Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3340 MembresCréer un compte
Forum :Les experts c'est vous !
Forum : Machinisme
  • Thumb_avatars_h02

    agriculture de conservation dans le nord?

    Ce sujet a été créé il y a 5 ans par fernando

    4

    je souhaite me lancer dans l'agriculture de conservation avec un strip till en aout prochain. les videos et les expériences sont vraiment motivantes mais presque toujours dans des régions "sud" avec assolement céréales/maîs/colza...et/ou dans des sols à cailloux (en exagérant), mais pour les sols de limons profonds avec des assolement avec betterave et legume avez vous des conseils et retour d'expérience? merci d'avance

  • 4Réponses
  • phytosol

    | posté il y a 5 ans le 18/02/2012

    Sujet très vaste Fernando et qui ne peut se résumer en quelques mots.

    Agriculteurs en AC dans ce type de sols depuis 1995, le strip till a le vent en poupe car il sécurise une partie des implantations mais ne reste qu'un outil.
    C'est l'approche globale du sol a la plante, où chaque détail compte qui fait la réussite.
    Le strip till est un moyen mais il faut connaitre ton point de départ :
    état du sol , profil, assolement, contraintes professionnelles, privées, possibilités de couvertures, type de semoir, objectifs à terme etc...

    Nous suivons de nombreux agriculteurs et avons assez d'éléments pour affirmer que c'est la motivation et le fait de faire les choses dans le bon ordre qui fait la réussite.
    L'accompagnement, l'observation et l'échange en groupe sont de bons facteurs d'aide à cette réussite et pour cela il faut s'en donner les moyens.
    En rotation exigente , comme cela semble être le cas chez toi, la réparation des sols avec l'aide mécanique et la mise en place de couverts végétaux sont des aides précieuses pour aider un sol en convalescence à évoluer positivement.
    Le strip till aidera à la minéralisation localisée et sécurisera les démarrage des plante mais en aucun ne peut réparer réellement les structures de sol.
    Un fissuration avec une dent adaptée, si le profil de sol le nécessite, suivit de l'implantation d'une culture reste un atout de progrès pour l'amélioration du sol.
    Alors du simple fait de semer derrière un couvert végétal (méthode sud américaine) on en vient à travailler le sol en profondeur , de manière localisée sur le rang (méthode nord américaine) pour conserver de hauts niveaux de rendements.
    Cette méthode du strip till , très à la mode en ce moment reste pour nous assez étonnante comme si nous pouvions déjà nous payer le luxe, dans les régions intensives, de ne fissurer que le rang de la culture à implanter tellement notre sol est en excellent état.

    Ce qui est bien sûr faux si l'on se donne la peine d'aller voir.

    Comme les engrais starter, ces méthodes nous masquent des problèmes plus profonds en apportant des réponses ponctuelles.

    Les problèmes sont le manque de matière organique, sa qualité en baisse et une activité biologique endommagée par des rotations trop éxigentes, de l'irrigation et/ou des formes et des quantités d'engrais peut respectueuses des sols.

    Notre approche, chez Phytosol, consiste plutôt à comprendre comment le sol et les plante fonctionnent et de tout faire pour en favoriser les développement par une approche la plus globale possible.
    Choix des engrais et de leur formes, localisation, techniques de pulvérisation, choix des molécules, systématisation des couverts végétaux, transition plus ou moins longues entre le labour et le semis plus directe et observation en continue de l'évolution de son sol par des profil.

    Devant un profil de sol nous sommes confronté aux réalités de chaque régions et aux contraintes des fermes.
    Dans l'est et le nord, pas d'effluents d'élevage pour combler une minéralisation plus faible liée au travail du sol.
    Les belles philosophies sur le sol qui fonctionne seul tout en assurant de hauts rendements est souvent mise à mal...

    Le succès du Strip till en est l'illustration en donnant un coup de fouet au plantes mais sans réellement réparer le sol.
    C'est un atout pour sécuriser les implantations et pour amener le plus grand nombre vers les techniques de conservation des sols et ça c'est vraiment génial !
    Dans ton secteur et dans des sols froids, c'est réellement un atout, finalement encore supérieur au région sud.

    Malgré tout, cela n'occultera pas le fait de devoir, à un moment ou à un autre, regarder son sol en face pour choisir des méthodes plus douces et moins rapides mais certainement plus durables, au final.

    Des associations comme Base dans le grand ouest peuvent te donner des éléments pour ta réflexion, le journal TCS peut être un support pour t'encourager.
    Des groupes comme les partenaires Phytosol peuvent sûrement t'aider ,cette fois, à faire les choses plus concrètement en les comprenant et pour gagner en autonomie sur sur ton entreprise.
    En espérant ne pas avoir été trop long et j'espère un petit peu utile...
    Bon courage à toi Fernando, tu vas retrouver toute la richesse de ton métier !

  • gytdm

    | posté il y a 5 ans le 19/02/2012

    1 er point la bêche dans la voiture et des troues pour vérifier l'état de ton sol (il n'y a pas que des sols lamentables et de toute façon seul une observation te dira ou tu te situe)
    2 éme point la visite d’exploitations qui pratiques cette technique, tu en trouveras sur des forums, dans des réunions BASE, ou sur le site d'agriculture de conservation. Échange avec des personne pour qui ont des résultats (pas forcément des commerciaux), mais les gens qui ne sont pas pratiquants ou pour qui la méthode et mauvaises ne t'apporterons rien.
    3 éme point observe et soit critique lors de tes visites, car dans la discution que tu auras si elle reste constructive tu pourra faire avancé aussi l'autre.
    4 éme pratique...
    Perso après expérience chez moi, dans mes conditions, je n'ai pas d’opinion, ni positive ni négative. il y a des limites, des choses à éviter, mais cela semble une bonne solution pour sécuriser une transition.
    Maintenant de la à croire à une mode, la réunion de JUIN dernier chez
    Philippe dans la Sarthe devrait nous interroger.....au nombre des participants.......

  • paysannature leon

    | posté il y a 5 ans le 04/04/2012

    dans les bonnes terres avec les primes PAC et les débouchés industrielles , les agris sont moins motivés pour se diriger vers l'AC ,
    dans les régions les plus délicates au niveau qualité du sol ,le choix devient plus vite vitale pour l'avenir

    ceux qui comprennent plus vite et qui se lancent en AC dans de trés bons limons ,ont de trés résultats tant qu'ils respectent bien les bases de l'AC
    le bon conseil a donner ,c'est que c'est à chacun de trouver sa solution pour sa ferme , mais en échangeant le plus possible d'expériences avec les plus avancés ,peut-être par l'intermédiaire d'association comme BASE : http://www.asso-base.fr/

  • fernando

    | posté il y a 5 ans le 21/04/2012

    merci pour vos conseils,
    je vais faire un essai de semis de haricots en strip till en juin
    les terres sont en train de se ressalir depuis que le couvert a été détruit par le gel, je viens de passer un coup de broyeur sur les colzas.
    la structure me semble pas mal, les turicules (je crois que ca s'appelle comme ca) de vers sont nombreux, reste que j'espere que les reste d'engrais verts ne genent pas la recolte

Pour répondre à ce sujet, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.

x