Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5447 MembresCréer un compte

Guerre en Ukraine, Oleg stocke pour ne pas vendre à perte son maïs 120 €/t et son tournesol 400 €/t

Home_big_oleg_1

Depuis le début du conflit qui oppose la la Russie à  l’Ukraine, l’effondrement des prix des céréales et des oléo-protéagineux sur le marché intérieur ukrainien conduit Oleg, comme de nombreux autres  agriculteurs qui en ont les moyens, à stocker leurs récoltes pour ne pas vendre à perte. Lorsque le corridor sur la Mer Noire a été ouvert, les cours ne se sont pas redressés.

A Uman en Ukraine, à deux cents kilomètres au nord de la ligne de front la plus proche, la guerre se vit au quotidien au rythme des sirènes qui appellent les habitants de la ville à se réfugier dans des refuges et surtout, au rythme des coupures d’électricité et du réseau internet.

En durant parfois plus d’une journée, ces coupures entravent fortement l’ensemble de l’activité du pays. Mais Vladimir Poutine, président de Russie, a décidé que les Ukrainiens passeraient l’hiver dans le froid et sans lumière. 

En attendant, les prix à la consommation flambent tandis que les agriculteurs sont dans l’impossibilité de vendre leurs récoltes aux cours des marchés mondiaux.

Depuis plusieurs mois, la tonne de maïs vaut 120 € sur le marché ukrainien (sortie ferme) et celle de tournesol, 400 €. Le manque à gagner est de près de 200 € par tonne pour le maïs et de 300€ par tonne pour le tournesol.

A à la fin du mois de février 2022, les cours de la céréale et de l’ensemble des commodités agricoles se sont effondrés en Ukraine quand l’armée russe a entrepris d’envahir le pays. Et depuis, les cotations ne se sont pas redressées.

Lorsque les ports de la Mer Noire ont été fermés, les grains stockés dans les silos en pleine campagne ont uniquement été acheminés par camions ou par trains en Pologne, en Roumanie ou vers le port d’Izmail en Ukraine au bord du Danube.

Mais pour que les prix des grains arrivés à destination restent compétitifs, les intermédiaires répercutent leurs coûts de transport et d’assurance sur les prix payés aux producteurs. Et depuis que l’accord maritime sur la Mer Noire a été conclu le 19 juillet dernier, les prix de vente des grains payés aux agriculteurs n’ont pas augmenté.

Même si quelques millions de tonnes ont pu être expédiées par voie maritime, les stocks encore détenus dans les fermes sont colossaux. Les silos sont saturés. L’Etat ukrainien a fourni des sacs-tunnels en plastique pour stocker les grains excédentaires.   

En fait plus de 5 Mt de grains (céréales, oléo-protéagineux etc.) étaient expédiées depuis les ports de la Mer Noire avant le début du conflit. Et depuis le printemps dernier, jamais ce chiffre n’a été atteint malgré les dispositions prises pour transporter par tous les moyens disponibles les grains hors du pays.

Aussi, la décision prise le 29 octobre dernier par Vladimir Poutine de ne pas reconduire l’accord maritime sur la Mer Noire ne va pas modifier la situation économique des agriculteurs ukrainiens dans l’impossibilité de vendre, même aux prix actuels, leurs récoltes. Tout au plus va-t-elle la leur compliquer encore un peu plus.

Par ailleurs, des agriculteurs refusent tout simplement de vendre à perte leurs productions.

A Poatash à 30 km d’Uman, Oleg Bilous (36 ans) fait partie de ces agriculteurs. Pluri-actif, il cultive 50 hectares de terre depuis deux ans et l’ensemble du parc matériel nécessaire pour les cultiver.

L’an passé, il a produit 280 tonnes de maïs (5,5t/ha) – c’était sa première récolte d’agriculteur- et cette année, il a récolté 140 tonnes de tournesol (2,6t/ha).

L’hiver dernier, Oleg voulait attendre la seconde partie de la campagne pour vendre chère sa récolte de maïs 2021, afin de compenser par les prix la faiblesse des rendements obtenus.

Malgré la guerre, Oleg n’a pas renoncé pas à ses projets. Il veut se doter d’un parc matériel pour cultiver ses terres et accroître la superficie de son exploitation en louant des dizaines d’hectares supplémentaires. 

Et comme le chef d’entreprise dispose d’une trésorerie importante, l’agriculteur a pu financer le printemps dernier sa campagne de tournesol avec ses propres fonds.

Pourtant, les prix des intrants charges ont explosé. Hors frais de transit du champ au silo, chaque tonne de tournesol récoltée lui a coûté 260 €, soit environ 120 € de plus que l’an passé s’il avait alors planté du tournesol à la place du maïs.

En ajoutant les frais de transport du champ au silo distant de 30 km, le prix de la tonne de tournesol lui revient cette année à 310 €. En un an, le prix du transport a en effet triplé.

Sans aides publiques, Oleg ne veut pas se contenter d'un bénéfice de 90 € par hectare pour se rémunérer, payer son fermage (120 €/ha) et investir.

Le 23 octobre dernier, il espérait encore une remontée des cours dans les semaines ou les quelques mois à venir pour pouvoir vendre sa récolte de tournesol. Mais le week-end dernier, il a compris qu’il devra  patienter encore longtemps pour vendre à un prix correct ses récoltes….à moins qu’il soit vraiment à court de trésorerie.

Voici en détail l’évolution des couts de production par poste de charges en prenant en compte sur un an l’évolution de la parité de la Hryvnia par rapport à l’euro. Les montants mentionnés par poste de charges sont ceux réellement payés cette année par Oleg.

Ils sont comparés à ceux qu’ils auraient été en 2021 pour se rendre compte dans quelle proportions les charges d’exploitation ont flambé.

          2021                                                                                               2022

         1€= 3200 Hr                                                                                 1 € = 3800 Hr

                     

  80000

                             Mécanisation       

120000

85000

                               Pétrole              

175000

128000

                             Semences            

160000

850000

                          Engrais et phyto 

1133300

0

                       Autres traitements         

870000

0

                      Drone traitement        

120000

    1143000                                  Total          2578300

Soit par tonne:

    137 €                                                                                                         261 €

En incluant le transit du champ au silo: 
     

     156 €                                                                                                        310 €     

_________________________________________________________________________

 

Production de maïs en 2021

L’an passé, chaque tonne de maïs produite par Oleg ne lui a coûté que 66 € (360 €/ha) car ce dernier avait acheté ses intrants bien avant le début du conflit, avant même la flambée des prix des engrais azotée.

En ajoutant le fermage (125 €/ha), la tonne de maïs lui est revenue à 98 €.

En la cédant à 120 € la tonne, le prix actuel sur le marché intérieur ukrainien, l’agriculteur estime qu’il serait déficitaire. Il ne pourrait ni se rémunérer ni dégager les fonds nécessaires pour autofinancer une partie de ses futures acquisitions.

Légendes photos:

En tête: champ de maïs récolté en 2021 sur lequel a été implanté 50 ha de tournesol en 2022.

En cours de texte: A Poatash à 30 km d’Uman, Oleg Bilous (36 ans) dans son champ en 2021.

Merci à Sasha Ognivenko (Uman) qui a traduit les propos d'Oleg en anglais. 

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_ja

    Installations et transition agro-écologique: l’agriculture requiert de nouvelles c...

    Pour faire face au dérèglement climatique et pour être plus attractive auprès d’un public très éloigné du monde agricole...

  • Home_adobestock_280194966_preview

    Agriculture biologique, le prix de la tonne de blé a baissé de 80 € en six mois

    La France est plus important pays producteur de céréales biologiques de l’Union européenne. Moins de 10 % de la production de céréale...

  • Home_tomater_pedersen_fullsize

    En Suède, pas tomates .....suédoises à Noël !

    A Trelleborg, Mads Pedersen renonce à cultiver cet hiver des tomates bien trop chères à produire. La flambée des prix du gaz et de l’é...

  • Home_etable

    Guerre en Ukraine, produire du lait est un acte de résistance

    A Buky dans la région d’Uman, Yvan Melnyk et de Oleksandr Pidlubniy sont éleveurs laitiers à la tête d’un troupeau de 280 vaches de rac...

  • Home_dry-and-cracked-ground-texture

    Quel stress !

    Il y a les insectes, les acariens, les maladies cryptogamiques, les mauvaises herbes... Les événements climatiques extrêmes de 2022 nous ont rappelé...

  • Home_yvan

    Guerre en Ukraine, Ivan et Oleksandr pas certains de pouvoir cultiver leurs 4 500 ha

    A Buky, Yvan Melnyk et Oleksandr Pidlubniy ont semé 2 400 ha de blé et de colza mais ils ne savent pas quelles cultures de printemps ils vont implanter en ...

  • Home_photo_nicolas_broutin_2022_yara

    Yara passe au vert en produisant de l’engrais azoté décarboné.

    Produire et à épandre des engrais azotés, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre, jusqu’à atteindre la neut...

  • Home_adobestock_495073471__1_

    Ukraine, 28 Mds d’€ de pertes de céréales et de matériels après 7 mois de conflit

    Depuis le début du conflit, l’agriculture ukrainienne fait preuve d’une étonnante résistance malgré les dégâts subis. UAC...

  • Home_image_3

    Filière laitière, pilier d'une filière caséine-textile

    Chaque année, la caséine extraite des 7000 tonnes de lait impropres à la consommation pourrait être transformée en étoffe. Ce nouveau...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit