Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5447 MembresCréer un compte

La fertilisation du colza à l'automne, un facteur essentiel de réussite de la culture

Home_big_picture_1

Année après année, la pression des ravageurs à l’automne ne faiblit pas et les solutions insecticides se font de plus en plus rares. La lutte contre ces ravageurs passe par la combinaison de tous les leviers agronomiques dont la fertilisation est un levier majeur.

Rappel des objectifs de croissance

Le colza ne doit connaître aucune rupture d’alimentation à l’automne pour résister aux attaques d’insectes. L’objectif est d’obtenir des colzas ayant une croissance régulière du stade 4 feuilles (20-25 septembre) à l’entrée de l’hiver (début décembre). Pour y parvenir, il doit consommer 60 à 70 unités d’azote aboutissant à une biomasse aérienne entrée hiver de 1 200 g/m² au minimum.

L’objectif est de garantir la croissance du pivot d’environ 15 cm à cette période. À mi-novembre, la culture doit avoir au moins 8 feuilles, 8 mm de diamètre au collet et aucune élongation de la tige.

Comment y parvenir ?

1. Le semis

  • Soigner l’implantation afin d’avoir une levée homogène et rapide des colzas.
  • Choisir une variété avec une bonne vigueur départ

Soyez prêt à semer dès qu’une pluie est annoncée dans les plages conseillées par terresinovia en fonction de la nature du sol et de la disponibilité en azote :


Auteur : Gilles SAUZET ([email protected]) ; Stéphane CADOUX ([email protected]) ; Aurore BAILLET ([email protected])

2. La fertilisation starter

Que faire dans les situations où le colza n’est pas en mesure de trouver suffisamment d’azote dans le sol ?

Les fournitures du sol assurent cette alimentation dans la majorité des cas. Cependant, certaines situations avec peu de reliquats azotés post moisson (argilo-calcaire superficiel notamment) peuvent nécessiter une fertilisation azotée automnale

Dans ces situations :

  • Privilégier les parcelles avec apports réguliers de produits résiduels organiques (fumiers, lisiers, compost, fientes, …) et en positionner avant l’implantation du colza
  • Utiliser des légumineuses en plantes compagnes du colza, améliorant l’absorption des éléments

Dans les situations où la pression des ravageurs d’automne est forte et la disponibilité en azote du sol à l’automne est faible vous pouvez appliquer :

  • Des engrais composés NPS VARIO 25/10 +10SO₃,réalisés en localisé (maximum 10 u d’azote)
  • En plein des apports d’ammonitrate MYPREMIAN® 33,5 N ou azoté soufré comme le MYNITRAS® 26 N +13SO₃  (maximum 30 u d’azote) avant le 31 aout (attention cette possibilité est variable selon les arrêtés préfectoraux en zones vulnérables).
  • Dans tous les cas, respecter strictement les réglementations en vigueur
  • Les effets bénéfiques de ces apports d’azote apparaissent à partir du stade 3-4 feuilles

Attention à la fertilisation phosphatée !

Le Comifer classe le colza comme culture très exigeante vis-à-vis du phosphore. Une carence en phosphore provoquera donc un retard de croissance et de développement.

La réserve globale des sols en phosphore est souvent satisfaisante, cependant celui-ci n’est pas nécessairement disponible par la plante. La forme P2O5, la plus courante, est en effet peu mobile car très fortement retenue par le pouvoir fixateur du sol.


Carences en phosphore

Une plante très sensible à la carence en phosphore

Dans les parcelles à faible biodisponibilité du phosphore, préférer les apports en fin d’été avant l’implantation de la culture pour limiter le risque de carence précoce à l’automne. Le stade de sensibilité maximale du colza à la carence en phosphore se situe pendant la phase juvénile, au stade 5-6 feuilles.

Cinq essais, conduits en 2009 et 2010 par Terres Inovia, ont montré l’intérêt d’un apport d’engrais de redressement sur le rendement du colza, 

Lorsque le phosphore est le premier facteur limitant. Le gain de productivité est variable selon la gravité de la carence, allant de 3,5 à 15,7 q/ha dans les situations étudiées.


Essais Terres Inovia réalisés dans le cadre d'un projet CASDAR financé par le Ministère de l'Agriculture.

Raisonnez votre fertilisation phosphatée

Établir votre plan de fumure de fond à partir des analyses de sol et du passé de fertilisation, selon les principes de la méthode COMIFER.

Apporter annuellement du phosphore à chaque culture de la rotation en fonction de ses besoins.

Si cela n’est pas possible, concentrer l’apport de phosphore sur les cultures très exigeantes comme le colza. Ne pas faire d’impasse en sol pauvre ou moyennement pourvu et en sol argilo-calcaire où le phosphore peut être bloqué ou moins disponible.

Le colza est moyennement exigeant en potasse

Les absorptions peuvent être conséquentes : 10 à 15 kg/ha/jour en cours de montaison au printemps pour une mobilisation totale pouvant dépasser 300 kg/ha, voire 350 kg/ha pour des niveaux de rendement élevés (≥ 45 q/ha).

Néanmoins, 90 % de la potasse est restituée à la récolte.

 

 

 

 

 

Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
  • Vous aimerez également
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit