Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3340 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Politique Agricole
  • Avatar_blank

    Quid de l'après quotas laitiers ?

    Ce sujet a été créé il y a 2 ans par Denivelle laure

    3

    Bonjour, je suis BTSA production animale, j'ai un sujet à traiter mais je ne connais pas grand chose, voici ma question:
    que pensez vous de l'après quotas ? Ceci vous semble-t-il bien géré ?
    Merci d'avance pour vos réponses

  • 3Réponses
  • Junior

    | posté il y a 2 ans le 16/02/2015

    L'après quota est un défi pour les producteurs laitiers !
    Le plus : La liberté de produire du lait
    Le moins : s'adapter à un prix fluctuant.
    L'éléveur qui pourra produire du lait avec des charges maitrisées pourra ouvrir les vannes en cas de prix attractif et réduire sa production en cas de marché calme (réformes, baisse des distributions de concentrés...).
    La difficulté de l'exercice réside à essayer d'appliquer les impératifs d'un marché mondiale (forte volatilité) à un cycle biologique d'un troupeau et une lactation de 9 mois !
    Pour les exploitations qui sont justes en terme de structure et avec des coûts de productions assez élevés, il faudra faire des réserves lorsque le marché est porteur et se serrer la ceinture en cas de période moins favorable.
    Une clé pour réussir...que chaque exploitant analyse son coût de production et connaisse les limites de son système.!

  • Denivelle laure

    | posté il y a 2 ans le 16/02/2015

    Merci beaucoup mais une question reste en suspens, le prix peut il bouger autant qu'on le pense?

  • Paysan29

    | posté il y a 2 ans le 26/02/2015

    En 2014, on a vu le prix varier de 400 € cet été chez Sodiaal à 220 € cet hiver (prix B). En 2009, le prix moyen était descendu à 280 € alors qu'en Allemagne, il avait été de 240 €. Les industriels avaient alors imposé un "accrochage" au prix allemand sous forme de "tunnel" à +/- 8 € en moyenne annuelle. Même si le tempérament français lui faisait préférer un lissage, la réactivité des pays voisins au contexte mondial imposera cette réactivité ici. Et ce que l'on voit depuis décembre 2014 nous montre que l'on a même pas une lisibilité à 6 mois sur l'évolution des cours. Il nous reste à obtenir des aménagements réglementaires sur les prélèvements sociaux et fiscaux qui nous aident à passer les crises.

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x