Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4228 MembresCréer un compte

Et si le Brexit était le véritable danger pour la filière bovine européenne ?

Home_big_viande_bovine_brexit

Alors que les accords commerciaux avec le continent américain défrayent chaque semaine les chroniques de l’actualité agricole, l’impact du Brexit est passé sous silence. Or la Grande-Bretagne est un importateur majeur de bovins viande et de viande bovine produits sur le continent européen.

L’Union européenne comprend deux pays majeurs, exportateurs nets de viande bovine et de bovins viande : l’Irlande et la Pologne. Ces deux pays écoulent plus d’un million de tonnes à l’export, soit 80 % de leur production.  En revanche, le Royaume-Uni et l’Italie importent trois fois plus de viande qu’ils n’en exportent. Ils achètent plus de 860 mille tonnes équivalent carcasse de viande bovine à l’import, selon une étude de l'Institut de l'élevage (Idele) intitulée "Perspectives 2018". 

Ces flux commerciaux sont bien plus importants que les échanges opérés à l’échelle de l’Union européenne avec les pays tiers : sur les 7,9 millions de tonnes de viande bovine consommées l’an passé, seules 316 000 tonnes ont été importées en provenance des pays tiers (sources Idele).

L’essentiel des échanges commerciaux européens de viande bovine s’effectue entre les vingt-huit pays membres de l’Union européenne. 435 mille tonnes équivalent carcasse étaient importées en Grande Bretagne l’an passé contre 133 mille tonnes exportées. Le marché est complètement déséquilibré.

En conséquence, si le Royaume-Uni, sorti de l’Union, entrave ses achats de viande en provenance du continent, c’est l’équivalent des capacités des exportations d’un pays tel que l’Irlande ou la Pologne qui est mis au ban.

Le premier pays européen impacté, si le Royaume-Uni taxe ou pénalise les achats de viande et d’animaux vifs, est l’Irlande qui lui livre près de la moitié des viandes exportées.

La Pologne se différencie de l’Irlande en diversifiant davantage ses débouchés sur l’ensemble de l’Union européenne et hors de ses frontières. Aussi, le Brexit ne pénalisera directement pas ses producteurs !

Car si l’Irlande ne parvient plus à écouler sa viande ainsi que les autres pays auprès desquels le Royaume-Uni s’approvisionne, jusqu’à 400 000 tonnes équivalent carcasses débouleront sur le marché européen, selon l'Idele. Or il n’en faut que quelques dizaines de milliers de tonnes pour le déstabiliser !

Tous pays européens, même ceux qui sont des importateurs nets, seront affectés par le Brexit car la chute des cours qui en découlera, affectera tous les éleveurs. Les carcasses sans débouchés sur le marché britannique se déporteront  sur les marchés des autres pays européens. La France aura pour sa part énormément de difficultés pour écouler ses animaux sur un marché saturé tandis qu’affluera la viande invendue. Qu’en sera-t-il aussi des exportations de carcasses (235.000 tonnes équivalent carcasse l’an passé) sans compter les broutards (1,04 million de tonnes équivalent carcasse selon l'Idele).

Les volumes de viande en jeu par le Brexit sont supérieurs à ceux importés chaque année par l’Union européenne de pays tiers (Amérique essentiellement).

En fait, le Royaume Uni sorti de l’Union européenne restera un importateur majeur de viande bovine mais auprès de quel pays ?

Jusqu’à présent, sa consommation croit chaque année. Mais la dévaluation de la livre sterling ne profite pas à la filière britannique car les éleveurs ne sont pas en mesure d’accroître une offre concurrentielle et bon marché, selon l'Idele. Le déficit de production du royaume est couvert par des achats effectués sur le continent européen essentiellement ou hors de l’Union européenne.

L’an passé, ce sont les Pays-Bas et l’Irlande qui ont profité de cette aubaine en expédiant plus de viande. 

L’impact du Brexit sur la filière bovine européen est un exemple parmi d’autres. Pour les produits laitiers, le phénomène serait aussi important et dans ce cas de figure, la France serait aux premières loges !


L'illustration ci-dessous est issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/23419049

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_lait_montagne

    Le lait de montagne doit affirmer son authenticité et sa naturalité

    La production française de lait de montagne résiste. Elle est portée par des systèmes de production de plus en plus singuliers, bien moins sous l&...

  • Home_fromages

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires boudent le lait made in France

    La restauration hors domicile et les industries agroalimentaires représentent 55 % de la consommation nationale, mais ils n’absorbent que 16 % de la production f...

  • Home_etienne_fourmont_-_bien-_tre_animal

    Bien-être animal, les éleveurs affichent leurs actions sur une page web

    L'élevage est désormais souvent soumis à la pression de ses détracteurs. Etienne Fourmont, éleveur laitier dans la Sarthe, a pris l'...

  • Home_troupeau_de_moutons

    Brexit, la filière ovine entre l'enclume et le marteau

    L'équilibre du marché ovin, français et européen, est menacé par la baisse attendue des importations de viandes britanniques et par les...

  • 1Commentaire
  • #1

    Ce scénario n’est pas pour nous aider à sortir la tête de l’eau

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro