Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4259 MembresCréer un compte

Diversifier ses cultures, pourquoi est-ce si difficile ?

Home_big_sorghodiversification

« Diversifier »… Un joli verbe que l’on entend beaucoup ces derniers temps dans le milieu agricole. Pour cet article, il s’agira de se concentrer sur les freins à la diversification des cultures : pourquoi a-t-on du mal à diversifier son assolement ? Un second article proposera des leviers à la diversification, illustrés par des études de cas de diversification bien concrets.

Motivés par des facteurs agronomiques ou économiques, de nombreux exploitants ont mis en pratique la rotation des cultures depuis longtemps, créant ainsi un assolement diversifié. La nouvelle politique agricole commune accélère le processus en imposant la présence de trois cultures sur le parcellaire, la principale ne devant pas dépasser 75 % de la surface totale. Si cette règle n’est pas respectée, l’agriculteur ne pourra pas bénéficier d’une partie des aides directes : les aides « vertes ».

Toutes les exploitations ne sont pas égales face à cette mesure de verdissement. Certaines régions, par la présence d’une filière de production fortement structurée, auront des difficultés évidentes pour mettre en place trois cultures sur leurs exploitations.

Un « verrouillage technologique »

Dans le rapport de l’INRA intitulé « Freins et leviers à la diversification des cultures », l’équipe de Jean-Marc Meynard part du principe que la transition vers un mode de production fondé sur une plus grande diversité de cultures se heurte à une organisation très structurée des systèmes productifs, agricoles et agro-industriels. En fait, plus loin que le simple aspect « agronomique », on comprend que les leviers de la diversification se situent aux niveaux sociotechnique et économique. Pour faire simple, la diversification à l’échelle d’une région agricole ne prendra effet et ne sera durable que par une coordination forte des acteurs de la filière.

12 cultures étudiées

Pour comprendre les freins et leviers à la diversification, l’équipe de l’INRA s’est penchée sur douze cultures : le chanvre, la féverole, les lins fibre et oléagineux, le lupin, la luzerne, la moutarde condiment, le pois protéagineux, le pois chiche, le soja, le sorgho et le tournesol. Marginales, ces cultures pourraient pourtant avoir des débouchés en France.

En s’efforçant de comprendre pourquoi ces espèces se développent peu, les chercheurs (qui ont passé beaucoup de temps sur le terrain, au contact des acteurs des filières – et non uniquement derrière leur ordinateur) ont compris que les « grandes espèces » monopolisaient les ressources économiques et humaines, dans différents domaines.

Progrès génétique et protection des cultures

Le progrès génétique en premier lieu : il est beaucoup moins rapide sur des espèces qui, peu répandues, représentent des marchés trop petits pour rentabiliser des investissements importants pour les sélectionneurs. De ce côté, les pouvoirs publics pourraient aider ces derniers à s’investir sur quelques espèces, réduisant ainsi la prise de risque.

Le même problème se pose au niveau de la protection des cultures : les cultures de diversification représentent un faible intérêt économique pour les firmes agrochimiques. Il n’existe aujourd’hui aucune solution phytosanitaire pour le pois chiche, ce qui freine les agriculteurs du Sud-Ouest qui souhaiteraient tester cette culture aux nombreux atouts, et en pousse d’autres à utiliser des produits non homologués pour cet usage.

Connaissances techniques et marchés

Par ailleurs, alors que les itinéraires techniques des cultures majeures (blé, maïs grain, orge, colza) sont très bien maîtrisés par les agriculteurs et les conseillers, le manque de références techniques donne aux agriculteurs souhaitant tester une « nouvelle » culture l’impression d’avancer parfois à l’aveuglette ; ceux qui se lancent n’ont pas peur de prendre des risques et consacrent souvent une surface d’échelle expérimentale à la culture en question. Malheureusement, l’abandon de la production est fréquent lorsque l’on ne sait pas « pourquoi cette année les rendements étaient si bas ».

Enfin, la plupart des espèces de diversification représentent un débouché dans le secteur industriel ou de l’alimentation animale. Comme la fabrication d’aliments composés demande des  produits standardisés aux caractéristiques définies et homogènes, les industriels s’orientent vers des cultures connues, donc plus sûres, qui, de plus, ont un prix à la tonne souvent plus bas.

Les freins sont nombreux ; pour autant, des initiatives régionales montrent que la diversification est possible.

Peut-être avez-vous vous-même diversifié vos cultures ou connaissez des professionnels qui se sont engagés dans la création d’une filière végétale particulière, avec succès ? Vos commentaires permettront d’enrichir la deuxième partie de cet article, consacrée aux leviers qui permettent de réussir une diversification. A vos claviers !

Ci-dessous, photos de sorgho, et de lin.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Lysiak Opaline
Thumb_1094946_10200820934064611_1413490193_n

Ingénieur agronome, enseignante en agronomie

  • Vous aimerez également
  • Home_cover_blank_wikiagri

    Faut-il encore semer du blé dur en Occitanie ?

    Suite aux conditions de l’année 2018, avec une qualité dégradée, des rendements faibles et des prix mauvais, des questions se posent quant &...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Interculture, les cultures intermédiaires peuvent avoir un effet désherbant

    Contrairement aux idées reçues, les cultures intermédiaires ne sont pas des refuges de mauvaises herbes. Au contraire, si elles sont semées sur un...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Maïs fourrage, les récoltes débuteront avant fin août

    Les récoltes de maïs fourrage pourraient débuter avant fin août, sauf si la météo des semaines à venir s’y oppose. Il est ...

  • Home_cover_blank_wikiagri

    Maïs, des floraisons femelles très précoces en Normandie

    Avec des températures supérieures à la médiane depuis mi-mai, l’arrivée des floraisons s’annonce très précoce en ...

  • 1Commentaire
  • #1

    C'est encore un décret qui nous tombe dessus sans savoir si c'est réalisable partout. Dans mon cas j'ai déjà 4 a 5 cultures suivant les année , mais j'ai surtout la moitié de ma surface en monoculture de mais . Dans la nouvelle pac c'est surtout la diminution des aides par deux qui me pose problème

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • 5 numéro papiers par an
  • Des réductions de nos partenaires
  • Des réductions aux rencontres Wikiagri
  • Du contenu exclusif
5,94€ / mois11,88€ / mois
S'abonner à Wikiagri pro