale de céréales bio est estimée à 4,8 millions d’hectares et celles d’oléogineux, soja inclus, à 1,3 Mha...

  • Home_tournesols_provence_france

    L'Union européenne ne sera pas autonome en oléoprotéagineux en 2021-2022

    L'union européenne restera importatrice nette de graines pour la prochaine campagne 2021-2022, selon le comité européen des négociants en c&ea...

  • Home_re_colte_ble__en_france

    Marchés, le niveau des cours n'a presque pas influé sur le gain des exploitants cé...

    La hausse des cours des céréales ont précipité les céréaliers, en mal de trésorerie, à livrer leurs grains. A la fin d...

  • Home_plastiques_agriculture

    Plastiques et phosphates, des filières d'approvisionnement agricole à assainir éco...

    Il existe des alternatives écologiques aux matériaux plastiques et des techniques de production des phosphates utilisés en agriculture. Actuellement, 80 ...

  • Home_sibe_rie_lac_baikal

    La Sibérie offre un potentiel de production d'un milliard de tonnes de grains

    Au-delà de l’Oural, la Sibérie serait la principale région de la planète bénéficiaire du réchauffement climatique d&rsq...

  • Home_installation_transmission_agriculture

    Crise sanitaire, l'agriculture suscite des vocations mais la profession effraie

    Les candidats à l’installation portent des projets et des ambitions en rupture avec le modèle agricole adopté par leurs ainés. La pén...

  • Home_canola_alberta_canada

    Oléoprotéagineux, la Chine fait exploser la demande planétaire

    La planète fait face à un déficit structurel en protéines végétales. Les capacités de production des pays exportateurs d&rsqu...

  • Home_gaz_effet_serre_agriculture

    Plus bio en 2030, l'agriculture européenne émettra autant de gaz à effet de serre

    Selon la Commission européenne, la ferme Union européenne augmentera sa valeur de 14 % d’ici 2030 pour atteindre 440 milliards d’euros. Si 10 % de l...

  • 2Commentaire
  • #1

    Bonjourn,

    Avec 20 euros par jour, il faudra continuer de travailler pour faire tourner l'exploitation donc on devra se cacher pour travailler en se déguisant en momie et en circulant en ambulance dans l'exploitation...

  • #2

    Et encore une cotisation obligatoire pour pas grand chose, c'est quand la liberté de s'assurer ou on veut, au prix qu'on peut "assurer" sans compromettre nos revenus, on se croirait encore en Russie: laisser les autres décider pour nous.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit