Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4303 MembresCréer un compte

Et si l'accord Europe-Canada signait la fin de la crise laitière ?

Home_big_laiti_re

Ce 18 octobre, un accord de libre-échange est intervenu entre l'Union européenne d'une part et le Canada d'autre part. Cet accord concerne à 93 % le secteur agricole. Les négociations ont abouti à une situation très favorable au secteur laitier européen... Mais avec des contreparties.

Le propre de tout accord bilatéral tenant compte de multiples secteurs est de fonctionner sur une base de vases communicants. Ce que l'on gagne d'un côté, il faut accepter de le perdre de l'autre. Mais la réciproque est aussi vraie.

L'accord intervenu tout récemment pour un libre échange des marchandises entre l'Europe et le Canada a déjà été décrié pour les risques qu'il fait courir à la filière viande. Ils sont réels, j'y reviens plus loin. En revanche, personne (ou presque) n'a souligné tous ses bienfaits pour la filière laitière.

En gros, que comprend l'accord ? Selon la dépêche AFP reprise par plusieurs quotidiens : "Concrètement, le quota de fromages européens admis par le Canada sans droits tarifaires va augmenter de plus de 16 800 tonnes, pour une valeur estimée de 150 millions d'euros par an, tandis que l'Union européenne importera sans droits tarifaires 15 000 tonnes de boeuf congelé, près de 31 000 tonnes de boeuf frais, ainsi que 75 000 tonnes de porc et 8 000 tonnes de maïs doux." Parallèlement, l'accord contient également une reconnaissance de plusieurs indications géographiques, dont cinq fromages (feta grecque, munster français, gorgonzola, faissina et asiago italiens, il y a également des produits à base de viande comme des jambons italiens ou le foie gras de canard du Périgord).

De fait, il s'agit d'un marché supplémentaire pour les produits laitiers européens. Qui plus est, l'accord avec le canada ouvre la voie à ceux attendus avec les Etats-Unis et le Japon, où l'on peut raisonnablement penser que l'on ira globalement dans le même sens. Ainsi, l'Europe crée des marchés pour son secteur laitier, au moment où, en 2015, doit intervenir la fin des quotas laitiers. N'est-ce pas là finalement une opportunité à saisir ? Nous pouvons donc produire plus de lait en France, il existera un marché pour cela, donc la possibilité de le faire en maintenant les prix. Car le maintien des prix reste la préoccupation numéro 1 de nos éleveurs laitiers à l'aube de l'après quotas. L'accord entre l'Europe et le Canada est en soi insuffisant en volumes pour sauver la filière laitière européenne, mais elle ouvre des perspectives réelles lorsque l'on pense aux autres accords qui doivent suivre.

Pour la France, c'est très important, notre secteur laitier reste celui qui, bon an, mal an, installe le plus de jeunes et attire le plus de vocations. Avec des débouchés renouvelés en vue, l'attractivité revient.

En revanche, la viande trinque...

Comme je le disais plus haut, la filière viande, elle, trinque dans cet accord. Et de même que les bonnes nouvelles laitières en présageaient d'autres, de même les mauvaises émanant de la viande ne semblent que pouvoir empirer.

Chrisitian Pèes, président de la Cogeca (confédération générale européenne des coopératives agricoles), s'est ainsi exprimé : "L'UE a accepté d'octroyer un accès accru au marché pour d'importants volumes de viande bovine et porcine. Nous ne pouvons l'accepter, même si cette viande ne contient pas d'hormones. Nous souhaitons que les ministres européens et les eurodéputés en tiennent compte lorsqu'ils approuveront le texte final. La viande bovine est un produit sensible pour nous et la production européenne est menacée. Cet accord aura pour conséquence une hausse importante des importations. Pour le secteur de la viande bovine, nous aurions souhaité une meilleure répartition entre viande fraîche, réfrigérée et congelée, en faveur de la viande bovine congelée."

De son côté, le président du Copa (confédération européenne des producteurs agricoles), le Néerlandais Jan Maat (récemment élu ce poste), après avoir apprécié les indications géographiques et la partie "lait" ("Malgré quelques lacunes à cet égard dans l'accord, le Canada est le premier grand partenaire commercial à reconnaître le principe de notre système d'IG. (...) Je me réjouis également du fait que les dispositions concernant le secteur laitier soient plus positives que dans les propositions initiales. Les fromages européens disposeront ainsi d'un plus grand accès au marché canadien."), a également mis en garde sur celle concernant les viandes : "Cet accord signé entre le Président de la Commission européenne et le Premier ministre canadien va plus loin que ce qui avait été prévu pour les secteurs de la viande porcine et bovine dans le cycle actuel de négociations de libéralisation du commerce mondial. Nous devons tout mettre en œuvre pour que le marché de la viande ne subisse pas de perturbations."

Concrètement, en pleine crise de l'agroalimentaire breton, ce sont les grandes unités de produits transformés de viande qui pourraient être à terme menacées. Les petits élevages trouveront toujours des débouchés dans les filières courtes, mais pour ceux qui sont plus importants, cela paraît moins évident.

Sortir de la crise du lait, risquer d'en créer une en viande...

Sortir de la crise du lait en risquant d'en créer une sur le secteur des viandes, fallait-il choisir cette voie ? Oui, à condition que les avertissements des producteurs et coopérateurs soient suffisamment entendus pour que l'afflux de viandes soit fait "intelligemment" par rapport aux structures existant en Europe, qu'il convient de ne pas déstabiliser au-delà de la crise que connaît notamment l'agroalimentaire breton en ce moment.

Mais si cette condition ne devait pas être remplie, la question reste franchement posée...

En savoir plus : https://wikiagri.fr/articles/les-enjeux-agricoles-dun-accord-entre-leurope-et-les-etats-unis/631 (notre précédent article sur le sujet, avec une vue plus générale de l'ensemble des accords bilatéraux en cours).

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jeandey Antoine
Thumb_aj

Journaliste professionnel depuis 1987. Collaborations multiples et variées dans la presse agricole. J'ai été rédacteur en chef de JA Mag (mensuel du syndicat...

  • Vous aimerez également
  • Home_france_mercosur_agriculture

    Ce que les craintes sur l'accord du Mercosur révèlent sur la fragilité de notre agriculture

    Il fut un temps, pas si lointain, où l'on pouvait qualifier le secteur agricole français de puissance économique, fleuron de notre balance commercial...

  • Home_mercosur_europe

    Mercosur, ou comment l'autonomie alimentaire de l'Europe est menacée

    L'accord de libre-échange signé entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay) est significatif...

  • Home_le_journaliste_et_le_paysan_-_jean-paul_pelras

    L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole

    Jean-Paul Pelras émet des opinions qui sont aussi iconoclastes que son parcours est singulier. Son analyse de l'évolution de l'agriculture n'est pas...

  • Home__lections_europ_ennes_2019_agriculture

    Européennes 2019, quels sont les élus potentiels qui seront capables de suivre les débats sur la Politique agricole commune ?

    Les listes des différents partis sont désormais connues pour la course aux places de députés européens. Voici l'analyse des candidats e...

  • 10Commentaire
  • #1

    bonjour a tous , pensez vous serieusement que la crise laitiere actuelle trouve sa cause dans un manque de debouchés a l export ? pensez vous qu une augmentation des exportations de produits a haute valeur ajoutée (fromages) puisse se traduire par une augmentation du prix payé aux producteurs ?
    et d ailleurs qu en pensent nos collegues laitiers canadiens ? actuellement ,l europe (surtout fr,bel,all) est en train d exporter du lait uht en briques vers la chine , ce lait est revendu en magasins chinois (de source sure a pékin) entre 1.2 et 2.1e le litre ; quid de la repartition de la marge ,la valeur ajoutée ?
    rappelons que les cours de poudre et beurre au niveau mondial sont quasi au maximum, mais que les laiteries sont plutot en manque de lait pour profiter pleinement des ces debouchés remunerateurs ... rappelons aussi que l on trouve assez facilement des promotions de lait uht faites en gms (sachant qu il est interdit de vendre a perte ,ce lait ne doit pas etre vendu tres cher de la part des transformateurs (parfois cooperatives ) , )

    rappelons que le prix de base des mois de nov,dec 2013 va se situer autour des 330,340e en france ,enfin pour mon cas , peut etre a comparer avec ces memes mois des années 90.....

  • #2

    si on pouvait savoir ce que pensent les responsables du copa-cogeca des propos de michel dantin dans le dernier "l eleveur laitier" ... merci

  • #3

    Bonjour Michel, pourriez-vous repréciser ce propos, que tout le monde suive ? Et moi je poserai la question au Copa-Cogeca.

  • #4

    URL=http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=17276955b828985c754af5595fbd55cf0e9353.jpg][IMG]http://img15.hostingpics.net/pics/17276955b828985c754af5595fbd55cf0e9353.jpg[/IMG][/URL]

  • #5

    http://img15.hostingpics.net/pics/69689855b828985c754af5595fbd55cf0e9353.jpg

  • #6

    OK Michel, une partie de la réponse à votre question peut être trouvée dans les propos tenus par Mansel Raymond, responsable lait du Copa, dans cet article : https://wikiagri.fr/articles/lapres-quotas-laitiers-se-reflechit-aujourdhui/737 . Mais comme il parle davantage d'outils que de contrôles, ça ne m'empêche pas de demander un complément d'information que je publierai ici dès que je l'aurai obtenu.

  • #7

    merci bien de "suivre" le dossier , j ai relu les propos de m raymond,j ai vu intervention publique,stockage privé ,restitutions a l export mais pas vu de regulation de la production en fonction de debouchés remunerateurs pour les producteurs ! pourtant ,ça peut etre qq ch qui coute moins cher aux contribuables ... voyons ce qui se passe actuellement en bretagne ... voyons aussi ce qui se passe dans les filieres davantage gérées par les producteurs :par ex: les poulets de loué,les ptes coops fruitieres du comté ,etc.....

  • #8

    up...

  • #9

    http://www.laterre.ca/elevage/des-dommages-de-450-m-lindustrie-laitiere-du-canad/

    ecoutez bien cette video juqu a la fin ,et je serai curieux d avoir votre avis ...

  • #10

    voila deja l avis d un collegue (que je partage aussi):

    Les "Jean Moulin " des temps modernes

    Que les françaises et français nous pardonnent de nous comparer à cette illustre personnage, les balles ne sifflent pas à nos oreilles et nous ne risquons pas la torture...

    Mais nous sommes en guerre, une autre forme de guerre. Économique, simplement le partage de la richesse du monde, et comme tous les terriens nous le voulons.

    Sauf, une poignée d’hommes, les plus riches veulent être encore plus riches. L’argent maitrise le monde, alors que cela devrait être les hommes.

    Notre pire ennemi ce n’est pas la finance, c’est son bras armé les « politiques ». Nous ne sommes plus en démocratie!

    Ne tombez pas dans le jeu des compensations, vous mettez les balles dans les fusils de la finance qui veut tuer la seule gestion du lait qui marche dans le monde aux yeux de tous : le Canada.

    Nous producteurs de lait européen nous ne sommes pas d’accord de produire pour vos consommateurs, c’est seulement l’industrie qui le veut.

    Les primes de compensations, à l’avenir ils vous diront que cela coute trop cher aux consommateurs. Comme chez nous en Europe elles tourneront en peau de chagrin.

    En fait quand vous analysez bien les choses, c’est la finance qui récupère ces primes de compensations.

    Lactalis, en 2011 c’est accaparé 60% du lait Croate, par comparaison pour lui c’est un veau de plus dans mon étable. Il s’est employé à faire baisser le prix du lait dans ce pays, qui est entré dans l’union Européenne en juillet 2013. Les producteurs de ce pays ont reçu la prime PAC en entrant ce qui leur a compensé la perte du prix du lai.

    En fait Lactalis est venu récupérer les primes que ses lobbyistes, on fait décider à la commission européenne. L’ARGENT ROI...

    Richard Blanc.

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro