Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3314 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Environnement
  • Thumb_avatars_h01

    Limitation des corbeaux

    Ce sujet a été créé il y a 3 ans par hamoir michel

    4

    Devant les dégâts occasionnés aux cultures et la multiplication des corbeaux Je vous propose pour le printemps prochain de faire un inventaire des corbeautières et au moment ou les couveuses seront dans les nids de les empêcher d'être sur le nid pendant une nuit( soit au tonne fort ou avec un rayon laser) le lendemain les œufs ne seront plus viable les couveuse reprendront leur place sans succès ce serait plus économique que de vouloir effectuer des limitations quand les petits sont sortis du nid
    Cordialement

  • 4Réponses
  • Maxime Boutevin

    | posté il y a 3 ans le 08/10/2013

    Bonjour Michel,

    La question de la multiplication des corbeaux concernent effectivement un nombre important d'agriculteurs, un forum à même été lancé il y a plus d'un an sur Wikiagri, peut-être que votre proposition les intéresserait.

    Voici le lien : http://wikiagri.fr/topics/comment-reduire-les-deg%C3%A2ts-de-corbeaux-efficacement-sur-les-semis-de-printemps/37

    Des solutions y sont proposées (pièges, laser, répulisfs...) mais la vôtre n'a pas été abordée. Et celle-ci pourrait peut-être constituer une alternative plus économique ?

    A bientôt !

  • hamoir michel

    | posté il y a 3 ans le 12/10/2013

    Bonjour
    Le problème des corbeaux est récurent Voici l'analyse que je fais de la situation
    1 Les corbeautières sont généralement situées à proximité des bourgs, dans les villes du fait de l'interdiction de tirer au fusil à moins de 150 mètres des habitations. Dans le périmètre des stations, aires de service des autoroutes pour ne citer que cela Pour déclencher une battue administrative il faut que les dégâts soient constatés.
    2 On a la chance avec ce volatil que les nids soient regroupés ce qui n'est pas le cas pour le pigeon
    3 Dans la période de la nidification Avril Mai la nuit les températures ne sont pas souvent au-dessus de 10° (pour cette année nous n'avons eu que 5 jours en Avril avec +10 à + 13 dans le 86) L'œuf pour ce développer doit avoir une température de 37° si dans une nuit la différence est de 25 à 27°en dessous de sa température normal il ne peut plus être viable toute fois l'œuf n'est pas cassé et le corbeau peut revenir sur le nid pour couver ce qui ne fait pas repondre la femelle comme quand les œufs sont cassés.
    Chaque nid avorté de 4 à 5 petits en moins sans faire de bruit.
    4 Effectivement pour les déloger le soir cela peut se faire avec un laser vert qui ne fonctionne pas de jour , avec un tonne fort en ayant prévenu la population qui d'ailleurs est excédé par le croassement perpétuel.
    Certaines municipalités envisagent même de couper les arbres........
    5 Il serait bon que des l'automne une recherche inventaire soit effectué pour pouvoir suivre à la période propice et effectuer la démarche
    Cordialement

  • hamoir michel

    | posté il y a 3 ans le 24/10/2013

    Bonjour
    La reproduction du corbeau
    Reproduction du corbeau
    Période de nidification : mars à juillet.
    Nombre de couvaisons : une seule couvée.
    Nombre d'œufs : 3 à 6 œufs bleu vert tachetés de gris et de brun.
    Incubation : 16 à 18 jours (femelle).
    Nid : le nid est une structure massive faite de branches, renforcée avec de la terre, tapissée de brindilles et de paille. Le corbeau freux réemploie aussi souvent d'anciens nids.
    Type de nichoir : n'utilise pas les nichoirs.
    Envol : 32 à 33 jours.
    Emancipation : 60 jours.
    Plumage juvénile : 6 à 8 mois.
    Première nidification : 2 ans (quelquefois 1 an)
    Les méthodes de couvaison
    Nous avons vu que l'œuf doit être maintenu à une température assez proche de celle du corps de l'oiseau adulte, mais comme les plumes sont douées de remarquables propriétés isolantes, des plaques incubatrices se développent sur la face ventrale du corps de la plupart des oiseaux couveurs. Ce sont des zones de peau dénudée qui se gonflent à la suite d'un afflux de sang. Les canards, les cormorans et les fous n'ont pas de plaques incubatrices:dans les deux premiers groupes, les femelles arrachent le duvet de leur poitrine pour embourrer le nid où les œufs seront bien au chaud. Le fou couve avec ses pattes palmées. La famille des mégapodes en Océanie a "inventé" une forme unique d'incubation : leurs œufs sont maintenus au chaud en les déposant dans un grand monticule de végétaux en décomposition que les deux oiseaux du couple ont édifié et qui remplace la chaleur parentale. En augmentant ou en diminuant l'épaisseur du monticule, ils règlent soigneusement la température du nid. Durant l'incubation, les œufs doivent être tournés une fois ou deux fois par jour de sorte que la chaleur soit également répartie et pour que les membranes de l'embryon n'adhèrent pas à la coquille. Quelques oiseaux comme la poule le font avec le bec, et d'autres avec leurs pattes. Les embryons sont généralement capables de résister à des légers refroidissements, et quand le couveur s'absente pour manger, ils n'en souffrent pas outre mesure. Mais ils sont très sensibles aux températures extrêmes, de sorte que dans certains certaines situations les œufs doivent être protégés contre le soleil. Si le temps est chaud, les canards par exemple déposent des plumes duveteuses sur leurs œufs quand ils quittent leurs nids souvent exposés. Certains limicoles comme les gravelots humidifient leur bas ventre pour refroidir leurs œufs. Les embryons sont moins sensibles au froid qu'à la chaleur, en particulier avant que l'incubation n'ait commencé. Les œufs se refroidissent quand l'incubation est interrompue, mais ce n'est pas habituellement létal, et peu d'oiseaux incubent sans interruption. Les périodes de couvaison sont réglées en fonction des changements de température : ainsi, on a noté que la femelle de Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) couvait en moyenne pendant 14 minutes avant une interruption quand température était de 15 degrés, mais seulement 7 minutes 30 quand il faisait 30 degrés. La répartition des rôles Généralement, les deux sexes se partagent les soins de l'incubation, mais c'est la femelle qui se charge de la majeure partie de cette charge. Chez le Pluvier guignard (Charadrius morinellus), le mâle s'occupe à lui seul de l'incubation. Chez les grèbes, mâle et femelle se répartissent également le travail, et chacun dispose donc de temps libre pour chercher de la nourriture. Quand la femelle est seule à couver, le mâle lui apporte de la nourriture et la défend : c'est le cas des rapaces. Parfois, le mâle ne s'occupe ni de l'incubation ne de l'alimentation de son conjoint, et cela se produit surtout chez les espèces monogames comme le Combattant varié (Phylomachus pugnax). Chez ces derniers, il existe une différence de coloration entre le mâle et le femelle : cette dernière a une livrée modeste qui la rend moins visible, mais la nécessité d'un camouflage est moins grande chez le mâle. Quand l'incubation est assurée par un seul des deux conjoints, l'oiseau passe de 60 à 80% de la journée sur les œufs, mais chez le Corneille noire (Corvus corone) ce pourcentage atteint 95%.

  • AviTrac AVT

    | posté il y a 10 mois le 29/05/2016

    Bonjour,
    Nous proposons des solutions d'effarouchement très efficaces sur les corvidés (alternative au classique canon gaz). Plus d'info sur https://www.agriprotech.fr/
    Voici le lien vers des vidéos de démonstration: https://www.youtube.com/channel/UCHUi8Uj6-yCNaoiitoKL3Ow

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x