Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

Home_big_ma_s

La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une production mondiale massive de maïs permettrait de détendre les prix des céréales. Or aux Etats-Unis, la céréale est concurrencée par la soja moins coûteux à produire.

La Food Alimentation Organisation (FAO) est relativement optimiste. L’organisation des Nations Unie n’a révisé qu’à la marge ses prévisions de production de blé pour la prochaine campagne 2022-2023 en prenant en compte le retrait contraint de l’Ukraine en guerre contre la Russie. L’institution table sur une production mondiale de  blé de 784 millions de tonnes. Elle progresserait ainsi de 1,1 % sur un an.

Cette nouvelle estimation repose sur une production de blé ukrainienne inférieure à la moyenne quinquennale. Des cultures ont été détruites et des champs sont impraticables.  

« Au moins 20 pour cent de la superficie ensemencée en hiver pourraient ne pas être récoltées en raison de la destruction directe, d'un accès limité ou d'un manque de ressources pour récolter les cultures », écrit la FAO.

La prévision de la FAO prend en compte le bon état des cultures des céréales à la sortie de l’hiver en Russie. L’organisation anticipe ainsi une production russe de blé supérieure à la moyenne quinquennale.

Mais le site sevecon.ru rapporte les difficultés rencontrées par les agriculteurs russes pour semer leurs cultures de printemps.

Il manque un tiers de la quantité nécessaire de semences de maïs hybrides pour emblaver leurs champs. La guerre en Ukraine en a gelé les importations.

Au ministère russe de l’agriculture, on mesure l’urgence de lancer une filière semencière pour rendre le pays plus autonome.

En cette fin de campagne 2021-2022, la paralysie d’une grande partie du trafic maritime dans la Mer Noire et les prix très élevés, voire inabordables du blé, affecteront les échanges commerciaux de la céréale, selon toujours la FAO. 189 Mt de blé seraient exportées d’ici la fin du mois de juin soit  5 Mt de moins qu’escompté par la FAO dans son bulletin conjoncturel le mois passé. Des pays exportateurs ne compenseront qu’en partie le retrait de l’Ukraine de la scène internationale.

Dans l’état actuel des choses, l’équilibre des marchés des céréales tient à un fil. Il n’existe aucune marge pour compenser le moindre accident climatique qui générerait une baisse significative de la production de céréales disponible à l’export.

Même si la guerre en Ukraine cesse rapidement, la remise en état des ports de la Mer Noire nécessitera de longs mois. En attendant, l’équivalent de 7 millions de tonnes de céréales et d’oléoprotéagineux ne sont plus exportées chaque mois

Actuellement, les expéditions ukrainiennes de céréales ne se font actuellement que par voies ferroviaires ou par camions, selon Sergey Feofilov directeur de l’agence de conseil UkrAgroConsult. Elles portent sur des volumes bien plus faibles.

« Le mois passé, seules 800 000 t de grains auraient été chargées vers la Roumanie, la Slovaquie, la Pologne et la Hongrie », affirme le ministre ukrainien de l’Agriculture.

D’ici la prochaine récolte, le prix de la tonne de blé pourrait s’assagir et se stabiliser autour de 300 € la tonne, selon Laurent Berthelier, directeur trading et trituration de Feed Alliance. Le 7 avril dernier, il intervenait à la  Journée des matières premières 2022 organisée par l’Aftaa.

Le soja concurrence le maïs

Mais la planète a besoin de maïs. Aussi, les cours des céréales évolueront avant tout en fonction des quantités de maïs qui seront récoltées au cours des douze prochains dans l’hémisphère sud puis dans l’hémisphère nord.

Pourtant les farmers étasuniens seraient tentés de semer du soja aux dépens du maïs, moins exigeant en azote pour se développer. A la fin du mois de mars, l’USDA, l’institut de statistiques américain estimait qu’entre 35 et 36 millions d’hectares de soja pourraient être plantés ce printemps.

Dans le même temps, le prix attractif du bioéthanol de maïs et l’absence de l’Ukraine à l’export pourraient inciter ces mêmes farmers à revoir leurs choix lorsqu’ils s’apprêteront à semer leurs champs.

Or selon le ministre ukrainien de l’agriculture, Mykola Solskyi, la superficie de maïs cultivée cette année serait réduite d’un tiers comparée à celle de l’an passé. Les soldats russes auraient détruit une partie des semences maïs disponibles et des infrastructures logistiques nécessaires à la production.

Légende photo: champ de maïs et de soja aux Etats-Unis (@Oleksandr)

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 0
  • 3
  • 1
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • 300

    Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

    Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur qu...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • Home_adobestock_87111125_preview

    La réforme de l’assurance MRC faite pour rassurer

    Le nouveau dispositif d’assurance multirisque climatique (MRC) à trois étages établit une couverture universelle contre les risques climatiques acc...

  • 1Commentaire
  • #1

    1er plan retraite de la fonction publique et privée

    E-mail: [email protected] Whatsapp: +33 7 48 56 81 63 Un fond Perso adapté à tous vos projets, couplé à une souscription 100% en ligne ! offre de crédit allant de cinq mille euro à quinze million d'euros Vous souhaitez changer votre situation financière en demandant un crédit rapide et sécurisé? E-mail: [email protected] Whatsapp: +33 7 48 56 81 63

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit