Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5388 MembresCréer un compte

Echanges mondiaux de blé, les céréaliers français sont-ils compétitifs ?

Home_big_adobestock_213581462

 

La France joue dans la cour des grands. Selon le Cabinet Agrex Consulting, notre pays est le 4ème pays producteur le plus compétitif au monde derrière la Russie, les Etats-Unis et le Canada.

 

La dimension des exploitations céréalières françaises n’interdit pas notre pays de faire partie du cercle étroit des pays producteurs de blé les plus compétitifs au monde

Selon le Cabinet Agrex Consulting, la France serait le 4ème pays exportateur derrière la Russie, les Etats-Unis et le Canada. Il présentait une étude le 9 novembre dernier au terme du Conseil spécialisé grandes cultures de FranceAgriMer.

La production française de blé est très compétitive car les rendements sont très élevés (80 q/ha). Si bien que rapporté au quintal produit, ses coûts de production sont raisonnables.

Par ailleurs, notre pays est organisé pour exporter des céréales toute l’année et, 97 % du blé produit et vendu est du blé meunier.

La France n’a pas non plus à redouter des conditions de cultures aussi néfastes qu’en Russie et au Canada.

Même si l’Hexagone n’est pas épargné par la sécheresse ou par des précipitations excessives, les pertes de récoltes sont moins importantes que chez nos concurrents.

Le dernier coup de chaleur subi par les farmers canadiens a été catastrophique. Les flambées des cours mondiaux du colza et du blé dur sont en grande partie liées à l’incapacité du Canada d’être, à l’export, un acteur majeur sur ces marchés comme les autres années.

L’Ukraine (45-50 q/ha) pourrait détrôner la France d’ici 20-30 ans car dans ce pays, le potentiel de croissance des rendements de blé est très élevé (+ 40 q/ha).

En Russie, l’extension de la production de blé sera entravée par la fertilité hétérogène des terres conquises en Sibérie et par des conditions de cultures imprévisibles. A l’horizon de 30 ans, les rendements n’excèderaient pas 55-60 q/ha (26q/ha actuellement).

Mais en France, les gains de productivité permis par l’amélioration variétale sont annihilés par l’absence de substances actives efficaces pour lutter contre les maladies et les agresseurs de plus en plus tenaces.

Rapportés à la tonne de blé produite, les soutiens publics versés aux céréaliers français sont parmi les plus faibles aussi bien au sein de l’Union européenne que dans le reste du monde.

Tout d’abord parce que le rendement par hectare est le plus élevé. Aussi, l’aide versée par hectare cultivée est répartie sur une quantité de grains plus importante.

Au sein de l’Union européenne, l’aide rapportée à la tonne la plus élevée est versée en  Roumanie (35€/t). En France, le montant est inférieur  de près de la moitié.

Mais un agriculteur français perçoit aussi 30 € de moins par tonne de blé qu'un farmer aux Etats Unis. Seuls les céréaliers argentins et australiens produisent sans percevoir de soutiens publics.

Quoi qu'il en soit, la compétitivité du blé français se fait au détriment des revenus des producteurs français.

Photo: Port de Rouen (@Brimeux)

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 1
  • 1
  • 0
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_adobestock_188673767_preview

    Les agriculteurs sont-ils les otages de la faible compétitivité de l’industrie agr...

    En 2021, les revenus de la quasi-majorité d’entre eux restaient inférieurs à 2 smic. Selon le 11ème rapport de l’Observatoire des marg...

  • Home_adobestock_287468380_preview

    390 Mt de Soja, 78 Mt de colza : de bonnes récoltes dans le monde à l’écart du con...

    Les prévisions de production de colza et de soja dans le monde, annoncées par le CIC, augurent un retour un l’équilibre des marchés de ces d...

  • Home_adobestock_216161866_preview

    Filière bovine, la hausse des prix de la viande bovine va t-elle durer?

    Ces deux dernières années, les prix ont davantage progressé à l’étranger que dans l’Union européenne et en France en par...

  • Home_adobestock_296754711_preview

    Les agriculteurs évincés du marché foncier ?

    Les achats de terres ont atteint des niveaux inédits en 2021. Mais elles s’opèrent de plus en plus entre personnes morales et sous formes de parts sociale...

  • Home_champ_ukraine

    Campagne 2022-2023 : une production mondiale de céréales déficitaire de 28 Mt

    Hors riz, le CIC annonce une production mondiale 2022-2023 de grains de 2 251 Mt. L’Ukraine resterait potentiellement exportatrice malgré le repli attendu d...

  • Home_adobestock_19192446_preview

    Filières ovines, jusqu’à 19 000 € de manque à gagner/ UMO en 2022

    La hausse des prix des ovins et du lait permet de compenser les coûts intrants si ces derniers reviennent très vite à leur niveau du début de l&rsq...

  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit