Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
5350 MembresCréer un compte

Smarpthone, tablette, application: "L'appropriation des outils numériques est circonstancielle"

Home_big_adobestock_180658324_preview

Les agriculteurs n’ont pas échappé à l’essor du numérique. Les nouvelles technologies sont avant tout adoptées par nécessité même si elles parviennent parfois à se rendre parfois indispensables. 

 

Tous les agriculteurs sont équipés d’appareils numériques. « Pour autant, il n’y a jamais eu de révolution numérique dans les exploitations, affirme le 26 novembre dernier, Caroline Mazaud, enseignante-chercheur en sociologie d’Agro-campus ouest d’Angers. L’utilisation des outils disponibles se fait par tâtonnement ».

Ce jour-là, l’enseignante présentait les résultats d’une étude réalisée, à partir d’enquêtes effectuées auprès de centaines d’agriculteurs, pour comprendre comment ces derniers s’approprient les appareils numériques qu’ils achètent à titre personnel et pour faire fonctionner leur exploitation. Caroline Mazaud participait alors à la conférence sur le thème « Les innovations au service de l’agriculture - Opportunités et risques émergents » organisée par Groupama et Unilassale. Une des séquences portait alors sur « Les innovations technologiques et agro-écologiques ».

Dans les exploitations, au bureau, certaines tâches courantes sont numérisées (consultations des comptes bancaires, télédéclaration pac). L’éloignement des centres administratifs et la disponibilité 24/24 des services internet poussent les agriculteurs à s’approprier les outils numériques mis à leur disposition pour entreprendre les démarches nécessaires.

Mais de nouveaux besoins surgissent au fil du temps. L’exigence de traçabilité imposée par les cahiers de charges de certaines filières de productions labellisées ou l’essor de l’agriculture de précision conduisent les agriculteurs à se familiariser avec de nouvelles applications numériques.

Pour Nadia Bretagnolle du réseau Trame, « l’appropriation des outils numériques est en fait circonstancielle ». Lors de la première période de confinement en 2020, les réunions des groupements de développement agricole (Ceta, Gda) s’étaient tenues en vidéoconférences car leurs membres tenaient à poursuivre leurs activités. Certains avaient alors doté leur ordinateur de micros et de caméras pour suivre ces réunions. Et les autres déjà équipés, en participant à ces réunions, ont simplement étendu l’usage professionnel de leurs appareils numériques.

« Mais dès que les mesures de confinement ont été levées, les agriculteurs ont désiré se retrouver réunis sur le terrain, en face à face », souligne Nadia Bretagnolle. Aujourd’hui, les formats des réunions sont mixtes. Ils combinent l’échange de données par internet et des rendez-vous en face à face sur le terrain.

D’après Caroline Mazaud, l’appropriation des technologiques numériques n’est pas une question d’âge ou de génération mais de formation. Au sein d’une même classe d’âge, les agriculteurs les plus formés sont les plus équipés.

Mais surtout l’appropriation des technologies numériques repose sur le rapport de chaque agriculteur à l’innovation et sur leur aversion au risque.

Or une innovation ne constitue un progrès que si elle est adoptée et si les risques qu’elle suscite sont maitrisés. Aussi, pour lever ces obstacles et éviter l’émergence d’une fracture numérique entre agriculteurs, une seule méthode s’impose: l’information et surtout la formation.

Parfois, le coût et la rentabilité des outils numériques freinent  leur diffusion. Pour certains agriculteurs, leur essor est une perte de sens et donne une image au métier d’agriculteur qui ne leur correspond pas. Alors que d’autres craignent être victimes d’un mauvais usage des données qu’ils seraient amenés à collecter et à transmettre. Celles-ci pourraient en effet être détournées de leur objet.

@photo "Onephoto"

Réagissez à l'article en un clic

  • 0
  • 1
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
Voir plus d'actualités sur les dossiers suivants
Auteur : Hénin Frédéric
Avatar_blank

  • Vous aimerez également
  • Home_eta_29_semaine_18_bis_couverture

    La méthanisation n’est qu’en bourgeon

    C’est aujourd’hui démontré. La France a la capacité pour « verdir » l’intégralité de ses besoins en gaz &agra...

  • Home_adobestock_377726972_preview

    Prix du lait, les éleveurs français payés 100 €/t de moins que leurs voisins belges

    Produire du lait pour être transformé en beurre et en poudre destinés à l’export paie plus que produire  du lait livré à d...

  • Home_douvres

    Pas de Frexit des produits français exportés au Royaume Uni

    Les produits français répondent toujours aux aspirations des consommateurs britanniques de déguster des produits sains et de qualité. La crise san...

  • Home_1000_f_346394340_2ym23tsvwgslwmtfcftyjre9jaud1qqu

    Marchés des céréales, le conflit entre la Russie et l’Ukraine réactive des tension...

    Le conflit entre la Russie et l’Ukraine catalyse un ensemble de problèmes géopolitiques et climatiques. L’Ukraine produira-t-elle suffisamment d...

  • Home_ma_s

    Campagne mondiale 2022-2023 : un équilibre à trouver entre le blé, le maïs et le soja

    La FAO évalue à 784 MT de blé la production mondiale de blé pour la campagne 2022-2023. Elle progresserait de 1,1 % sur un an. Seule une productio...

  • 300

    Les exploitations laitières sous IG, loin d’être des modèles

    Les éleveurs producteurs de lait dans les zones AOP ou IGP dégagent des revenus plus élevés et affichent un bilan environnemental bien meilleur qu...

  • Home_adobestock_31724161

    Guerre en Ukraine et marchés mondiaux de céréales : le double défi du prix et de ...

    Depuis un mois, les pays importateurs de céréales du bassin de la Mer Noire font face à un double  défi : des sources d’approvisio...

  • Home_adobestock_334779667_preview

    Filières animales, des prix de vente trop faibles pour compenser les prix de l’ali...

    Les filières porcines et avicoles sont dans le rouge. Selon le ministère de l'Agriculture, les prix de vente des porcs et des volailles ne couvrent pas la h...

  • Home_adobestock_276864118_preview

    Ukraine et Russie en guerre: les dizaines millions de tonnes de céréales indisponi...

    La Russie et l’Ukraine produisent 200 millions de tonnes (Mt) de céréales, soit 9 % de la production mondialeLes deux pays exportent environ la moiti&eacu...

  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

Rejoignez la communauté des agri-décideurs

  • Accéder aux articles bloqués
  • Recevez l'actualité agricole
  • Recevez des alertes météo
Créer Un Compte Gratuit