Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

Comptes de l’agriculture, la ferme France crée 15 % de richesses en moins qu'en 1980

Home_big_ministere_de_l_agriculture_et_de_l_alimentation_07505600_122932839

La valeur ajoutée brute au coût des facteurs augmente de 11,5 % en 2021 par rapport à 2020 et le résultat brut de la branche agricole croît de 16,0 % en 2021. Mais en terme réel, la valeur ajoutée de la ferme France est inférieure à celle de 1980 et ce depuis près de 40 ans. La baisse constante du nombre d’actifs permet une hausse individuelle de la valeur ajoutée produite grâce aux gains de productivité réalisés.

Voici les principaux chiffres des comptes de l’agriculture pour 2021 établis par l’Insee.

Production agricole : 81,16 milliards d’€ (Mds d’€) ; + 8,7 % par rapport à 2020 dont :

  • production végétale 49,4 Mds d’€  (+7,4 %)
  • production animale 26,8 Mds d’ € (+1,2 %)

« L’envolée des prix des céréales (+ 24,9 % après + 12,2 %) résulte d’une forte demande, notamment chinoise, dans un contexte de disponibilités mondiales limitées, analyse la Commission des comptes de l’agriculture. Parallèlement, le volume des récoltes de céréales rebondit en 2021 (+ 17,0 % après – 18,8 %) après une année 2020 difficile, marquée par la sécheresse. Par rapport à la moyenne des cinq dernières années, la récolte céréalière est supérieure en volume de 6,8 % et les rendements se sont améliorés de 6,5 %. De même, les oléagineux enregistrent une hausse importante des prix (+ 41,9 %). Les protéagineux et les betteraves augmentent fortement en volume (respectivement + 20,4 % et + 30,0 %). »

« A l’inverse, ajoute encore la Commission des comptes, le volume de la production de vins et de fruits chute sous l’effet des mauvaises conditions météorologiques (respectivement – 19,4 % et – 11,3 %), cette évolution étant en partie compensée par la progression des prix (respectivement + 7,4 % et + 10,4 %). »

« Enfin, la valeur de la production animale repart à la hausse (+ 1,8 % après – 0,9 %) sous l’effet d’un renchérissement des prix (+ 3,4 %) en partie compensé par une baisse de volume (– 1,6 %). Les prix du bétail, des produits avicoles et du lait expliquent ce rebond, à l’exception du prix des porcins qui recule (– 4,5 % après – 4,8 %) du fait notamment de l’affaiblissement de la demande chinoise ».

Toujours à l’échelle de la ferme France en 2021,

  • Les consommations intermédiaires : 46,8 Mds d’€ (+2,8 %) – les hausses des prix des intrants seront essentiellement répercutés dans les coûts de production de 2022;
  • Valeur ajoutée brute (ou richesse créée) : 35,5 Mds d’€ (+14,2 %) hors subventions ;
  • Valeur ajoutée brute, subventions comprises : 41,6 Mds d’€ (+11,5 %) ;
  • Excédent brut d’exploitation (ou Revenu mixte brut) : 33,6 Mds d’ € (+14,5 %)

Ainsi, Les meilleurs résultats prévisionnels de l’année 2021 compensent en partie les replis observés l’année précédente surtout par rapport à 2018.

Mais surtout, la valeur ajoutée de la ferme France est seulement supérieure de 5 points à son niveau de 2014, lorsque la réforme de la Pac 2014-2020 a été lancée.

Et par rapport à 1980, cette même valeur ajoutée de la ferme France n’a jamais retrouvée en terme réel. Elle est inférieure de 15 points à son niveau de 1980 et ce depuis une vingtaine d’années, les hausses observées certaines années ayant été compensées par les baisses.

Ni la conjoncture économique, ni les réformes successives de la Pac ont contribué à maintenir la valeur ajoutée de la Ferme France et encore moins à l’accroître.

En revanche, les coûts des moyens de production n’ont cessé de progresser indépendamment de la conjoncture des prix agricole. Aussi, la valeur ajoutée créée par la ferme France a en partie échappé aux producteurs.

 

 

 

 

Seule la baisse de la population active agricole a permis une augmentation de l’excédent brut par atif non salarié selon la Commission de l’agriculture, mais cette moyenne masque de très nombreuses disparités entre les secteurs agricoles.

Une étude publiée par le service statistique du ministère de l’agriculture compare le niveau de revenu des agriculteurs aux professions d’indépendants (artisans, restauration etc…).

 « En 2018, les exploitants agricoles dégageaient un revenu brut de 41 550 € en moyenne contre 30 700 € pour les autres indépendants (métiers de bouche, restauration, artisanat industriel etc.) », révèle le ministère de l’Agriculture.

« Cette année-là, le revenu brut moyen d’un dirigeant d’une petite entreprise industrielle était de 33 170 € et celui d’un restaurateur-hôtelier de 29 040 €, soit près de 1,4 fois moins qu’un agriculteur », précise son étude.

En fait, les écarts de revenu brut agricole inter-filières (élevage, viticulture) des agriculteurs sont plus importants que les écarts de revenu brut intersectoriels (hôtellerie, boulangerie, industrie, agriculture etc.) de l’ensemble des indépendants. Mais sans subventions agricoles, le revenu brut moyen des agriculteurs serait 1,5 fois inférieur à la moyenne des autres secteurs d’activités. Il serait même le plus faible d’entre eux.

Valeur ajoutée

Ces chiffres masquent une répartition très différente de la valeur ajoutée créée par les entreprises individuelles. Les exploitants agricoles ont un revenu brut plus élevé malgré un chiffre d’affaires plus faible. Leurs charges salariales (18 % hors prélèvements privés) sont aussi proportionnellement moins élevées (57 % dans les autres secteurs). Alors que les charges d’amortissements et de provisions amputent de 53 % leurs revenus bruts contre 22 % pour les autres indépendants. En fait, l’agriculture est le secteur d’activité le plus intensif en capital. Pour produire 10 000 € de valeur ajoutée agricole annuelle, l’exploitant a besoin de 55 640 € d’actif là où il ne faut que 13 650 € pour un charcutier ou un boulanger.

En conséquence, les exploitations agricoles sont plus endettées (138 020 € de dettes en 2018) que l’ensemble des structures individuelles (moyenne de 97 260 €). Pour autant, les agriculteurs sont de bons gestionnaires avec un taux d’endettement n’excédant pas 47 % du passif contre 56 % de l’ensemble des indépendants.

Photo: ministère de l'agriculture en 2018 lors de la journée du patrimoine (@ ministère de l'agriculture- Clarisse Var)

Réagissez à l'article en un clic

  • 2
  • 2
  • 1
  • 0
  • 3
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • Home_ma_s

    Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

    La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une productio...

  • 300

    Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

    Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur qu...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit