Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3596 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Agronomie
  • Thumb_img_1310

    La nouvelle agronomie. Comment la définissez-vous ? Quelles sont les bonnes idées à prendre ? Un couvert végétal vous heurte-t-il visuellement ? L'agriculture de précision va-t-elle dans cette voie ?

    Ce sujet a été créé il y a 5 ans par Maxime Boutevin

    17

    Le thème du n°4 de WikiAgri Magazine sera la nouvelle agronomie. Comme nous en avons pris l'habitude désormais, nous recueillons vos témoignages dans un forum (celui-ci donc) pour la parution d'un article au sein du magazine (sans citer de noms). Concernant cette nouvelle agronomie, nous voulons savoir quelles sont les difficultés que vous rencontrez pour faire évoluer vos habitudes de cultures vers ce que l'on appelle désormais l'"écologiquement intensif". Nous voulons aussi connaître vos "recettes", comment chacun d'entre vous s'approprie sur son terrain les préceptes de cette nouvelle agronomie. Il s'agit d'un échange le plus large possible, n'hésitez pas à être précis dans vos réponses, à penser à ceux qui ne sont pas dans le même contexte que vous, ou qui n'ont pas encore abordé le problème sous l'angle de la nouvelle agronomie, et qui auraient du mal à comprendre une explication trop rapide. Merci à toutes et tous pour vos contributions.

  • 17Réponses
  • AgroWebgardener

    | posté il y a 5 ans le 25/06/2012

    Des ressources à explorer sur le site de l'Association française d'agronomie
    http://www.agronomie.asso.fr/
    cordialement

  • Maxime Boutevin

    | posté il y a 5 ans le 26/06/2012

    Bonjour et merci pour l'information !

    Nous avions déjà pensé à ce site pour la rédaction de nos futurs articles cependant dans ce forum nous cherchons avant tout à collecter des témoignages pratiques, des réalisations sur le terrain, des avis... Mais nul doute que ce site intéressera aussi nos internautes !

  • tgv36

    | posté il y a 5 ans le 02/07/2012

    Bonjour
    La nouvelle agronomie, c'est prendre des idées du bio en produisant autant, les couverts sont une piste, le semi direct une autre...
    L'agriculture de precision c'est comme les outils aides a la decission, ça coute cher et peu rentable.

  • phytosol

    | posté il y a 5 ans le 02/07/2012

    La "nouvelle agronomie" comme vous en parlez est loin d'être nouvelle et loin d'être de l'agronomie au sens de "lois" agricoles.

    C'est sans aucun doute un retour à une approche plus globale qui comprend les plantes mais aussi le respect des sols, de l'usage des éffluents etc...Plus de technique parfois avec moins de "facilités" d'usage mais avec le sentiment de se réapproprier son métier au final.

    Pendant de nombreuses années, les agriculteurs ont "délégué" leur savoir à des techniciens, qui au départ transmettaient leur connaissances et qui , petit à petit, sont devenus des commerciaux.

    Aujourd'hui, une catégorie d'agriculteurs souhaitent redevenir autonome techniquement et mettrent en place des méthodes plus respectueuses de l'environnement et surtout plus économes en intrants et mécanisation.

    Le choix des engrais (formes, efficience, date d'apport), les méthodes culturales (Rotation,non retournement du sol, déchaumages de qualité, couverture des sols,choix des mélanges de couverts végétaux), la réduction des quantités de produits phytosanitaires (Conditions d'application, techniques de pulvérisation, association de molécules,réduction du volume d'eau etc...) sont autant d'éléments à prendre en compte pour la mise en place dans le succès et la durée de cette agriculture intensive mais plus éco-logique !

    Le plus important est de ne pas être fermé et de ne pas créer de nouvelles chapelles qui opposeraient les techniques les unes contre les autres.

    Seules les preuves de réussites peuvent permettre de juger d'une techniques et chaque agriculteurs à des contraintes qui lui sont propre.

    Chacun à son rythme a aujourd'hui les moyens d'avancer et de modifier profondément ses pratiques afin d'améliorer son empreinte sur la planète et d'améliorer ses niveaux de productivité.

    Une partie de recherche et développement doit avoir lieu sur sa propre exploitation pour mettre en place chez soi de nouveaux schémas de production, les instituts techniques étant relativement en retard sur ces sujets.
    Ils recherchent plutôt de l'information tout azimut chez les agriculteurs "pionniers" qui se sont, bien souvent, débrouillés seuls pour avancer...

    Echanger, être accompagné et partager ses expériences sont autant d'éléments pour réussir et surtout comprendre "pourquoi".

    Ce qui reste à mon avis , beaucoup plus important que "comment", car les moyens existent aujourd'hui mais c'est bien les utiliser qui fait cette réussite !

