Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
3167 MembresCréer un compte
Découvrez travaux-agri

Le contrat sociétal d'avenir, le futur de l'élevage ?

Thumb_porc_poussin
13Dec2016

Le contrat d’avenir sociétal, socle de l’agriculture du futur ? Alors que dans nos sociétés occidentales se conjuguent baisse de la consommation de produits carnés et remise en question du modèle d’élevage intensif, les filières porcines et de poules pondeuses viennent de mettre sur pied un pacte en direction des consommateurs.

Il leur est proposé une sorte de contrat par lequel les éleveurs s’engagent à respecter des seuils minimums en matière d’environnement, de sanitaire, de bien-être animal, de social, même, pour répondre aux attentes sociétales

Filière porcs...

L’union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a ainsi annoncé, début décembre, avoir rédigé son cahier des charges défini à la manière de la Responsabilité sociale des entreprises (RSE). Elle a, précise-t-elle, entraîné dans son projet l’ensemble des groupements de producteurs de porcs de France.

Le contrat doit être proposé aux distributeurs pour qu’ils segmentent les produits. Leur participation est d’autant plus attendue que la filière porcine projette de constituer un fonds qui serait abondé de quelques centimes par produit. Cet argent pourrait représenter entre 50 et 100 millions d’euros par an, selon l’UGPVB. De quoi financer de la communication sociétale et soutenir les investissements vers un élevage vertueux et qui resterait compétitif sur le marché mondial.

... Et filière oeufs

L’autre initiative sociétale de l’élevage vient de la filière œuf. A la mi-octobre, l’interprofession française du secteur a lancé son propre contrat sociétal d’avenir pour stimuler la production d’œufs issus d’élevages alternatifs (bio, plein air dont label rouge) et l’emmener à 50 % de la production totale d’ici 2022 contre 32 % en 2015, soit en mettant en production 10 millions de poules pondeuses supplémentaires. L’interprofession estime que 350 à 500 millions d’euros seront nécessaires pour parvenir à cet objectif.

Dans les deux cas, on le voit, les filières d’élevage veulent s’engager dans un virage stratégique pour s’inscrire dans ce que le marché réclame de plus en plus.

Notre illustration ci-dessous est issue du site Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/103179698.

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Thumb_avatars_h01

Jourdain Franck

Journaliste

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x