Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
4674 MembresCréer un compte

Participez au sondage wikiagri.fr en 5 petites minutes et anonymat garanti !

A l’approche des 10 ans de wikiagri.fr, votre avis est plus important que jamais. Notre volonté de vous proposer, chaque jour, une information de qualité, qui réponde à vos besoins est au centre de nos préoccupations.
En participant à ce sondage, vous aiderez wikiagri.fr à vous correspondre encore un peu plus.



Nous vous remercions d’avance pour votre participation.
L’équipe Wikiagri.fr

> Je participe au sondage

Comment nourrir ses cochons ?

Home_big_les_porcs_saluent_300

L’aliment porcin fabriqué à la ferme est-il moins compétitif que l’aliment industriel ? Une étude de Nutrinoé, syndicat breton des fabricants d’aliments du bétail, relance le débat.

Voilà une étude qui risque de faire du bruit dans le landerneau porcin où l’aliment fabriqué à la ferme représente en Bretagne 40 % de l’aliment consommé.

Nutrinoé, le syndicat breton des fabricants industriels (17 entreprises, 43 usines, 8 millions de tonnes fabriquées en 2014, dont 3,8 millions pour le porc) vient en effet de rendre public les résultats d’une étude comparative des coûts de cinq régimes alimentaires de FAF (fabrication d’aliments à la ferme) et des aliments complets sortis d’usine. Ils montrent que pour approvisionner les animaux d’un élevage de 300 truies naisseur engraisseur autosuffisant en céréales, « le prix de l’aliment du commerce est compétitif » sur la période étudiée (2009-2013), que « le système alimentaire fabriqué à la ferme le moins risqué est celui à base de maïs humide et de complémentaire (Ndlr : acheté aux industriels) » et que « les systèmes FAF à base de céréales sèches sont peu performants économiquement ».

L'autoconsommation en question

Pour beaucoup, pourtant, l’aliment fabriqué à la ferme constitue un formidable levier de compétitivité, dans la mesure où il s’agit de céréales cultivées par l’éleveur sur ses terres ou achetées à ses voisins. Lorsque l’éleveur maîtrise les principaux paramètres techniques de l’atelier porcin (indice de consommation, nombre de porcelets sevrés par truie et par an, etc.), il peut effectivement réduire ses coûts alimentaires, une fois sa fabrique d’aliment amortie, dit en substance le centre de gestion CerFrance des Côtes-d’Armor, et être tout à fait compétitif.

Pour Nutrinoé cependant, cette approche économique n’est pas forcément la bonne. « Il convient d’intégrer la valeur de marché de la tonne de céréale utilisée pour nourrir les animaux, souligne le président de Nutrinoé, Hervé Vasseur. L’apparente compétitivité de l’aliment fabriqué à la ferme vient souvent de là. » Nutrinoé concède que son étude peut être considérée comme un plaidoyer pour l’aliment industriel et donc contestée. Le syndicat ne veut pas se battre contre la FAF, mais apporter des éléments de réflexion aux éleveurs qui souhaiteraient fabriquer leur aliment.

De ce point de vue, l’étude nourrit le débat.

 

Photo Franck Jourdain.

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Jourdain Franck
Thumb_avatars_h01

  • Vous aimerez également
  • Home_mouton___vache_

    Viande, en France le déconfinement épargne les filières ovine et bovine

    Depuis le déconfinement, les Français continuent à privilégier la viande française de mouton et de bœuf alors que les importations se...

  • Home_prix_du_lait_2020

    Lait en Europe, la crise sanitaire aggrave les écarts de prix entre pays producteurs

    Le marché intérieur de l’Union européenne est certes un marché unique mais les prix payés aux agriculteurs peuvent être forteme...

  • Home_ok__leveur

    Okeleveur.com, le "compagnon de route des éleveurs"

    L’Institut de l’élevage et les chambres d’agriculture ont créé sur internet un moteur de recherche pour les éleveurs. Les sept f...

  • Home_capture_d__cran_phenix

    Les éleveurs peuvent profiter de la valorisation des déchets alimentaires

    Le saviez-vous ? Les éleveurs ont la possibilité de participer à la lutte contre le gaspillage alimentaire tout en profitant de ce que l'on appelle l...

  • Home_porcs__franckjourdain_

    Cochon de Bretagne, les éleveurs prennent en charge leur montée en gamme

    Marque d’éleveurs née en Bretagne il y a vingt ans, Cochon de Bretagne monte en gamme et propose désormais au marché une offre pouvant &ecir...

  • Home_vaches_viande_bovine

    Les producteurs de bovins viande en grande difficulté sont majoritaires dans le Grand Ouest

    Hausse des charges, les exploitations en bovins viande sont plus résistantes dans les bassins allaitants que dans le Grand Ouest. La proportion d’éleveurs...

  • Home_vaches_laiti_res

    Filière laitière, les deux années de sécheresse freinent le redressement des exploitations

    D’après une étude de l’Institut de l’élevage, il ne suffit pas que le prix du lait augmente pour que la situation financière des...

  • Home_cochon_cadenas_demeter

    Face aux intrusions dans les élevages, l'Etat crée Demeter

    Elle s’appelle Demeter pour "cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole". Constituée par le ministère de l’Intérieu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit