Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5072 MembresCréer un compte

Comment intégrer le biocontrôle dans sa stratégie agronomique

Home_big_img856

Marché en plein développement, le biocontrôle apporte aussi des solutions de protection des grandes cultures.

Avec 170 millions d’euros, 200 si on inclut le cuivre, le biocontrôle représente 8 % du marché de la protection des plantes, 9,5 % avec le cuivre. En agriculture comme dans les espaces verts, le recours à ces solutions basées sur l’utilisation de mécanismes naturels poursuit sa croissance à 2 chiffres. « Pour la troisième année consécutive, le marché du biocontrôle augmente d’environ 25 %. Cette croissance soutenue nous incite de revoir nos objectifs à la hausse. Le biocontrôle pourrait représenter 15 % du marché de la protection des plantes d’ici 2022, et non plus 2025, et atteindre le cap des 30 % en 2030 », avance Denis Longevialle, secrétaire général d’IBMA France, l’association qui fédère les entreprises du biocontrôle.

Si les premières solutions sont apparues dans les années 1980, c’est dans le cadre du plan Ecophyto 1, il y a plus de 8 ans, que le biocontrôle a été reconnu par les pouvoirs publics comme l’une des pistes pour protéger les cultures tout en limitant le recours aux molécules de synthèse. Une nouvelle étape pourrait être franchie l’année prochaine avec le lancement d’une stratégie nationale de déploiement du biocontrôle, proposée dans la loi Egalim et articulée autour de quatre leviers : l’accélération de la recherche et de l’innovation, la réglementation à porter jusqu’au niveau européen, l’information et la formation. La consultation publique est attendue prochainement.

A intégrer dans un itinéraire technique revu

Mieux implanté en cultures spécialisées, le biocontrôle commence à percer en grandes cultures. IBMA France reconnait qu’il n’y a pas encore de solutions pour tous les usages. « Insecticides et fongicides concernent près de trois produits de biocontrôle sur quatre. Les solutions herbicides sont bien moins développées. Pour couvrir un maximum d’usages, il faut accélérer la recherche et l’innovation, souligne Denis Longevialle. Un crédit d’impôt recherche majoré pourrait y contribuer. » IBMA France est membre fondateur de l’académie de biocontrôle et de la protection biologique intégrée. Créée en 2013, cette académie forme des formateurs au biocontrôle, pour démultiplier le message technique apporté aux agriculteurs.

S’il a son intérêt pour réduire les IFT, certains reprochent au biocontrôle une efficacité moindre, ou du moins, irrégulière. « Nous en sommes encore au début du déploiement de la plupart des solutions, tempère Denis Longevialle. Avec le biocontrôle, on ne remplace pas un bidon A par un bidon B, c’est bien à une nouvelle stratégie de protection des plantes qu’il faut s’atteler et l’accompagnement pour ce changement de pratiques ne doit pas être négligé. Il y a encore du progrès, des innovations à attendre. » Et d’ajouter : « Il faut bien connaître le mode d’action des produits pour bien les utiliser. Par exemple, quand ils contiennent des organismes vivants, un stockage dans de mauvaises conditions peut leur faire perdre tout ou partie de l’efficacité. »

Mais il faut également intégrer le biocontrôle dans une stratégie de techniques combinées. « Il faut changer de paradigme et plutôt comparer les itinéraires que les produits », conseille Denis Longevialle. Le biocontrôle se raisonne dans un itinéraire technique complet, avec des choix agronomiques complémentaires, en s’appuyant sur des outils d’aides à la décision pour intervenir au bon moment. « Le biocontrôle cherche à atteindre un équilibre des populations d’agresseurs, plutôt qu’une éradication, rappelle Denis Longevialle. Il faut adapter son niveau d’exigence. »

Action Pin adapte le conditionnement de ses fongicides

Utilisé pour lutter contre la septoriose, Heliosoufre est une solution à base de soufre, applicable en agriculture conventionnelle comme biologique. Face aux résistances, notamment aux triazoles, le soufre apporte une alternative efficace. Pour mieux répondre aux attentes de ses utilisateurs, Action Pin le propose désormais en conditionnement de 300 litres. Ce volume, plus adapté aux superficies à traiter, limite le nombre d’emballages à retraiter.

© D.R.
C.J.

 

 

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : redaction wikiagri
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_capture2

    Le cours du porc chinois en forte baisse

    La Chine représente 50 % de la production mondiale de porc. Début 2019, le pays est frappé par la peste porcine africaine, décimant 30 % du chepte...

  • Home_capture3

    Pourquoi le Brésil inquiète-t-il les opérateurs ?

    Depuis plusieurs mois le Brésil est surveillé de près par les analystes et opérateurs du marché. Mais pourquoi une telle attention ...

  • Home_pietin-echaudage-2

    Désherbage et broyage des résidus, éliminez les réservoirs

    Résidus de récolte et adventices servent de réservoirs aux champignons. Il faut donc les éliminer rigoureusement pour ne pas entretenir le piétin échaudage au sein ...

  • Home_image3

    La Chine a débuté ses achats de maïs d’origine américaine nouvelle campagne

    Comme nous pouvons le voir sur le graphique ci-dessus, les achats sont conséquents, pour un démarrage, avec 8.2 Mt en 12 jours. Pour comparatif, l’ann&eac...

  • Home_pietin-echaudage-3

    Lutter contre le piétin échaudage : Retardez les semis

    Avec un semis tardif, la croissance du champignon, responsable du piétin échaudage, aura plus de chance d’être freinée par le froid. Les techniques...

  • Home_pietin-echaudage-2

    Lutter contre le piétin échaudage : Allongez les rotations

    Pour enrayer les attaques de piétin échaudage, il est nécessaire de combiner différents moyens de lutte afin de réduire la quantité ...

  • Home_pietin-echaudage-2

    D'importantes pertes de rendement

    Quand le champignon rencontre des conditions favorables à son développement, le piétin échaudage cause d’importants dégâts au s...

  • Home_capture1

    Les cours de la graine, de l'huile et du tourteau de soja sur des niveaux de prix ...

    Sur ce graphique : en bleu le tourteau de soja, en violet la graine de soja et en vert l’huile de soja. De septembre 2020 à mars 2021, les cours du soja grai...

  • Home_capture_d_e_cran_2021-05-04_a__10.58.10

    Identifier les situations à risques pour prévenir le piétin échaudage

    Quand les dégâts de piétin échaudage sont visibles, il est trop tard pour intervenir. C’est en préventif qu’il faut agir, ce qui...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit