Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5212 MembresCréer un compte

Comment un banquier étudie un projet de financement ?

Home_big_eta_26_semaine_42_bis_couverture

Nicolas Noël, directeur d’agence agriculture à la Banque Populaire Rives de Paris, étudie les financements des projets de production et de vente d’électricité photovoltaïque tel que celui de Paul, céréalier en Haut de France. Ce dernier a l’intention de coupler la construction d’un nouveau bâtiment agricole à la pose de panneaux solaires sur son toit. Le montant du projet s’élève à 165 500 euros.

Produire de l’électricité photovoltaïque ne dégage souvent qu’une très faible rentabilité. Mais coupler la construction d’un bâtiment ou la réfection d’une toiture indispensable à l’exploitation en vendant l’électricité photovoltaïque produite sur son toit, rend le projet plus pertinent. Les compléments de chiffre d’affaires  et de revenu permettront de financer l’investissement qui ne serait sinon qu’un coût pour l’exploitant.

Nicolas Noël, directeur d’agence agriculture à la Banque Populaire Rive de Paris étudiera le financement d’un tel projet en analysant d’abord la situation financière globale de l’exploitation pour déterminer ses capacités d’emprunt et de remboursement de nouveaux prêts.

Tous les projets d’investissement à venir personnels de l’agriculteur et de son exploitation seront aussi passés en revue afin de prévoir les marges de financement nécessaires.

Un coût pour le céréalier

Depuis quelques mois, plusieurs facteurs rendent plus aisée l’analyse des dossiers de financement des projets, qui associent la construction d’un bâtiment à une centrale photovoltaïque.

En effet, le retour d’une conjoncture agricole favorable, avec des prix élevés, permet d’espérer une augmentation des capacités d’investissement et de remboursement des prêts de n’importe quel céréalier.

Et les garanties d’emprunt élargies, apportées par le fonds européen d’investissement, minimiseront les prises de risques des banques lorsqu’elles décident de financer des projets d’ins- tallations photovoltaïques.

Pour autant, un bâtiment reste un coût pour un céréalier alors que pour un éleveur, son financement est supporté par ses activités d’élevage.

Quoi qu’il en soit, la première condition à remplir pour financer un projet photovoltaïque par des prêts bancaires est d’être propriétaire du terrain sur lequel sera construit le bâtiment. Si le projet est porté par une société agricole, celle-ci devra aussi être propriétaire du terrain en son nom.

A contrario, si le terrain constructible est loué, le financement du bâtiment sera plus compliqué. La caution hypothécaire du terrain du propriétaire s’ajoutera alors à l’hypothèque du bâtiment.

En Haut de France, le projet de Paul, céréalier, est un cas d’école. Il n’a pas les moyens de financer sur ses propres fonds le nouveau bâtiment dont il a besoin pour stocker son matériel. Et ses capacités d’emprunt sont limitées. Depuis trois ans, son revenu n’excède pas 1,5 smic par mois.

Aussi, pouvoir coupler la construction de son futur bâtiment avec l’installation de panneaux photovoltaïques sur le toit (133 kWc) est une opportunité qu’il compte saisir.

Dans un premier temps, Paul a soumis son projet à un constructeur de bâtiments et à un installateur de panneaux. Après avoir bâti l’ensemble de son projet, ces entrepreneurs ont transmis à Paul des dossiers à remettre à son banquier.

L’investissement s’élève à 165 500 €. Une fois déduit les 12 500 € d’autofinancement, Paul sait qu’il devra emprunter 153 000 €.

Nicolas Noël va s’appuyer sur le dossier de construction du bâtiment et d’installation des panneaux, transmis par son client, pour étudier comment les prêts sollicités pourront être remboursés.

Un projet adapté à la dimension de l’exploitation

Autrement dit, il tentera de savoir si le produit de la vente d’électricité sera suffisant pour payer chaque année l’échéance de prêt ou pas ?

Si non, l’excédent brut d’exploitation de l’exploitation de Paul servira en partie à régler chaque année une partie des nouvelles échéances de prêt.

Quoi qu’il en soit, le plan de financement reposera sur le devis transmis par l’installateur et sur l’offre de rachat, par EDF, de l’électricité qui sera injectée dans le réseau électrique (durée et prix du kWh vendu).

Deux prêts financeront le projet de Paul. Le premier de 70 000 €, d’une durée de 20 ans, sera affecté à la construction du bâtiment et le second de 83 000 €, d’une durée de 12 ans, aux panneaux.

L’offre de prêt sera associée à la mise en place d’un contrat de cession des créances Dailly : les produits de la vente de l’électricité seront directement versés à la Banque Populaire Rive de Paris. Paul n’aura qu’à régler l’échéance complémentaire des prêts souscrits si le produit de cette vente ne couvre pas la totalité de leurs montants.

« Un bon projet est un projet adapté à la dimension de l’exploitation, affirme Nicolas Noël. Paul aurait pu envisager l’installation d’une grande centrale photovol- taïque sur des bâtiments surdimensionnés par rapport à ses besoins d’entreposage. Mais la nature de son projet serait alors différente. Il ne s’agirait plus seulement de financer la construction d’un bâtiment agricole mais de se lancer tout bonnement dans la production d’énergie solaire ».

 

Dans l’ensemble, les dossiers techniques transmis par les installateurs de panneaux sont des documents fiables sur lesquels les banquiers s’appuient pour étudier les finan- cements des projets soumis.

Leur viabilité repose sur un certain nombre d’élé- ments. Nicolas Noël portera une attention particulière à la notoriété de l’installateur, à ses compétences et, aux projets qu’il a déjà réalisés et financés.

L’installateur doit aussi avoir souscrit une garantie décennale et assurer l’entretien et la maintenance de la future centrale pendant la durée de l’emprunt.

Pour que le projet soit réalisé rapidement, l’installa- teur doit s’engager à accompagner son client dans ses démarches administratives (permis de construire, contrat de raccordement etc.)

Tous ces éléments doivent figurer dans le dossier transmis au banquier.

Si l’agriculteur est livré à lui-même, celui-ci perdra beaucoup de temps pour raccorder sa centrale et la mettre en service. A contrario, l’agriculteur doit pouvoir rester maître de son projet même s’il se fait accompagner!

Auteur: Frédéric Hénin

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Rédaction Wikiagri
Avatar_blank

Equipe de rédacteurs Wikiagri

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_14_semaine_47_couverture

    Accident du travail : droits et devoirs des employeurs et des salariés

    L’activité des entreprises de travaux agricoles est très intense durant les campagnes céréalières. Des accidents surviennent et des e...

  • Home_12-11-2021_bis_couverture

    La silphie alimente les méthaniseurs et les troupeaux

    "C’est en Allemagne que j’ai découvert les vertus de la silphie, rapporte Amédée Perrein, fondateur de la société SILPHIE ...

  • Home_10-11-2021_couverture

    Comment assurer l’installation photovoltaïque d’une toiture ?

    Tout agriculteur qui réfléchit à un projet d’installation de panneaux photovoltaïques doit solliciter son assureur avant de se lancer. Le ...

  • Home_05-11-2021_couverture

    Produire de l’électricité photovoltaïque pour financer la construction d’un nouvea...

    Pendant trente ans, LM Soleil vendra l’électricité produite par les 360 panneaux solaires qu’elle a installés sur le toit du nouveau bâ...

  • Home_02-11-2021_couverture

    Travailler plus pour gagner plus, de nouveau d’actualité

    Janvier 2019, toute heure de travail supplémentaire est payée au salaire horaire brut. Les heures travaillées au-delà de la 35e heure et dans la l...

  • Home_eta_26_semaine_43_bis_couverture

    Photovoltaique, la participation d’Enedis jusqu'a 40%

     Enedis prend en charges 40% du coût des travaux de raccordement au réseau électrique. C’est après avoir défini son projet photov...

  • Home_eta_26_semaine_41_v2_couverture

    La rénovation d’une toiture financée par la production d’électricité

      Florian, céréalier en Haut de France a confié à la société Agriwatt la rénova- tion de la toiture d’un des b...

  • Home_eta_25_couverture

    DIVERSIFICATION RÉUSSIE CHEZ L’ETA AUVERGNATE DIDIER GIRAUD

    Cette épareuse de 10,5 m de portée est, avec sa tête à disques, un équipement recherché par les divers donneurs d’ordre pour l&...

  • Home_eta_10_semaine_34_couverture

    DATES DES CONGÉS PAYÉS : L’EMPLOYEUR A TOUJOURS LE DERNIER MOT

    Chaque salarié peut prétendre jusqu’à cinq semaines de congés payés par an. Il revient à l’employeur de fixer les p&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit