Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3517 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Commercialisation
  • Thumb_img_1868

    Commercialisation 2013, où en êtes-vous ?

    Ce sujet a été créé il y a 4 ans par Desmet Hugues

    26

    Sur le marché à terme d’Euronext en blé, entre un plus haut proche des 250 €/T en novembre dernier et un retour sur les plus bas ces derniers jours en dessous de 210 €/T, la volatilité est donc toujours de mise.

    Certains auront peut-être déjà engagé des ventes, d’autres se demandent s’il est judicieux de commencer à sécuriser. Partageons nos expériences et stratégies de commercialisation sur la récolte 2013 pour apporter des pistes de réflexions sur le comportement à adopter face à ces variations toujours aussi impressionnantes…

  • 26Réponses
  • amponne

    | posté il y a 4 ans le 15/05/2013

    en blé 15% engagé en prix de campagne avec contrat qualité

  • amponne

    | posté il y a 4 ans le 15/05/2013

    en blé toujours 15 % en prix ferme 230 livraison moisson avec call 250

    en colza rien de fait a ce jour

  • gytdm

    | posté il y a 4 ans le 16/05/2013

    blé 30% prix ferme 227€/t enlèvement dés septembre
    orge prt 100% (voir plus) 222€/t enlèvement idem
    moins 5 € livraison moisson
    maïs vente 50% sur le matif novembre 2013 190€/t

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 4 ans le 17/05/2013

    Bonsoir,

    Il est vrai que les cours ont en effet permis de fixer des bons prix ces derniers mois. L'engagement doit rester toutefois être raisonnable avant les récoltes, le risque qualitatif pouvant survenir.

    Mais aujourd'hui, certains auront remarqué que les prix reviennent sur la campagne 2013, notamment en blé sur le plus bas niveau historique. En effet, l'échéance novembre 2013 termine cette semaine sur le niveau des 206 €/T.

    Dans une tendance des cours qui reste toutefois clairement à la baisse, les cours reviennent sur une zone charnière, très importante d'un point de vu graphique.

    Plusieurs questions peuvent donc se poser :

    1 / Faut - il commencer à sécuriser ses ventes ?

    2 / Faut - il accentuer ses ventes ? Physique ou Marché à terme ?

    3 / Les prix sont - il encore satisfaisants par rapport au charges ? Quel est mon point mort ou point 0 ?

    Au plaisir de vous lire...

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 4 ans le 29/05/2013

    Les prix du blé ont déjà perdu 50 €/T sur la campagne 2013 par rapport au plus haut.

    La baisse des prix, de la volatilité et de la valeur temps rendent moins onéreux l'acquisition d'un produit financier tel que le CALL, permettant de profiter d'une reprise éventuel des cours sur l'échéance Novembre 2013 contre le versement d’une prime d’environ 10 €/T pour un Strike à la monnaie (autour des 206). Le coût est encore plus réduit pour un Strike en dehors de la monnaie.

    (*)

    Il semble en effet judicieux pour les agriculteurs déjà engagés dans leurs ventes de se poser la question de cette opportunité.

    Reste à bien suivre le marché et à déclencher le produit financier le moment opportun.

    (*) Qu’en pensez-vous ?

    En savoir plus ici : http://www.liffe.com/data/pcod130528.pdf

  • cerealier80

    | posté il y a 4 ans le 31/05/2013

    rien de vendu. Je reste optimiste, et l'histoire recente m'a appris que souvent le cours du jour où je bat, le 10 aôut, est la moyenne légèrement supérieur de l'année... Jouons encore!

  • DumDum

    | posté il y a 4 ans le 25/06/2013

    quand on ne maîtrise ni la qualité et ni les quantités, et cette année même assolement !!, je ne suis pas encore prés, et le serai je un jour ? pour vendre avant la récolte !! le stockage à la ferme reste encore, pour moi, le meilleur méthode de commercialisation, sur les dernieres années !, je trouve que l'on suis trop les cours sur les bourses, moi je suis le physique, lié à la qualité de mes productions.

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 4 ans le 04/07/2013

    Bonjour,

    Il est vrai que l'an passée la baisse franche des PS ( Poids spécifiques ) en raison de précipitations conséquentes sur le mois de juillet, n'a pas permis d'avoir une qualité au rendez-vous l’an passée. Les agriculteurs restent donc frileux cette année pour engager des volumes conséquents avant récoltes. C’est certainement le bon sens paysan…

    Mais il convient de dissocier le risque physique d’un risque de prix

    Risque physique

    Pour répondre @DumDum, l’agriculteur s’attache pleinement à son ‘grain physique’ c’est sûr. Vous avez totalement raison, l’objectif étant physiquement, d’identifier pleinement le potentiel quantitatif et qualitatif des parcelles, et ce surtout quand l’on stocke la marchandise.

    Risque de prix

    Mais depuis plusieurs années maintenant, le marché de référence en terme de prix des grains est le marché à terme d’Euronext. Pourquoi ? Car il donne une visibilité aux opérateurs sur les prix des principales matières premières agricoles et par substitution à beaucoup d’autres.

    La finance rentre dans le monde agricole, mais ne doit pas faire peur. En effet, le contrat financier blé sur Euronext n’est pas forcément si déconnecter d’une réalité physique. En effet ce contrat financier correspond à une cotation pour un contrat de blé ‘ Rendu Rouen’.

    Ceci veut dire qu’il y a bien un lien fort entre le contrat financier en blé sur le marché à terme et la place ‘physique de référence ‘ concernant l’exportation de blé en France : Le port de Rouen

    Aujourd’hui le blé vaut : 195 €/T sur l’échéance Novembre 2013. Et cette référence sert de base pour le calcul du prix délivré à l’agriculteur dans une grande partie nord de la France :

    Réflexion :

    Avec des cours de plus en plus volatils, est – il judicieux de profiter d’une visibilité sur les cours avant récolte (Rappel : 250 €/T sur l’échéance Novembre 2013 sur le marché à terme en Octobre dernier) pour fixer dans la limite du raisonnable des ventes, même si des moins-values de quelques euros peuvent prendre place pour des raisons qualitatives une fois la récolte sous le hangar ?

    Et plus largement, cette réflexion intervient pour sécuriser, selon les opportunités de marché, le plus tôt possible la marge de l’exploitation selon un prévisionnel de charge.

    Ps : Aux USA, les agriculteurs en grande majorité vendent leurs récoltes avant d’aller semer et engager des charges. A réfléchir !

    Au plaisir de vous lire

  • cerealier80

    | posté il y a 4 ans le 12/07/2013

    Je rejoins Dum Dum, en 2007 ce n'est pas quelques euros mais jusque 40 euros d'écart que ous avons connus entre PS 76 et 72. Et nous savons tous que c'est plus simple de négocier cette qualité une fois qu'elle est connue. On trouve toujours dans nos régions un OS intérressé graçe à un lot de meilleur qualité ailleurs pour gommer un epartie de l'écart, afin de faire l'affaire. Mais si elle est faite depuis 6 mois, on paye plein pot!

    De même, il subsiste aussi un risque sur les volumes: un orage de grèle à 100% sur une bande de 2 km de large, c'est une fois par siècle, mais si c'est cette année la veille de la moisson, comment honorer des contrats?

    Nord de l'Aisne en 2010, ils ont eu ce phénomène. résultat, l'agri avait vendu un bon prix qui couvrait ses charges pendant l'hiver précédent à 120, il s'est assuré contre la grèle à 120 (logique!) et le jour de la récolte son OS lui a réclamé la différence entre le prix du jour (190) et son contrat (toujours logique!). ça refroidit....

  • gytdm

    | posté il y a 4 ans le 13/07/2013

    Il est quand même incroyable, qu'après je pense plus de dix ans de marché à terme en France, et l'explication de Mr Hugues, cette méthode de vente ne soit encore pas compris et peu utilisée dans notre pays.
    Le Matif permet de bloquer à quelques euros près un prix pour une production à venir. Comme il ni à pas de livraison de la marchandise, c'est justement LA solution sans risque quantité et qualité.
    Nos OS l'ont compris, pas les agriculteurs, mais se sont ils seulement formé afin de se faire une opinion.....

  • Bibard Anaël

    | posté il y a 3 ans le 23/10/2013

    c'est sûr que je ne comprends pas qu'on ne prenne pas 1 ou 2 lots lorsque le blé est à plus de 250 €/T sur le MATIF. Peu importe le physique ou l'assolement ou même la qualité: on a 90% de chance d'y gagner (regardez les courbes moyennes sur 36 mois combien de fois le blé a été au dessus de 250 €/T).

    Lorsque j'en ai parlé avec des clients avant Noël, tout le monde disait "il faut attendre". Et bien maintenant on attend... avec 50 € de moins la tonne.

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 25/10/2013

    @ Anael BIBARD

    Plus l'on s'écarte d'une moyenne plus il y a de chance que l'on revienne vers elle ! C'est vrai
    Attention toutefois car les statistiques et les normes bougent très vite....

    Il faut considérer le Matif d'abord comme un moyen de lire les prix des grains, il sert ensuite comme solution de gestion concernant le risque de prix. Il est vrai qu'à 250 €/t, peu de risque d'engager 50 à 100 t avant les récoltes.

    Il semble néanmoins bon de rappeler que si les cours progressent sur des niveaux plus élevés, c'est la trésorerie qui sera mise à contribution dans l'attente du rachat de position et d'une vente physique.

    Imaginons un instant que les cours montent à 300 €/T pour 100 t :
    300-250 = 50*100 = 5 000 €
    Les trésoreries sur les exploitations s’amenuisent il faut donc faire attention

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 25/10/2013

    Bonjour à tous,

    Toujours concernant la commercialisation des grains en grande cultures, je voudrais lancer une réflexion

    Contexte :

    Le monde des céréales s'émeut de la diminution des aides avec la future PAC. Les discussions sont d'autant plus virulentes que les prix des grains se sont repliés.
    En résumé, la pilule aurait été plus facile si les cours s'étaient maintenus autour des 250 - 280 €/T

    Le prix reste donc très important dans le résultat d'une exploitation surtout depuis les récentes périodes de volatilité.

    Ainsi, au même titre que l’assurance grêle, récolte, etc, les agriculteurs ou même les politiques devraient s’intéresser à l’assurance des prix. Et cela existe, les PUT sur les marchés financiers permettent de se prémunir contre un risque de baisse des prix via le paiement d’une prime.

    Qui utilise ses outils ? Quel sont vos réactions ? Pensez-vous que dans le contexte actuel les politiques devraient favoriser ce genre d’outil ? Ceci représente ni plus ni moins une assurance garantissant le revenu d’un céréalier.

    @ Anael BIBARD : Qu’en pensez-vous en tant que conseiller de gestion ?

  • Bibard Anaël

    | posté il y a 3 ans le 25/10/2013

    Concernant les PUT et les CALL, on a beaucoup de mal à parler de ça sur le terrain. Déjà, le MATIF c'est dur:
    - "je ne suis qu'une petit agriculteur, j'ai que 150 ha"
    - "je ne veux pas spéculer, je préfère stocker et vendre sur le physique après récole" (celle là, c'est ma préférée car si on y regarde de plus près, c'est presque comique)
    - "c'est compliqué" --> ça par contre, c'est vrai qu'il n'y a pas grand monde pour former les agriculteurs en formation vivéa gratuite et pratico-pratique (comment j'ouvre mon compte MATIF, qui j'appelle pour passer mon ordre et tout)

    Sinon, j'aime bien l'exemple: "et si ça monte à 300 €/T". Ma réponse sera simple: "et bien si ça monte à 300 €/T, j'aurai beaucoup gagné sur ce que j'ai vendu à 250, et je vais encore plus faire de fric à 300! du coup, mon banquier il est content et il avance la tréso sans rechigner" ;-) parfois, je suis pragmatique (mais je me soigne)

  • Bibard Anaël

    | posté il y a 3 ans le 25/10/2013

    Pour revenir sur le stockage: à vrai dire j'y crois beaucoup... mais j'aime spéculer! Stocker ne veut pas dire qu'on évite le risque prix pour moi, ça veut dire qu'on se préoccupe de sa commercialisation (ce qui est selon moi nécessaire!), et qu'on cherche à la valoriser au mieux.

    D'ailleurs, je ne pense pas que ça soit incompatible avec le MATIF. J'ai l'exemple d'un céréalier dans le coin qui gagne bien avec ça... Et du coup je souris lorsque j'entend dire par certaines personnes "on a fait des comparatifs, le prix moyen campagne est souvent meilleur que ceux qui jouent sur le MATIF". J'ai fait mes propres comparaisons, et il n'y a pas photo si on utilise bien Stockage+MATIF.

  • Bibard Anaël

    | posté il y a 3 ans le 25/10/2013

    Donc in fine, que devraient-on faire? Pour ma part, je plaiederai pour:
    - formation des agriculteurs aux marchés financiers type MATIF (vrai formation, avec un formateur qui place des ordres et sait comment on fait concrètement et qui peut guider pas à pas)
    - prise en charge comme le font les US du coût de la stratégie commerciale en pouvant imputer la DPI non pas sur l'amortissement (qui a favorisé le suréquipement) mais sur le coût d'achat des options! Là se situerait une grande avancée... La DPI inciterait alors à se prémunir des baisses de prix au lieu d'actuellement servir à jouer sur les variations de stocks à rotation lente ou à acheter plus de parts sociales dans les coops ou les CUMA.

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 22/11/2013

    Pour info : les cours des matières premières retrouvent un peu de hauteur !
    Le blé notamment revient sur un point important. A surveiller le passage des 207 €/T sur le blé Janvier 2014

  • choquet christian

    | posté il y a 3 ans le 26/11/2013

    vu les cours actuels il me semble judicieux d attendre ou dans contractualiser un minimum pour voir venir

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 19/02/2014

    D'après 2 mois d'attente, les cours du blé reviennent doucement vers le niveau des 200 €/T sur le marché terme. Le colza pour sa part affiche des gains très notables ces dernières semaines
    L'occasion pour certains agri-décideurs de remettre le nez dans l'actualité des cours des matières premières sur les derniers volumes à engager.

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 03/04/2014

    Les applications mobiles ont le vent en poupe en ce moment dans le domaine agricole. Le Negoce Turbo Negoce révolutionne le marché des grains en lançant une application mobile pour les agriculteurs de la moitié nord de France.
    Un prix physique en temps réel est en effet disponible au départ de chaque exploitation agricole.
    Et beaucoup d'autres surprises....
    Disponible sous Android ou Apple

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 24/04/2014

    Avis aux internautes de Wikiagri !

    Quelle est la situation chez vous par rapport au climat ? De plus en plus de gens s'inquiètent du déficit hydrique dans de nombreuses régions.

    Pour ma part, 5-6 mm depuis le début mars, avec des cultures qui commencent à mal tourner dans les terres les plus légères.

    Et chez vous ?

  • billaud michel

    | posté il y a 3 ans le 05/05/2014

    pour nous ,juste qq mm depuis debut avril ,ça m embete pour les cultures de printemps (surtout en terres plus argileuses et donc moins fin en preparation )!

    mais pour les céréales , a condition que l azote a été epandu a temps ,je vois plutôt une année normale pour l instant ,et avec surement une avance de environ 2,3 semaines pour l epiaison donc la moisson !

  • Morzel

    | posté il y a 3 ans le 15/05/2014

    Dans les Ardennes, beaucoup de pluies orageuses ces dernières semaines.
    Les précipitations sont très localisées, nous avons dépassé les 100 mm en 2 semaines.
    Heureusement car les cultures souffraient (pas d'eau depuis fin février). Notamment le maïs qui avait été semé dans le sec.
    Les céréales qui souffraient de taches physiologiques et de rouille se sont bien rétablies.

  • cerealier80

    | posté il y a 3 ans le 22/05/2014

    Pour votre pub sur le négoce, vous n'êtes pas un peu concerné?...

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 22/05/2014

    Effectivement !

    Les bonnes choses se partagent....

  • Desmet Hugues

    | posté il y a 3 ans le 22/05/2014

    @cerealier80

    Et qu'en pensez vous ?

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x