  • jackber

    | posté il y a 5 ans le 02/07/2012

    Pour moi dire "nouvelle agronomie" n'est pas juste. Il faudrait dire reprendre les fondamentaux de l'agronomie qu'on aurait jamais dû perdre. L'agronomie qui devrait être dans la tête de toute personne qui gère un sol, c'est celle qui permet à l'activité biologique d'assurer sa fonction fondamentale de recyclage des résidus de culture et autres effluents, couverts ect pour assurer l'alimentation suffisante d'une plante cultivée. Le sol est une centrale solaire si on veut, qui doit transformer l'énergie solaire en biomasse avec du CO2 et rendre des services écologiques entre autres (épuration, biodiversité...).
    Si on parle d'une nouvelle agronomie, c'est bien parce que l'on est allés trop loin dans la facilité, car ce n'est pas simple de faire confiance aux fondamentaux de l'agronomie. Ca ne se décrète pas car il faut toujours agir correctement. Ce qui est par contre nouveau aujourd'hui c'est qu'on connait et avons à notre disposition tous les outils nécessaires (connaissance, matériel de semis, génétique, chimie(et oui)...) pour faire de la "bonne" agronomie et du rendement. Il faudra quand même s'attaquer à ce véritable tabou Français qui ne permet pas de parler franchement du problème du travail du sol. Il est très rare de voir des publications même scientifiques qui parlent de ce problème correctement. Il n'y a que les gens en Agriculture de Conservation qui osent mettre ce problème sur la table.
    Une bonne (nouvelle?)agronomie va se préoccuper de nourrir son activité biologique par de la biomasse morte, se préoccuper d'apporter le maximum de biodiversité au champ et autour, protéger l'habitat de ces communautés biologiques qui vont faire le travail du paysan avec les règles qui sont les siennes et gratuitement.
    Il nous manque pas mal de connaissances sur les associations de plantes cultivées ou de couverts, l'allélopathie pour faire court. Il nous faudrait évaluer l'impact réel des produits sur l'activité biologique que l'on utilise encore car certains ne sont peut être pas si nocifs que ça et pourtant utiles parfois. L'inverse est vrai.
    Nous aurions besoin d'une recherche génétique sur les cultivars qui soit mieux adaptée aux nouveaux paradigmes que l'on met en place (des plantes plus ligneuses quand elles ne sont pas fourragères). La lignine étant le carburant du sol.
    Je pense surtout qu'il faut insister sur la formation pour réapprendre les fondamentaux de l'agronomie après plusieurs décennies d'endormissement.
    On changerait vraiment de de pardigme si les agriculteurs prennaient conscience de la responsabilité qu'ils ont à gérer leur sol. A+

  • gytdm

    | posté il y a 5 ans le 02/07/2012

    La nouvelle star, la nouvelle cuisine, maintenant la nouvelle agronomie....non. IL y a l'agronomie, malheureusement elle est absente du monde agricole, que ce soit dans les lycées, les exploitations,et surtout chez les conseillés. Car l'agronomie ne ce vend pas en sacs, ni en bidons, bien que dans certains cas...
    L'agronomie a été remplacée par les chevaux diesel, les engrais, les pesticides..... Le bon sens c'est de l'agronomie, seulement si je n'avait pas eu la chance de rencontrer voici 25 ans Monsieur Bernard DEMAINE, je n'aurais pas eu la chance de découvrir plus tard des gens comme HERODY, ou Frédéric THOMAS. C'est personnes ainsi que beaucoup d'autre m'ont rendu curieux, quelque soit la raison pour laquelle je les ai rencontré, ils m'ont expliqué d'autre chose, le respect du sol, du vivant si petit soit il, le choix des variétés, de l'assolement, la couverture du sol,etc,etc.
    Après ce n'est plus que des rencontres, de l'écoute, de la curiosité.
    Nos comportement peuvent faire peur à certains, mais si ces personnes, veulent bien écouter,sans aprioris, beaucoup d'entre nous sommes prêt à échanger. Quand on me pose une question, je suis obligé de justifier mes pratiques, dés lors commence la remise en cause ou non.
    Maintenant donner des recettes serait trop long et compliqué, mais déjà du bon sens, des tracteurs adaptés aux matériel derrière et à la taille de l'exploitation. une vitesse de travail raisonnable, une dose de phyto convenable, une tolérance de quelques herbes..... Voila pour commencer, après le reste viens très vite si l'on veux ce donner la peine.

  • tgv36

    | posté il y a 5 ans le 04/07/2012

    J'ai rencontré Monsieur bourguignon microbiologiste, qui donne des conseils dans différents pays pour dévellopper l'agriculture en indes, au brésil... Si on veut savoir comment fonctionne un sol, il faut aller dans la foret et creuser un trou et observer.

  • DumDum

    | posté il y a 5 ans le 05/07/2012

    la nouvelle agronomie, moi je la situe par la remise en question du labour. ne plus considérer le sol comme un support, mais un acteur a par entière de la production de biomasse.
    Bon, et puis après !!!
    commence LE "c'est pas comme avant" il faut tous réinventer. le désherbage, la répartition des résidus de récolte, le travail du sol.......de nouveau outils ??. en fait, l'agriculture évolue en permanence et je vois peu de phénomène de mode, les paysans s'adaptent, c'est tout !!
    nous devons réduire l’énergie consommé dans nos productions (fioul, engrais), tcs et couvert sont évidement sur notre chemin de progrès, mieux réagir au condition annuelle du climat de plus en plus changeant, les OAD et l agriculture de précision sont à mettre en place.
    Michel Griffon parle d'une enquête américaine montrant que les nouvelles des techniques provient à 90% des fermes, de l'esprit des agriculteurs, donc échangeons pour progresser !!
    mais je crois qu'il nous faudra bien des libertés (aides, réglementation plus souple, technologie semence, phyto...) pour tester des méthodes alternatives et non pas imposés par une idéologie ou une politique.
    je crois a notre agriculture Durable, c'est a dire notre agriculture de demain, à la condition de communiquer sur elle, auprès du grand public et de nos politiques

  • HEYRAUD Francois

    | posté il y a 5 ans le 05/07/2012

    Je ne sais pas vraiement ce que c'est que la nouvelle agronomie.
    Ce que nous constatons dans ma région ,c'est que les rendements plafonnent alors qu'ailleur ils continuent de progresser.
    Dans ma coop, nous avons décidé d'embaucher un agro pour faire avancer le shmilblic. Mette en place des essais avec des protocoles adaptés aux nouvelles exigeances (réduction des intrants, cultures de CIPAN, fractionnement des désherbages et des apport d'N, .....).
    Je crois que les agriculteurs ont un peu perdu les notions de base de l'agronomie et qu'il faut remettre le metier sur l'ouvrage.

    Nous devrons aussi nous préoccuper de l'avenir plus lointain (mais pas tellement) de la problematique de pénurie des engrais P et K. Ces deux éléments sont aujourd'hui extrait des mines. Un jour l'extraction se terminnera alors ....... ?

    Il y a bien sûr plein d'autres sujets à travailler.

  • tgv36

    | posté il y a 5 ans le 07/07/2012

    Aujourd'hui produire plus est-ce plus rentable que produire mieux ?
    Je pense que l'on travail mieux au détriment du plus.
    L'agronomie, le travail du sol et mieux utiliser les pesticides ont fait que pour la rentabilité du système on a travaillé avec des rendement moyens pour voir jusqu'ou le système décroche et pourquoi produire plus quand on augmente le revenu en produisant mieux et souvent moins ou autrement.

  • Maxime Boutevin

    | posté il y a 5 ans le 11/07/2012

    Bonjour à tous ! Merci pour toutes ces réponses !

    Vous semblez tous d'accord pour dire que la nouvelle agronomie n'est pas si nouvelle que ça. Elle passe par un retour aux fondamentaux, une approche plus environnementale, ou comme le disent DumDum et gytdm "ne plus considérer le sol comme un support mais comme un acteur de la production de biomasse à part entière", "avoir du bon sens". Cette prise de conscience, cette "approche plus globale" passe en grande partie par les agriculteurs et ce qu'ils constatent sur le terrain.

    Vous semblez aussi d'accord sur le fait qu'il existe un manque de communication et de connaissances approfondies sur le sujet, aussi bien entre les acteurs professionnels qu'auprès du grand public. Jackber parle même de "tabou français". La technique n'est pas absente non plus de vos réponses, trop présente pour certains et devant être repensée, "réinventée" pour d'autres.

    Pourriez vous me donner quelques éclaircissements ?

    TGV36, quand vous parlez des idées du bio, quelles sont-elles, pourquoi est ce trop cher et peu rentable ?

    Jackber et Phytosol, quand vous parlez "d'aller trop loin dans la facilité" et de "facilités d'usages" que voulez vous dire ?

    Gytdm, pourquoi dites vous que l'agronomie est absente du monde agricole ? Comment la rendre plus présente ?

    François Heyraud, quels seraient les autres sujets à travailler ?

    Et enfin, comment palier au manque de connaissances et de communication sur cette "nouvelle" agronomie ? Comment faire travailler tous les acteurs ensemble, dans un même et unique but ?

  • gytdm

    | posté il y a 5 ans le 15/07/2012

    pourquoi dites vous que l'agronomie est absente du monde agricole ?
    -Comment résister à une proposition commerciale d'un tracteur de 200cv, pour seulement 5000€ de plus que 150cv.Moins de temps dans les champs,travail plus rapide, moins de fatigue, et cela va rendre le voisin "jaloux".OUI mais,c'est 1200kg de" férail" en plus donc plus de risque de compactions, augmentation de la vitesse, du patinage, etc etc...
    -Les amendements organique,qui se soucis de leur intérêt agronomique en fonction du sol sur lequel ils seront épandu.
    -Les variétés de céréales sont bien conseillé celons un critère de rendements,qualité commercial, un peu résistance aux maladies, mais pas sur un type de sol au sens agronomique.
    Je pense donc que seul les agriculteurs peuvent reprendre cette direction plus respectueuse de l'agronomie.Car comme je l'ai déjà souligné, l'agronomie ne ce commercialise pas. Nos institues, conseillés, constructeur de matériel, et autres ne feront de l'agronomie que quand les agriculteurs leurs demanderont. Et quand un produit ou un matériel ne sera pas convenable, il ne se vendra pas.
    A ce moment les choses changerons. Et elles changent déjà, car quand un commercial sais qu'il ne peut pas vous vendre le déchaumeur, ou l'amendement qu'il a choisie, mais celui que vous jugez le mieux dans votre cas, cela se passe très bien pour tous le monde.

  • Maxime Boutevin

    | posté il y a 5 ans le 26/07/2012

    Merci gytdm pour cette réponse plus précise.

    Cependant plusieurs questions restent en suspens, le manque de communication et de connaissances, d'où vient-il ? Comment faire pour que les agriculteurs puissent échanger plus facilement sur leurs découvertes, comment "le bon sens" peut-il revenir au coeur de l'agriculture ? Comment être bien conseillé ?

    La nouvelle agronomie passe-t-elle obligatoirement par la technologie, les innovations ou la technique peut-elle passer au second plan ?

    Nous aimerions en savoir encore plus ! N'hésitez pas à répondre à ce sujet.

  • tgv36

    | posté il y a 4 ans le 12/12/2012

    L'agriculture de precision est chere et peu rentable car l'equipement pour controler les doses par GPS coute tres chere et d'une année a l'autre les zones productives changent en fonction du climat, trop sec , trop humide et en terre superficielle c'est le mois de juin qui fait le rendement.
    Le desherbage mecanique peut aider la chimie et moins en consommer.

  • tgv36

    | posté il y a 4 ans le 12/12/2012

    Le probleme c'est que les conseillés agricole sont des chambres d'agricultures sous controle des politiques et les coops ils doivent vendent des produits et nous au milieu de tout ça on doit faire une synthese. le seul moyen d'etre bien informé c'est de se payer un technicien a plein temp qui fait des expérimentations pour valider les infos que l'on nous donne.
    Trouver des solutions sans contrainte politique au meilleur prix en respectant la legislation.
    J'ai peur qu'avec les nouveau docteurs de l'agriculture avec leur ordonnance n'arangent pas les choses car ils vont ouvrir le parapluie en préconisant les doses maxis et adieu agronomie, vive la chimie.
    trés peut de médecin vous soignent par les plantes ou le bon sens, plus de médicaments et un renouvellement d'ordonnance tous les mois.

  • Flavien R

    | posté il y a 4 ans le 12/12/2012

    @ tgv36 : L'agriculture de precision c'est comme les outils aides a la decission, ça coute cher et peu rentable. --> Jetez un oeil ici http://www.youtube.com/watch?v=xVo9GAS5TqE&list=PL04E5B0BC87BC3940&index=2 et réfléchissez au coûts indirects (dépollution des sols, des eaux, et soin des citoyens consommateurs)

  • Flavien R

    | posté il y a 4 ans le 12/12/2012

    @phytosol :"Le plus important est de ne pas être fermé et de ne pas créer de nouvelles chapelles qui opposeraient les techniques les unes contre les autres." --> Vous êtes dans le vrai !!

    @jackber : "Je pense surtout qu'il faut insister sur la formation pour réapprendre les fondamentaux de l'agronomie après plusieurs décennies d'endormissement." --> Cela fait 20 ans que les institutions de formations des professeurs s'y acharnent. Sauf que face à des élèves (en majorité) obtus, conditionnés par leurs ancêtres, par le syndicat BIIIIP, les commerciaux (pas fervents technicos) : les profs abandonnent.

    Un exmeple de pinailleur de l'extrême mais qui gagne énormément dans ce qu'il fait : http://www.lebulletin.com/wp-content/uploads/2012/09/LBDA09_010-0151.pdf Franchement, j'admire ce monsieur qui a compris l'importance du respect de son sol dans une logique qui reste quand même productiviste.

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x