Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4845 MembresCréer un compte

Coronavirus, paysans toujours prêts à vous servir

Home_big_artichauts_plein_air

Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « essentiel », à savoir « indispensable » ?

Nous, agriculteurs français avons été plus que dénigrés ces dernières semaines, ces derniers mois. Nous étions les pollueurs, les empoisonneurs potentiels même auprès de nos voisins (riverains !). Aujourd'hui, le Covid-19 (ou corona-virus) nous rappelle que sans alimentation, notre population ne pourrait vivre. Plus personne ne rabâche sur les ondes ou dans les lucarnes toujours plus de bio, de sans pesticides, de permaculture, etc. Après cette crise, est-ce que les Françaises et Français garderont en mémoire que se nourrir en qualité et en quantité est « essentiel », à savoir « indispensable » ? Tout comme l'air que nous respirons est essentiel.

Dans notre société française et européenne où on ne manquait de rien, on a demandé aux paysans de faire toujours plus pour l'environnement, le sanitaire, pour le bien-être animal, pour produire légumes et fruits en les protégeant du mieux possible. Tout cela a été fait par les agriculteurs mais n'était pas écouté et encore moins entendu. Pourquoi en cette période d'épidémie sanitaire, autant d'exode de citadins, peut-être contaminés, dans nos campagnes, tout en bravant les interdits ? Ne serait-ce pas les mêmes qui ne veulent plus d'agriculture auprès de chez eux (poulailler plein air, bruits, odeurs, etc.).

Aujourd'hui, les consommateurs veulent se nourrir. D'ailleurs, ils ont oublié le bio, le plein air, le label ! Ils achètent ce qu'ils trouvent, sans se soucier du mode de production !

Mais, par contre, certains sont prêts à braver les interdictions, concernant le confinement. J'aimerais leur dire qu'en tant que producteur de légumes, mon épouse en tant que productrice de plantes fleuries, nous allons tout mettre en œuvre pour servir les citoyennes et citoyens français ainsi que tous les agriculteurs et agricultrices du territoire français.

Nous, paysans, sommes au début de la chaine alimentaire. Nous avons besoin de nos salariés collaborateurs, de saisonniers. Mais, il ne faut pas que cette chaine soit interrompue : nous avons besoin de fournisseurs, transporteurs, distributeurs, etc. et, pour les productions issues des élevages, de laiteries, d'abattoirs, etc. Nous paysans, nous savons combien tous les « besogneux » derrière ces entreprises sont indispensables à la continuité de notre nation et nous les remercions. J'espère que nos concitoyens et nos voisins auront plus de considération pour notre noble métier qui doit s'adapter avec toujours plus de contraintes (moins de produits de protection des plantes, zone de non traitement, etc.) : ne l'oubliez pas, nous sommes des professionnels responsables qui s'appuient sur des connaissances scientifiques et avons à cœur de produire pour toutes et tous, quelle que que soit la demande du marché !

Dernière chose, en cette période de confinement, pour celles et ceux qui ont la chance d'avoir un jardin ou une terrasse, que les autorités leur permettent de jardiner, d'acheter des plants de légumes et de fleurs qui ne pourront qu'apporter un peu de baume au cœur en cette période compliquée pour toutes et tous.

Thierry Merret
Agriculteur dans le Finistère

Réagissez à l'article en un clic

  • 4
  • 0
  • 23
  • 0
  • 2
  • 1
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Merret Thierry
Thumb_img_1618

Né le 27 décembre 1960 à Morlaix.Marié en 1983. 3 enfants ( 29,23,18 ans ). Agriculteur, producteur de légumes de plein champs ( échalotes, artichauts). 30 ...

  • Vous aimerez également
  • Home_vaches_laiti_res_mali__oxfam__sylvaincherkaoui

    Crise laitière, une épreuve commune pour les éleveurs européens et africains

    Stocker le lait pour éviter que les prix s'effondrent en Europe, une bonne idée ? En apparence et de manière immédiate pour nos éleveur...

  • Home_achats_panique_coronavirus

    Coronavirus, les coopératives alimentaires au coeur de l'anticipation des achats panique

    Deux économistes reconnus, Olivier Mével et François Cazals, ont réfléchi aux éventuelles difficultés d'approvisionnement...

  • Home_tournesol_recherche

    Mutagénèse apparentée aux OGM par le Conseil d'Etat, l'opinion de André Heitz

    Le 7 février 2020, le Conseil d'Etat a fait savoir que "certains organismes obtenus par mutagénèse doivent respecter la réglementation OG...

  • Home_cr_puscule_agriculture

    Et si l'agribashing était une chance pour l'agriculture française ?

    L'agroéconomiste Jean-Marie Séronie vient de publier une réflexion intéressante sur l'agribashing sur son blog, que WikiAgri reproduit ci-...

  • Home_v_ronique_le_floch_sg_cr

    Voter le CETA, c'est sacrifier les producteurs européens et canadiens au profit de multinationales

    Le vote pour la ratification par la France du CETA, accord de libre-échange entre l'Europe et le Canada, doit avoir lieu ce 23 juillet à l'Assembl&eacut...

  • Home_herv__coupeau_indre

    Et pendant ce temps, les Chinois achètent nos terres du Berry

    Hervé Coupeau, agriculteur dans l’Indre, s’est exprimé récemment dans l’émission C dans l’air, sur France 5, sur l’a...

  • Home_carte_fermes_usines_greenpeace

    Greenpeace en mode hors-piste

    Greenpeace vient de publier une cartographie des "fermes-usines" sur le territoire national. Cette publication suscite beaucoup d’émoi au sein du monde...

  • Home_usine_frangosul_doux_br_sil

    Pourquoi la fin du volailler Doux est une injustice sociale

    Le volailler français Doux, qui a compté jusqu’à 13 000 salariés en France et dans le monde, a définitivement fermé ses portes...

  • 1Commentaire
  • #1

    Malgré cet engagement sans faille pour nourrir leurs concitoyens, les agriculteurs sont constamment dénigrés par certains français. En plein confinement, l’association Respire et Corinne Lepage, ancienne Ministre de l’environnement, ont déposé un recours auprès du conseil d’Etat afin d’obtenir la fin des épandages agricoles (lisiers et engrais) sous prétexte qu’ils aggraveraient la pandémie. Après avoir été déboutés sur ce recours, l’ancienne Ministre a déclaré vouloir se retourner vers la plus haute juridiction pour dénoncer les épandages de pesticides qui continuent à proximité immédiate des habitations malgré le confinement. Ces français-là méritent-ils l’effort des paysans ?

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit