Vous avez une question ?Ou vous êtes expert dans votre domaine.
Rejoignez une communauté activedans le domaine de l’agriculture !
2933 MembresCréer un compte
Découvrez travaux-agri

Croatie, l'agriculture à la croisée des chemins

Thumb_agriculture_croate
08Fev2016

Après son entrée dans l’Union européenne en 2013, ce pays à dominante rurale s’interroge sur son développement. Doit-il s’inscrire dans une libéralisation à outrance ou garder une identité locale ? Découverte du dilemme croate.

La Croatie est un pays de 87 661 km² dont 56 594 km² de surface agricole utile. Un peu moins de 80 % de la population est rurale pour un totale de 4 millions d’habitants. Elle est divisée en 21 régions administratives avec 550 communes. La moyenne d’âge est de 42 ans mais le nombre de résidents baisse à cause d’une natalité inférieure à la mortalité, une émigration forte (700000 croates vivent en dehors du pays). C’est une fuite des cerveaux qui cherchent une meilleure qualité de vie à l’étranger.

Le niveau d’instruction de la population rurale est en moyenne inférieur à celui des citadins : Les jeunes qui s’arrêtent après l’équivalent de la troisième en France sont bien plus nombreux à la campagne. Dans les villes les jeunes poursuivent souvent leurs études.

Faiblesse de formation des agriculteurs croates

Depuis 2005, l’éducation agricole croate a choisi de s’inscrire dans le modèle européen en suivant le processus de Bologne (licence – master – doctorat). Les élèves suivent un cursus d’école primaire de 6 à 14 ans, puis poursuivent dans une école secondaire de 14 à 18 ans. C’est ensuite qu’ils peuvent intégrer deux parcours d’enseignements supérieurs, soit le cursus universitaire soit les écoles supérieures agricoles. Ces instituts supérieurs peuvent conduire les jeunes Croates vers de nombreux débouchés professionnels comme être propriétaire d’exploitation familiale, conseiller pour l’agence nationale croate, inspecteur qualité, ou encore organiser le développement rural.

Malgré tout, seulement 5 % des agriculteurs croates ont un niveau supérieur d’éducation. Cette situation est un problème clairement identifié par les autorités qui cherchent des solutions. Cette faiblesse de formation nuit au développement et à la structuration de la filière agricole.

La superficie moyenne d’une exploitation croate est de 5,6 hectares alors que cette moyenne est de 14 ha dans l’Union européenne. Le morcellement des terres est très important et l’éloignement des parcelles pénalisent le pâturage des troupeaux : 70 % de ces petites exploitations ont en moyenne 15 parcelles.

La quasi-totalité des exploitations agricoles (97 %) est formée de structures familiales alors que la forme coopérative a presque totalement disparu. Cela s’explique essentiellement par une défiance vis-à-vis de l’ancien modèle communiste (kolkhozes, sovkhozes...).

Céréales, mandarines, lait, élevage...

Au niveau des cultures, la Croatie compte 92% de terres arables dont 60 % de céréales (blé, maïs, orge) et 32 % d’oléagineux (colza, tournesol,), 3 % de vignes, 2 % d’oliveraies. Il existe aussi une production de fruits et de légumes. Ces cultures restent marginales car elles ne représentent que 2 % du foncier, soit 378 000 tonnes par an. Les principales cultures sont les mandarines (30 tonnes) et les pommes (11 tonnes) pour les fruits, et les oignons, les aulx, les tomates, les carottes pour les légumes.

Pour l’élevage, le lait est important dans l’économie car il permet une production fromagère artisanale forte. Le cheptel est de 450 000 têtes pour une production de 522 millions de kg. Pour la production de porcs, elle est aussi très familiale, la principale ferme a un cheptel de 4 000 porcs et se situe dans la province de Krizevci. On note que 93 % des exploitations ont moins de 10 truies. Il existe aussi une production faible de poulets, de dindes, de poules.

Malgré une situation montrant des faiblesses dans l’organisation de la production, l’économie agricole est une opportunité pour l’économie nationale. En effet, elle représente 5,5 % du PIB, la production laitière couvre 80 % des besoins du pays. Ce poids économique explique la volonté des dirigeants de mettre en œuvre des réformes pour protéger leur production locale contre les importations prédominantes dans les autres secteurs.

 

En savoir plus : http://www.wikiagri.fr/articles/lagriculture-croate-veut-recroitre/11 (il s'agissait du tout premier article rédactionnel de WikiAgri, il portait sur la Croatie, qui s'apprêtait alors à entrer dans l'Union européenne).

La Croatie est connue pour son tourisme, il s'agit aussi d'un important producteur agricole (photo issue de Fotolia, lien direct : https://fr.fotolia.com/id/90262281).

Une église locale, typique (photo Pierre Rochette).

  • Envoyer cet article à un ami
  • Envoyer cet article par e-mail

    Etes-vous humain ?
    captcha
Auteur :
Thumb_sam_0115

Rochette Pierre

Autre

Je suis professeur en lycée professionnel agricole. Je travaille avec des classes de première et terminale vente. Je leur enseigne l'économie et la gestion c...

En savoir plus
  • 0Commentaire

Donnez votre avis

Pour répondre à ce salon sans Facebook, connectez-vous ou inscrivez-vous sur Wikiagri.
x