Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5067 MembresCréer un compte

D'ici 2050, l'agriculture française peut tripler sa production d'énergies renouvelables

Home_big_colza__nergie

La production d’énergie renouvelable est appelée à devenir une filière agricole à part entière. Selon l’Ademe, elle représenterait jusqu’à 29 % de la production totale d’énergie renouvelable française.

15,8 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtép) en 2050, ce serait la production d’énergie renouvelable d’origine agricole estimée par l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) dans une étude intitulée « Agriculture et énergies renouvelables, contributions et opportunités pour les exploitations agricoles », elle a été présentée et commentée le 12 juin 2018 lors d’une conférence organisée communément par l’Apca (Chambres d’agriculture) et l’Ademe.

L’origine de l’énergie produite serait éolienne, solaire ou encore issue de biomasses et géothermique. 

Place aux biocarburants de seconde génération 

L’estimation de 15,8 Mtép repose sur l’évolution tendancielle de la production d’énergie renouvelable observée depuis quelques années par l’Ademe dans le secteur agricole. L’agriculture produirait alors trois fois plus d’énergie qu’elle en consommerait.

A ce jour, le bilan énergétique de l’agriculture est neutre selon l’Ademe. Grâce à la prédominance des biocarburants issus notamment de la trituration des graine de colza, l’énergie renouvelable produite équivaut à 4,5 Mtép, soit autant que la consommation sous forme d’hydrocarbures fossiles et de produits dérivés (engrais azotés par exemple).

Dans son étude, l’Ademe décrit trois scénarios (dénommés bas, médian et haut) d’évolution de la production d’énergie renouvelable par le secteur agricole. Ils sont liés à la croissance de ce secteur au niveau national.

Une production agricole de 15,8 Mtep d’ici 2050 correspondrait à l’objectif du scénario « médian ». L’agriculture produirait alors 23 % de la production totale d’énergie renouvelable en France qui représenterait elle-même 30 % de la consommation totale d’énergie.

Le scénario « haut » porterait la contribution du secteur agricole à 29 % pour une production d’énergie renouvelable de 69,7 Mtép au niveau national en 2050. Alors que le scénario « bas » réduirait à 18% la contribution de l’agriculture à l’essor de la production d’énergie renouvelable qui n’excèderait pas alors 23 Mtép.

Dans tous les cas de figure, l’essor au niveau national des filières de production d’énergies renouvelables repose sur une forte contribution des agriculteurs pour se doter des équipements requis (panneaux solaires sur les toits, pompes à chaleur, éoliennes etc) sans lesquels la France ne pourrait pas atteindre ses engagements pris dans le cadre de la COP 21 en 2015.

D’ici 2050, l’origine éolienne de la production d’énergie et d’électricité supplanterait les autres sources de production (6,4 Mtep sur les 15,8 Mtép). Cet essor suppose la levée des réticences de la population à l’égard de la construction d’éoliennes.

En revanche, le contexte sera très favorable au photovoltaïque car les agriculteurs seront libres pour équiper ou pas les toits de leurs bâtiments de panneaux photovoltaïques.

Sur les 280 000 exploitations qui s’engageraient d’ici 2050 dans la production d’énergie renouvelable, plus des quatre cinquièmes pourraient s’être engagées dans cette voie mais l’électricité produite n’excèderait pas 10 % à la production d’énergie renouvelable d’origine agricole.

15 000 € de revenu par an

Mais surtout le mix énergétique serait considérablement modifié par rapport à sa composition actuelle. La part des biocarburants de première génération régresserait en raison de la pression foncière qu’exerce la culture des plantes dédiées à cette activité sur la production agricole réservée à la consommation humaine. Aussi les biocarburants ne représenteraient plus que 10 % de la production d’énergie renouvelable d’origine agricole à l’horizon de 2050  contre près de la moitié actuellement (2,2 Mtép sur 4,5).

En fait les biocarburants de seconde génération (issus de Miscantus ou de taillis à courte rotation par exemple par exemple) se substitueraient en grande partie à ceux de la première génération, issus de plantes cultivées.

D’ici 2050, l’essor de  biogaz représenterait 25 % » de la production d’énergie renouvelable totale issue de l’agriculture. La méthanisation constituerait une source de revenu sécurisée qui rendrait les exploitations plus résilientes face aux marchés agricoles auprès desquels ils vendent leurs récoltes ou leurs animaux.

Sinon, les agriculteurs pourront compter sur le solaire thermique (chauffage d’un fluide) et la géothermie pour produire sur leur siège d’exploitation de l’énergie renouvelable. 

Ceux qui sont déjà lancés dans cette voie économisent plusieurs milliers d’euros de charges d’électricité ou de gaz et dégagent directement ou indirectement jusqu’à 15 000 € supplémentaires de revenus, selon l’Ademe.
 

En savoir plus : https://www.ademe.fr/agriculture-energies-renouvelables ; https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/agriculture-enr-contributions-opportunites-2018-synthese.pdf ; https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/201806agriculture-enr-contributions-opportunites-2018-rapport_final.pdf.

Réagissez à l'article en un clic

  • 1
  • 3
  • 2
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_brexit_lait

    L'après Brexit sur les marchés du lait et de la viande pour l'Union européenne

    Les vingt-sept pays de l’Union européenne font face au Brexit. La conjoncture mondiale est favorable pour réorienter les échanges commerciaux vers ...

  • Home_dynamique_agricole_banques_populaires

    La dynamique agricole toujours de mise, et récompensée

    La crise sanitaire de la Covid 19 n’a pas empêché les agriculteurs d’exceller dans leurs domaines de compétences. Voici justement les huit lau...

  • Home_commerce_international_agricole_chine

    Chef d'orchestre, la Chine mène les marchés à la baguette

    La demande mondiale de produits agricoles ne tarit pas. L'Empire du milieu a un pouvoir d'influence important sur la plupart des marchés de commodités, ...

  • Home_activite__ce_re_alie_re

    PAC 2023, des milliers de céréaliers évincés par le Plan stratégique national ?

    Plus d’écologie pour gagner moins, c’est ce que redoute une grande majorité de céréaliers s’ils souscrivent à l’arc...

  • Home_ble__et_farine

    Malt d'orges et farine de blé, des commodités lanceuses d'alertes

    Les échanges commerciaux de malt d’orges et de farine de blé sont d’excellents indicateurs économiques et conjoncturels. Même si le fon...

  • Home_mate_riel_agricole_re_colte_pois

    Plan protéines, les agroéquipements subventionnés pour produire plus d'oléoprotéag...

    Par décision le 28 avril dernier, le gouvernement a débloqué une nouvelle enveloppe de 20 millions d'euros pour aider les agriculteurs à acqu&...

  • Home_capture

    Les marchés sous les ordres de la météo

    La météo est souvent au coeur des préoccupations dans le monde agricole. Ce printemps 2021, c'est la météo mondiale qui est scrut&eacut...

  • Home_viande_francaise

    L'élevage français profite de l'évolution de l'alimentation due à la Covid

    Le changement des habitudes alimentaires consécutif à la fermeture des établissements de restauration collective réoriente en France les dé...

  • Home_culture_de_manioc

    Le manioc et l'arachide contribuent à l'équilibre des marchés céréaliers

    309 millions de tonnes de manioc sont produites dans le monde et destinées essentiellement à la consommation locale. La production mondiale d’arachides (4...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit