Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3309 MembresCréer un compte
Découvrez agri-meteo

Présidentielle 2017, quel vote pour les agriculteurs ?

Thumb_vote_agriculteurs_2017
22Fev2017

Le vote des agriculteurs, qui est encore un vote qui compte, n’a sans doute jamais été aussi incertain à quelques semaines du premier tour de l’élection présidentielle. Traditionnellement ancré à droite, le monde agricole pourrait être tenté par d’autres voies.

Pour qui les agriculteurs vont-ils voter en avril-mai prochain ? A ce stade, personne ne peut vraiment le dire. Une enquête récente du Cevipof, dont les résultats ont été divulgués dans Le Monde du 17 février dernier, tend à le confirmer. Les « légitimistes » vont privilégier un vote assez traditionnel dans le monde agricole en faveur du candidat néogaulliste, en l’occurrence François Fillon. Mais, il semble bien que, dans le contexte du « Penelopegate », la tentation de l’alternative soit également très forte chez les agriculteurs : celle-ci est incarnée soit par l’abstention, soit par le vote Macron, soit surtout par le vote Le Pen.

Un vote qui compte toujours

Malgré leurs faibles effectifs – 1 million d’actifs, soit 2 % de la population active –, les agriculteurs sont une catégorie socioprofessionnelle qui compte encore d’un point de vue électoral pour plusieurs raisons.

Contre toute attente, elle compte tout d’abord d’un point de vue numérique. En 2011, Bertrand Hervieu et François Purseigle estimaient ainsi que ce qu’ils appelaient « l’électorat agricole » représentait à peu près 8 % du corps électoral avec 3 millions de personnes en y intégrant les actifs, mais aussi les retraités agricoles, les salariés agricoles, les conjoint(e)s et les membres de la famille des exploitants agricoles. François Purseigle va même plus loin en prenant en compte également les « emplois induits dans les industries agroalimentaires et les organisations professionnelles agricoles » pour aboutir à un chiffre de 8 millions d’électeurs « potentiellement attachés au traitement de la question agricole », pour reprendre son expression, sur un total d’environ 45 millions d’électeurs inscrits. Cela signifie donc qu’en France, environ 18 % des électeurs sont liés de près ou de loin à l’agriculture.

Le vote agricole compte également en raison du taux de participation électorale des agriculteurs qui est généralement élevé et de l’existence de puissantes organisations présentes sur tout le territoire national. On peut penser de ce point de vue à une organisation syndicale, comme la Fnsea, qui comptait 212 000 adhérents en 2016.

Dans un tel contexte, on peut conclure avec François Purseigle qu’« une élection présidentielle ne se gagne pas avec les voix des agriculteurs, mais elle peut se perdre avec les voix des agriculteurs et de leurs collatéraux ou des gens avec qui ils travaillent ». Si l’on se base, par exemple, sur le nombre de votants des premier et second tours de l’élection présidentielle de 2012, 8 millions d’électeurs potentiels, cela représente tout de même 22 % des votants. On ne peut gagner l’élection avec ces seuls électeurs, mais à l’évidence on peut la perdre.

Un vote traditionnellement ancré à droite

Il n’est pas pour autant évident de savoir quelles sont les intentions des agriculteurs d’un point de vue électoral ou même comment ils ont voté dans les scrutins récents car la plupart du temps, les instituts de sondage ne prennent pas en compte cet électorat dans leurs échantillons. On a néanmoins une bonne connaissance de leurs attitudes politiques.

Les orientations politiques des agriculteurs sont diverses compte tenu de l’extrême diversité de leurs situations. C’est loin d’être nouveau puisque durant la IIIe République déjà, une partie des paysans soutenait les républicains, tandis qu’une autre partie apportait son soutien aux anti-républicains, alors même que les agriculteurs représentaient à l’époque la majorité de l’électorat. L’historien Pierre Barral rappelle ainsi à propos du « scrutin décisif de 1877 » que « si certaines régions restèrent acquises à la droite, les républicains obtinrent la moitié des voix paysannes : le partage politique de la France rurale, déjà esquissé en 1849 mais masqué par le bonapartisme, se confirma alors avec une grande netteté ». Plus largement, un autre historien Jean-Pierre Houssel explique que « sous la IIIe République, la France paysanne est divisée en deux entités politiques et culturelles à peu près égales : la France radicale, républicaine et laïque, et la France catholique et conservatrice ».

Il en a été de même durant la IVe République. Pierre Rémy indiquait ainsi dans un article publié en 1972 qu’« avant 1958, le comportement politique des agriculteurs est caractérisé par son extrême diversité. Il existe une clientèle paysanne pour tous les mouvements politiques sans exception […]. Aucun parti à cette époque ne peut se prévaloir d’être représentatif de l’ensemble ou même d’une fraction importante de la paysannerie ».

Il n’en reste pas moins que, depuis le début de notre Ve République, les agriculteurs votent majoritairement, et souvent même très majoritairement à droite et notamment en faveur des gaullistes et des néogaullistes, ce qui n’a d’ailleurs pas toujours été le cas dans les premières années de ce régime durant lesquelles les relations entre le monde agricole et le pouvoir gaulliste ont été assez compliquées. Ainsi, en 2012, d’après des données de l’IFOP, les candidats de droite auraient recueilli 76,5 % des suffrages des agriculteurs au premier tour, Nicolas Sarkozy obtenant à lui seul 44 % des suffrages, contre par exemple 13,5 % pour François Hollande.

Ceci est loin d’être une spécificité française. On observe dans de nombreux pays une même orientation conservatrice d’une majorité d’agriculteurs. Aux Etats-Unis, ceux-ci soutiennent ainsi massivement le parti républicain. On a pu le voir lors de l’élection présidentielle de novembre 2016 où ils ont semble-t-il largement voté en faveur de Donald Trump. C’est également le cas en Allemagne. Lors des élections générales de 2009, 57 % des agriculteurs ont voté pour les conservateurs de la CDU-CSU, tandis que 13 % votaient pour les sociaux-démocrates du SPD. Il en fut de même en 2013 avec 74 % des suffrages agricoles en faveur de la CDU-CSU, contre seulement 7 % pour le SPD.

Une tentation populiste croissante dans le monde agricole

Au-delà de cet ancrage à droite, on observe également une tentation populiste croissante chez les agriculteurs, en France comme ailleurs. Le populisme au sens moderne du terme est d’ailleurs né aux Etats-Unis en 1876 sous l’impulsion d’un mouvement d’agriculteurs, l’Alliance des agriculteurs (Farmer’s Alliance), qui regroupait des petits paysans du Sud et du Midwest. De nombreux mouvements populistes de la droite radicale qui ont effectué une percée électorale dans la période récente un peu partout en Europe ont également pour origine des partis populistes agrariens, principalement composés de petits paysans et défendant les intérêts du monde rural.

On peut citer à ce propos le mouvement des « Vrais Finlandais », qui est désormais la troisième force politique du pays. Les « Vrais Finlandais » est le nom pris lors de l’adhésion de la Finlande à l’Union européenne en 1995 par l’ancien Parti rural de Finlande (SMP), qui avait été créé en 1959 et qui est lui-même issu de la Ligue agrarienne. Un autre exemple est celui de l’Union démocratique du centre (UDC), le parti politique qui recueille le plus de suffrages en Suisse depuis la fin des années 1990. Comme l’indique son site, « l’UDC tire ses racines du parti des paysans, artisans et bourgeois (PAB). Le parti des paysans a été fondé en 1917 à Zurich, le parti des paysans et artisans en 1918 à Berne ». L’UDC s’appuie encore en grande partie sur les couches rurales de la population suisse.

Les agriculteurs semblent également avoir massivement participé aux deux principaux moments populistes de 2016. Une enquête menée auprès d’agriculteurs au Royaume-Uni en avril 2016 indique que 58 % d’entre eux étaient favorables au retrait de l’UE, contre 31 % qui étaient pour le maintien. On l’a vu, ce fut également le cas pour le vote en faveur de Donald Trump aux Etats-Unis.

En France, il y a eu aussi un populisme agrarien durant l’entre-deux guerres qui était incarné par plusieurs mouvements, dont le Parti agraire et paysan français (PAPF), créé en 1927, le Front paysan, qui a été lui-même fondé en 1934 et auquel participait le PAPF, ou encore le Comité de défense paysanne contre les assurances sociales (1929) et les Chemises vertes (1935). L’homme qui incarnait alors le mieux ce que certains ont appelé le « fascisme paysan » est Henri Dorgères, le créateur du Comité de défense paysanne et des Chemises vertes, même si celui-ci n’était pas lui-même agriculteur. Il sera condamné à dix ans d’indignité nationale pour avoir collaboré avec le régime de Vichy avant de devenir député poujadiste de 1956 à 1958, à l’instar du jeune Jean-Marie Le Pen. Il est le premier à avoir prôné en France l’action directe avec la destruction de produits et le saccage de sous-préfectures. La Fédération française de l’agriculture (FFA), syndicat agricole opposé à la FNSEA créé en 1969, est le lointain héritier du « dorgérisme ». Ce syndicat était connu aussi pour sa proximité avec le Front national.

Cependant, lorsque le FN a effectué une première percée à l’échelle nationale à partir de 1983-1984, les agriculteurs sont apparus dans un premier temps relativement peu sensibles à son discours d’autant que celui-ci a été historiquement un parti d’abord citadin. En 1988 et en 1995, par exemple, Jean-Marie Le Pen n’obtient ainsi que 10 % des suffrages des agriculteurs, soit un score bien moindre que pour l’ensemble de l’électorat. Les agriculteurs figurent même parmi les catégories les plus réfractaires au vote FN.

Un tournant va néanmoins s’opérer au début des années 2000, alors que durant la décennie 1990, on a pu observer le succès auprès du monde agricole dans différents scrutins des listes Chasse, Pêche, Nature et Traditions (CPNT) ou de celles « souverainistes » conduites par Philippe de Villiers ou encore l’émergence d’un syndicalisme agricole contestataire avec la création de la Coordination rurale. Cela se traduit par la percée de Jean-Marie Le Pen au premier tour de la présidentielle de 2002 où il obtient 22 % des suffrages agricoles.

Dans une période plus récente, Marine Le Pen a recueilli 21 % des voix des agriculteurs au premier tour de la présidentielle de 2012 et d’après les données de l’IFOP, les listes FN auraient fait des scores élevés dans le monde agricole lors des régionales de 2015. Le FN aurait ainsi obtenu 26,3 % des suffrages dans les communes de France métropolitaine où se trouvent 20 % d’agriculteurs et plus.

Graphique 1 : vote FN des agriculteurs au premier tour de l’élection présidentielle (1988-2012) et intentions de vote des agriculteurs en faveur de Marine Le Pen, en pourcentages Source : Cevipof.

Quelles perspectives pour la présidentielle de 2017 ?

Quel sera le vote des agriculteurs en 2017 ? Même si à ce stade, on dispose de peu de données sur leurs intentions de vote, on peut supposer que ce vote sera assez conforme aux tendances électorales structurelles que l’on vient de voir, à savoir un ancrage global à droite et une tentation populiste croissante.

En premier lieu, il est évident que le bilan du quinquennat est très largement rejeté par le monde agricole. Les indices de popularité particulièrement faibles de François Hollande et de Stéphane Le Foll en sont les principaux symptômes. Il existe par conséquent une grande soif d’alternance exprimée par les agriculteurs. Ensuite, les quelques enquêtes effectuées auprès des agriculteurs avant la primaire des Républicains, principalement par l’institut BVA, tendaient à indiquer que ceux-ci ne souhaitaient pas que Nicolas Sarkozy soit le candidat des Républicains.

On pouvait également supposer que la personnalité et le programme de François Fillon correspondait mieux à leurs attentes, même si l’on ne dispose pas de données sur le vote des agriculteurs lors de la primaire des Républicains. Il semble néanmoins que le « Penelopegate » a eu un impact négatif sur son image auprès du monde agricole comme semble en témoigner le résultat de l’enquête du Cevipof divulgué dans Le Monde le 17 février dernier.

Les intentions de vote des agriculteurs en faveur de François Fillon apparaissent assez faibles (20 %) soit un taux légèrement supérieur à son score national. Rappelons tout d’abord que, selon, l’Ifop, Nicolas Sarkozy avait obtenu 44 % des suffrages des agriculteurs au premier tour de la présidentielle en 2012.

Les agriculteurs qui n’envisagent pas de voter pour François Fillon ne souhaitent pas pour autant voter davantage à gauche. On le voit très bien dans le graphique 4 : les suffrages en faveur de la gauche sont à peu près stables entre 2012 et 2017, autour de 23-24 % (soit à peu près le score de la Confédération paysanne et du Modef aux dernières élections aux chambres d’agriculture), même s’ils se répartissent différemment entre le candidat socialiste, qui semble attirer pas mal de suffrages d’agriculteurs sans doute proches des idées de la Confédération paysanne, et Jean-Luc Mélenchon par rapport à 2012.

Une partie des agriculteurs qui votent traditionnellement à droite semblent tout simplement choisir la voie de l’abstention puisque 52 % des agriculteurs interrogés dans cette enquête disent qu’ils vont s’abstenir, soit le score le plus élevé de toutes les catégories socioprofessionnelles sondées et alors même que cette catégorie se caractérise habituellement par une forte participation électorale.

D’autres agriculteurs, certainement plus orientés au centre-droit, semblent être séduits par la candidature d’Emmanuel Macron puisque celui-ci est à égalité avec François Fillon en termes d’intentions de vote. Enfin, il semble que, dans le monde agricole, la grande bénéficiaire de la « déception » vis-à-vis de François Fillon soit bel et bien Marine Le Pen avec 35 % des intentions de vote des agriculteurs. Ce n’est pas vraiment une surprise compte tenu des évolutions électorales récentes, mais aussi de la désespérance et de la colère de nombre d’agriculteurs alors que différents secteurs agricoles traversent une crise profonde depuis 2015. Néanmoins, on ne la voyait pas nécessairement à un niveau aussi élevé.

Il convient bien entendu de se montrer très prudent dans la lecture de ces résultats car ils ne préjugent pas du vote des agriculteurs le 23 avril prochain étant donné le niveau potentiellement élevé de l’abstention (ces agriculteurs pourraient finalement décider de se rendre aux urnes) et, on le sait, le caractère souvent incertain du vote en faveur d’Emmanuel Macron. Il est donc sans doute vraisemblable que François Fillon fera un score supérieur, mais il pourrait être devancé par Marine Le Pen, ce qui serait une grande première.

Graphique 2 : intentions de vote des agriculteurs au 1er tour de la présidentielle de 2017 Source : Cevipof.

Graphique 3 : vote des agriculteurs au 1er tour de la présidentielle de 2012 et intentions de vote des agriculteurs au 1er tour de la présidentielle de 2017 Sources : Ifop et Cevipof.

Graphique 4 : vote des agriculteurs au 1er tour de la présidentielle de 2012 et intentions de vote des agriculteurs au 1er tour de la présidentielle de 2017 Sources : Ifop et Cevipof.

 

En savoir plus : www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2017/02/16/presidentielle-le-vote-de-classe-de-plus-en-plus-eclate_5080595_4854003.html (résultats de l’enquête du Cevipof parus dans Le Monde du 17 février 2017) ; www.cevipof.com/rtefiles/File/AtlasEl3/NotePURSEIGLEHERVIEU.pdf (étude de Bertrand Hervieu et de François Purseigle publiée par le Cevipof en 2011) ; www.entraid.com/a/2017/02/02/actus-des-groupes/monde-agricole-election-presidentielle-2017-vote (source de l’entretien de François Purseigle dans lequel il fait référence aux 8 millions d’électeurs « potentiellement attachés au traitement de la question agricole ») ; www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/03/31/20002-20160331ARTFIG00008-que-pese-aujourd-hui-la-fnsea-sur-la-scene-agricole-la-reponse-en-5-chiffres-cles.php (source du nombre d’adhérents de la Fnsea) ; www.cairn.info/l-univers-politique-des-paysans-dans-la-france--9782724602285-page-243.htm (source de la citation de l’historien Pierre Barral, extraite de « Agrarisme de gauche et agrarisme de droite sous la Troisième République », dans Yves Tavernier et al., L’Univers politique des paysans dans la France contemporaine, Presse de Sciences Po, 1972) ; www.persee.fr/doc/geoca_0035-113x_1986_num_61_4_4111 (source de la citation de l’historien Jean-Pierre Houssel, extraite de « Pour une étude de l’héritage actuel de la Jeunesse agricole catholique (JAC) dans la modernisation des campagnes de la région Rhône-Alpes », Revue de géographie de Lyon, vol. 61, 1986) ; www.cairn.info/l-univers-politique-des-paysans-dans-la-france--9782724602285-page-255.htm (source de la citation de Pierre Rémy, extraite de « Le Gaullisme et les paysans », dans Yves Tavernier et. al., L’Univers politique des paysans dans la France contemporaine, Presses de Sciences Po, 1972) ; www.ifop.com/media/pressdocument/684-1-document_file.pdf (données de l’IFOP sur le vote agricole à la présidentielle de 2012) ; www.wikiagri.fr/articles/donald-trump-a-obtenu-le-soutien-massif-des-agriculteurs-americains/11349 (article publié dans la rubrique « Réflexions » de Wikiagri sur le vote des agriculteurs en faveur de Donald Trump) ; https://www.topagrar.com/news/Home-top-News-Union-holt-74-bei-den-Bauern-1251063.html (source en allemand des données sur le vote des agriculteurs en Allemagne en 2009 et en 2013) ; www.udc.ch/actualites/edition-speciale/edition-speciale-de-mars-2015/le28099union-democratique-du-centre-ce-qui-nous-somme-et-ce-que-nous-voulons-pour-la-suisse (adresse du site internet de l’UDC mentionnée dans l’article) ; www.fwi.co.uk/news/exclusive-survey-reveals-farmers-back-eu-exit.htm (source de l’enquête relative à l’opinion des agriculteurs sur le Brexit publiée en avril 2016) ; http://wikiagri.fr/articles/les-reponses-de-fran%C3%A7ois-fillon-aux-agriculteurs/10892 (tribune de François Fillon publiée par le site Wikiagri.fr) ; www.fondapol.org/wp-content/uploads/2016/10/090-AGRICULTEURS_FN_2016-11-08_01_web.pdf (étude publiée en 2016 par la Fondapol sur les agriculteurs et le Front national dans laquelle on peut retrouver les données du Cevipof sur le vote des agriculteurs lors des présidentielles de 1988 à 2012 et les données de l'Ifop sur le vote des agriculteurs aux régionales de 2015).

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Thumb_eddy-fougier_1

Fougier Eddy

Conseiller, expert

J'interviens régulièrement dans Wikiagri.fr dans la rubrique "Réflexions". Je suis un "chasseur" de tendances émergentes, d'initiatives originales et d'innov...

En savoir plus
  • 2Commentaire
  • #1

    Heureusement que la majorité de l'électorat agraire ne prendra pas le temps de lire ce pavé propagandiste complétement orienté... C'est dommage qu'on n'évoque pas le Marinegate qui semble passer inaperçu dans la presse de droite hexagonale... Soit dit en passant, à part réveiller les bas instinct grégaires belliqueux des campagnards, elle ne propose rien de concret.

  • #2

    "complètement orienté" ? Vous auriez sans doute dû le lire vous-même pour vous rendre compte du contraire. Nous sommes ouverts à toutes les critiques, à conditions qu'elles reposent sur un minimum de concret...

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x