Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4806 MembresCréer un compte

François Fillon a choisi le Space 2016 pour présenter son programme agricole

Home_big_fillon_dantin_space_2016

Le Space 2016 s'achève sans engouement extraordinaire compte-tenu de la crise, mais avec une affluence très correcte tout de même, les travées et les parkings étant restés bien remplis. Au-delà de ce contexte, on retiendra un défilé politique plus accentué qu'à l'accoutumée du fait des primaires à venir avant le salon de l'agriculture de Paris, et en particulier la déclinaison du programme de François Fillon.

L'ambiance du Space a montré une population intéressée par les productions animales ni euphorique, crise oblige, ni à l'agonie non plus.

Lait, "les cours vont remonter"

En fait, tout est question de conjoncture. Les prix mondiaux rassurent, pour le moment en tout cas, la filière porcine, tandis que l'horizon s'éclaircit pour le lait : "Les cours vont remonter, il faut tenir jusqu'au printemps", selon différents acteurs de la filière.

Pour autant, la crise est là tout de même. Elle touche bien sûr les éleveurs, mais aussi notre économie dans son ensemble. Ainsi, la réduction, pour toux ceux qui sont touchés par la crise, des prélèvements obligatoires pose une question budgétaire, non réglée actuellement : le régime général, soit l'impôt de tous, va-t-il accepter longtemps de renflouer le régime agricole, lequel creuse son déficit à la vitesse V actuellement en raison des mesures d'accompagnements (et salutaires) prises pour soutenir le monde paysan ? Il est question désormais d'un "trou" de 500 millions d'euros (source non officielle) qui pèse tel une épée de Damoclès sur le monde agricole, auquel on risque à tout moment de demander de le combler lui-même...

Primaire de la droite et du centre et agriculture

Cette question là n'a pas été abordée par les politiques en visite au salon des productions animales de Rennes. Eux, étaient davantage là pour préparer l'élection présidentielle, directement, ou en passant par les primaires. La journée du jeudi 15 septembre en particulier était riche d'enseignements, avec trois des quatre candidats essentiels de la primaire de droite : Bruno Le Maire, Alain Juppé, et François Fillon (cités ici par ordre d'arrivée). Les deux premiers ont circulé dans les travées en discutant et serrant des mains. Le troisième aussi, mais en ajoutant un élément important : il a détaillé son programme pour l'agriculture française, un programme particulièrement attendu.

Bruno Le Maire, comme chez lui au Space

Au Space Bruno Le Maire était chez lui. Pas besoin d’attachés de presse pour lui montrer le chemin à suivre. Le guide, c’était lui. En parcourant les allées dans le hall 1, les éleveurs sont venus spontanément à lui. A en oublier jeudi que l’ex-ministre de l’agriculture était en campagne pour l’élection du candidat à la candidature du parti Les Républicains pour la prochaine présidentielle de 2017. Mais les éleveurs ne l’attendaient pas avec son programme. Sa présence suffisait.

Et pourtant en 2009 et en 2010, certains présents ce jeudi, faisaient probablement partie des manifestants qui avaient empêché ce même Bruno Le Maire, alors ministre de l’Agriculture du gouvernement de François Fillon, de visiter le salon européen de l’élevage. Il avait même dû être extirpé pour échapper aux jets de projectiles des éleveurs déjà confrontés à une crise du lait.

Mais depuis, cet énarque fait partie des leurs. Pour 2017, il est, selon différents sondages, le candidat préféré des agriculteurs. Rue de Varenne, Bruno Le Maire n’avait pourtant pas fait de miracles lorsqu’il était en fonction, mais ils l’ont vu à l’oeuvre. La contractualisation en production laitière, mise en place en 2010, a livré les éleveurs laitiers aux industriels sans avoir leur donné les moyens de se regrouper en organisations de producteurs transversales pour négocier des prix rémunérateurs. Mais en 2009 à Bruxelles, Bruno Le Maire était aussi un des ministres européens de l’Agriculture qui a fait remonter le prix du lait après avoir obtenu, de la Commission européenne, le déblocage de 600 millions d’euros. Et ça les agriculteurs ne l’ont pas oublié. 

Aujourd’hui, si l’ex-ministre de l’Agriculture est le plus jeune des postulants à la candidature de son parti, sur les questions agricoles, il est surtout le plus expérimenté. De son successeur, Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture depuis 2012, « on retiendra d’abord ses fonctions de porte-parole de gouvernement », a déclaré le candidat à l’élection présidentielle.

Alain Juppé a fait le job

Au même moment, au Space, se déroule une visite d’un tout autre genre, beaucoup plus protocolaire. Alain Juppé, lui aussi candidat à la candidature à l’élection présidentielle de 2017 pour Les Républicains, a été accueilli dans le salon VIP par Marcel Denieul, président du Space. Dans les allées du salon, les journalistes et photographes venus de Paris très nombreux, l’entouraient et faisaient barrage, l’empêchant d’aller directement au contact des éleveurs. Pas de réelle chaleur humaine. Alain Juppé avait sous la main son programme présenté en mai dernier. Il l’a élaboré avec des professionnels agricoles et après avoir analysé les souhaits des centaines d’agriculteurs consultés par internet.

Paraissant fatigué, Alain Juppé a néanmoins rempli son programme de visites, dont les passages obligés sur les stands des syndicats notamment. Comme on dit, il "fait le job".

François Fillon surprend avec un programme agricole très abouti

De son côté, François Fillon a surpris. Il est venu au Space pour présenter son programme pour l'agriculture. Et le moins que l'on puisse écrire, est qu'il était très attendu. Pour plusieurs raisons. Déjà, politiquement, l'ancien Premier ministre est considéré comme celui ayant le plus réfléchi à un programme de gouvernement, le plus dans les détails, là où ses concurrents penseraient avant tout à l'élection. Ensuite, d'un point de vue purement agricole, le fait qu'il soit soutenu par le député européen Michel Dantin, considéré comme un très grand spécialiste des questions agricoles au Parlement européen, a éveillé une réelle curiosité sur ce qu'il pouvait bien proposer.

Ainsi, au-delà de la visite en elle-même, on retiendra sur la forme qu'il a fallu remettre des chaises dans la salle de conférence où il a présenté son programme tant il avait des soutiens d'une part, et déplacé des curieux d'autre part. Et de fait, le retard affiché dans les sondages sur le tandem Juppé - Sarkozy n'a pas semblé flagrant, loin de là, au Space.

Mais c'est bien sûr sur le fond qu'il faut s'attarder. Le programme de François Fillon pour l'agriculture mérite d'être lu, car il identifie parfaitement la problématique pour proposer ensuite de réelles solutions. Je vous donne en fin d'article tous les liens pour accéder aux versions courte et longue de ce programme. Dans son discours, au-delà de quelques formulations choc ("les 35 heures en agriculture, c'est le week-end", ou encore "le commerce équitable existe au bout du monde, mais pas en France"), on retient l'essentiel : la simplification du droit des entreprises agricoles, la réduction drastique des charges pesant sur toutes les entreprises (y compris agricoles), la libération des agriculteurs du carcan des normes (avec plusieurs propositions très concrètes allant dans ce sens, lisez le programme), une gestion des risques revue et corrigée pour répondre davantage aux réalités...

Pour un "Grenelle des prix"

Parmi les propositions choc, François Fillon veut un "Grenelle des prix" (c'est son expression), qui serait tenu "immédiatement après l'élection présidentielle", de manière à redistribuer l'ensemble des marges "sans oublier les producteurs". Il souhaite aussi encadrer par la loi la négociation des contrats. Il est par ailleurs pour une Pac "qui réponde à un projet", lequel serait "dicté plutôt que subi par la France". Et on le sait déjà depuis longtemps intéressé par la recherche et l'innovation.

François Fillon a eu également un mot sur "la détresse des agriculteurs", la qualifiant de "crève-coeur", et il a conclu sur son projet général pour la France, viser "le plein emploi (c'est-à-dire moins de 7 % de chômage) en 5 ans", ce qui ne peut s'accomplir que "si la France redevient le premier pays d'Europe, et si l'agriculture française retrouve son rang de première agriculture européenne".

 

Article rédigé par Antoine Jeandey
avec Frédéric Hénin

 

En savoir plus : https://www.fillon2017.fr/2016/09/15/discours-agriculture-space-2016 (discours prononcé par François Fillon au Space) ; https://www.fillon2017.fr/participez/agriculture (les grandes lignes du programme agricole de François Fillon en agriculture) ; https://www.fillon2017.fr/wp-content/uploads/2016/09/POUR-UNE-AGRICULTURE-FRANCAISE-FORTE-ET-CONQUERANTE-.pdf (le programme détaillé de François Fillon pour l'agriculture).

Ci-dessous, François Fillon sur le stand de la Fnsea (à droite sur la photo : Michel Dantin).

Ci-dessous, Alain Juppé était passé sur le même stand quelques heures plus tôt, ici en discussion avec le président des Jeunes Agriculteurs Jérémy Decerle.

Ci-dessous, Bruno Le Maire, au plus près des éleveurs et de leurs bêtes de concours.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_antoine_jeandey

Journaliste professionnel depuis 1987. Rédacteur en chef de WikiAgri depuis sa création, en janvier 2012. Par ailleurs élu, adjoint au maire de Chaudon (comm...

  • Vous aimerez également
  • Home_600_croix_blanches_saint-anne_d_auray

    Les 600 croix blanches deviennent de bois

    Ce dimanche 25 octobre 2020, une journée de recueillement en hommage aux agriculterurs partis trop tôt (suicides, maladies, accidents du travail...) est organis&...

  • Home_nourrir_population_chinoise

    Pour sa sécurité sanitaire, la Chine importe 113 milliards d'euros de produits alimentaires

    Premier pays importateur au monde, la Chine a acheté 113 milliards d'euros de produits agricoles et agro-alimentaires en 2019. Un marché qui attise les conv...

  • Home_villageois_rcf_pays_d_aude

    Une émission radio sur la ruralité dans l'Aude

    On a tous apprécié les films de Justine Bonnery intitulés La Popote à Pépé, qui donnent la parole aux anciens dans des portraits o&u...

  • Home_paysage_agricole_lambda

    Pac 2021-2027, pas de transition agro-écologique sans sécurité du revenu des agriculteurs

    Selon Christian de Perthuis, professeur à l’université Paris Dauphine, il faut donner aux agriculteurs les moyens de prendre les risques qu’impose l...

  • Home_arash_derambarsh_disculp_

    L'avocat Arash Derambarsh, défenseur des agriculteurs, disculpé par une enquête

    Le premier avocat de France à avoir gagné un procès de l'agribashing en faveur de l'agriculteur contre son agresseur, Arash Derambarsh, a r&eacut...

  • Home_agriculture_russie

    La Russie n'est pas parvenue à l'autosuffisance alimentaire depuis l'embargo décrété en 2014

    La Fédération de Russie inonde les marchés des céréales de blé et d’orge. Mais l’excédent commercial agro-aliment...

  • Home_paysage_agricole

    Maec et aides bio, des montants mal ciblés

    Selon France stratégie, les aides au maintien à l’agriculture bio et les Maec (mesures agroenvironnementales et climatiques) manquent de cohérence....

  • Home_bateau_c_r_alier_port_de_rouen

    Campagne céréalière 2020-2021, le blé français concurrencé sur tous les fronts

    La France n’a pas les moyens de s’imposer cette année sur les marchés des céréales, très bien approvisionnés par ailleur...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit