Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3440 MembresCréer un compte
Découvrez agri-meteo

Un agriculteur de 26 ans sauve son exploitation en sollicitant les internautes

Thumb_ludovic_marty_revel_2
12Mar2017

En 2014, quelques mois après avoir repris l'exploitation agricole de ses parents près de Toulouse, Ludovic Marty a vu 80 % de ses récoltes dévastés par une tempête. Depuis, toutes ses économies ont fondu comme neige au soleil. Alors pour rebondir et développer son activité, il fait appel aux internautes par le biais du crowdfunding (financement participatif).

Depuis quelques jours, grâce à Ludovic Marty l'improbable devient réalité. Vous pouvez parrainer une vache et son veau, prendre de leurs nouvelles et même leur rendre une petite visite de temps en temps, ou encore participer aux travaux des champs. Voilà ce que propose cet agriculteur, véritablement passionné par son métier. A 26 ans c'est cette solution que le jeune homme, spécialisé dans le veau sous la mère et les blondes d'Aquitaine, a trouvé pour se relever financièrement et ainsi sauver son exploitation.

Une idée qui a germé grâce à sa famille et ses amis

Car doté de 48 hectares sur lesquels il cultive du maïs, de la luzerne, de l'orge et du blé tendre, le domaine situé à Revel, dans le Lauragais, près de Toulouse en Haute-Garonne, essuie une tempête de grêle en 2014. Un douloureux épisode qui, pour lui, survient quelques mois après avoir succédé à ses parents. Une sévère déconvenue surtout que cet épisode l'a contraint à se séparer de plusieurs de ses vaches à la fertilité devenue soudainement réduite.

"Toutes mes économies y sont passées. J'ai reçu un gros coup de massue et aujourd'hui encore j'ai beaucoup de mal à me sortir un salaire", souffe t-il. Mais au fil des conversations avec sa famille et quelques amis, c'est la révélation. Il décide de lancer une opération de crowdfunding pour appeler les internautes à la rescousse. En effet Ludovic Marty souhaite acheter vaches et génisses, histoire de prendre un nouveau départ. Mais pas n'importe où. Cela se fera auprès de ses voisins éleveurs comme lui, de manière à leur venir en aide également. Sauf que pour un seul animal il faut compter entre 1200 et 2200 €. Alors tout s'organise grâce à la plateforme spécialisée Miimosa. Et le miracle se produit. Le public répond présent jusqu'à dépasser de très loin tous ses espoirs.

Reconstituer son cheptel et créer une ferme pédagogique

Puisqu'il a déjà atteint presque 300 % de son objectif, alors que l'opération ne prend fin que dans une dizaine de jours. "C'est vraiment incroyable !" se réjouit le jeune homme qui n'en revient toujours pas. "C'est parti à une vitesse, j'ai jamais cru que cela aurait un tel impact. Il y a même des gens qui ne veulent aucune contrepartie pour leur soutien. Ils me félicitent et me disent que je fais un beau métier. Il y a aussi un élu qui a déjà contribué et qui me demande des conseils pour sa future campagne électorale sur les mesures à prendre pour notre métier."

Désormais, Ludovic qui possède un BTS "agronomie et production végétale" et un deuxième en "génie des équipements agricoles" se dit qu'il va pouvoir reconstituer son cheptel, jusqu'à 30 vaches allaitantes, peut-être 40, contre 14 aujourd'hui. Et puis son grand dessein est de créer une ferme pédagogique, en collaboration avec sa compagne, enseignante. "Parce que notre profession participe à de nombreux salons et foires, mais on ne se met pas suffisamment en avant. Moi je veux montrer aux enfants qu'on a des technologies de pointe !"
 

 

En savoir plus : https://www.miimosa.com/fr/projets/parrainez-une-vache-au-coeur-dun-elevage-traditionnel (lien vers le financement participatif en ligne en faveur du projet de Ludovic Marty).

 

 

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Avatar_blank

Morineau-Cooks Christophe

Journaliste

Journaliste professionnel depuis 20 ans. Toulousain, très impliqué dans de grands quotidiens régionaux et la radio. Aujourd'hui de retour à Toulouse.

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x